Texte n°6 concours "Si l'hiver m'était conté"

Publié le par christine brunet /aloys

VOIR SANS ÊTRE VU ?

 

L'hiver était la saison préférée de Léa, quatre-vingts ans. Non pas qu'elle aimait la froidure, les sols verglacés et les journées courtes. Non, elle appréciait cette saison parce que les arbres dénudés lui permettaient d'observer à loisir ce qui se passait chez les Laud, ses jeunes voisins. Pour mieux observer, Léa avait acheté une paire de jumelles qu'elle utilisait sans réserve. Et comme Les Laud fermaient rarement les tentures de leur living et de leur cuisine…. Et comme ils aimaient les éclairages puissants…. Leur maison était située derrière celle de Léa. Ils avaient sacrifié une partie du jardin pour y construire ces deux pièces contiguës.

 

Noël approchait, il était dix-sept heures. Dans le coin salon, Rudy Laud tentait de placer le sapin dans un seau. Alix, son épouse, l'aidait comme elle pouvait en maintenant l'arbre, tandis que Jules, leur gamin, courait autour d'eux. Dans son élan, le gamin renversa une grande boîte contenant des accessoires de décoration. Rudy cessa de remplir le seau de sable pour donner une claque sur les fesses de son fils. Alix lâcha le sapin qui tomba sur le sol. Elle gesticulait tandis que son mari s'était mis à arpenter la pièce. L'enfant se réfugia dans les jupes de sa mère qui le serra contre elle et finit par lui donner un bisou.

 

En septembre, Léa avait entendu Rudy expliquer calmement à son fils que s'il écrasait une fleur, elle ne repousserait pas. Le film de cette claque inattendue, Léa se le repassa plusieurs fois.

 

Puis elle se souvint d'autres Noël, de boules cassées, de la nervosité de son époux qui n'arrivait pas à démêler les guirlandes électriques. Chez elle, ça se terminait par des fous rires avant que, par miracle, la guirlande trouve la place voulue et fonctionne !

 

Soudain, les lumières s'éteignirent chez les Laud. Pourtant, l'éclairage public fonctionnait. Léa tourna la tête. Dans son hall, la veilleuse était éclairée. Il ne s'agissait donc pas d'une panne générale. Elle attendit… Pourquoi diable Rudy n'allait-il pas réenclencher le fusible probablement sauté ? Léa attendit encore. De guerre lasse, elle déposa les jumelles sur l'appui de fenêtre et s'assoupit.

 

Un coup de klaxon la réveilla. Devant elle, le living des Laud était éclairé. Elle prit ses jumelles : Tout était rangé, le sapin décoré et Jules était attablé à côté de sa mère. Dehors, dans le forsythia, une guirlande lumineuse. Rudy, qui fumait une cigarette dehors, lui adressa un grand signe de la main. Elle se croyait invisible, elle ne l'était pas !

 

Plus que tout, Léa s'en voulait de ne pas savoir ce qui était arrivé. L'hiver, elle dormait plus qu'à la belle saison et elle n'était pas sûre de n'être pas, un jour ou l'autre, à nouveau victime d'un endormissement indésirable. Elle se mit alors à moins aimer l'hiver.

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Ma belle-mère, qui était née en 1916, disait qu'il y avait toujours son voisin d'en face qui regardait par la fenêtre. Mais si elle le savait, c'est parce qu'elle faisait pareil... Toute médaille
a son revers. Un conte de Noël un peu gaga, un peu triste. Sympa, l'anonyme!
Répondre
P

Elle n'a pas de Télévision cette Léa ?


C'est pas bien d'observer les voisins :-)
Répondre
P

Je pense qu'on a tous connu ce genre de curieuses. Tiens, c'est bizarre, on le met directement au féminin!
Répondre
A

Là, pour le coup, j'avoue que moi aussi j'aurais aimé en lire davantage... Une version longue peut-être pour un peu plus tard ? Quoi qu'il en soit, le choix
va être difficile quand il faudra tout relire.
Répondre
L

Méfions-nous, Chère Carine-Laure... Il y a des imitateurs chez CdL. Ecrire "à la manière de" est parfois bien amusant !
Répondre
M

Que l'on soit jeune ou vieux, la curiosité est un vilain défaut...
Répondre
E

Mais... on reste sur sa faim, pardi!!!! C'est un tout bon texte, encore!!!!
Répondre
C

Un texte signé Micheline Boland ?? Je le parie ! Une pointe d'inattendu...
Répondre