Reine Bale : "Je n'ai pas besoin d'admirateurs, mais de lecteurs"

Publié le par christine brunet /aloys

Reine Bale... Avant tout un nom pas courant, une intervention remarquée sur le forum Chloé des lys et une première de couverture... Quoi ? Vous ne l'avez jamais vu ? Pas possible ! Et bien sachez qu'elle est sans doute à l'origine de cet interview... Pourquoi ?http://www.bandbsa.be/contes2/agederaison.jpg Parce qu'elle est tout sauf banale, tiens !

 
Reine Bale, une petite présentation ?
Reine Bale : nom d'auteur. Mon vrai nom ? Je le garde pour moi. La raison : je suis aussi prof de lettres et ne souhaite pas que mes élèves sautent sur les scènes croustillantes de mes romans pour me tailler une réputation. La création est une liberté qui n'admet pas l'auto-censure. Quant à me présenter intimement, je pense que mes livres le feront mieux que moi. Ou d'autres personnes. Mais pas moi..

Je suppose que ce nom de plume a une histoire... Tu nous la racontes ?
Ce nom de plume est mi-fabrication, mi-héritage : Reine, mon second prénom est le prénomhttp://www.bandbsa.be/contes2/balereine.jpg legs de ma grand-mère. Après tout, chez un écrivain plane l'esprit des ancêtres et il se trouve que ma grand-mère était une femme que j'adorais. Endosser son nom, c'est un hommage mais aussi un défi, une invitation à "accroître sa puissance d'agir" pour paraphraser Spinoza. Et puis il y a "Bale", une combinaison de syllabes de mon nom marital et de mon nom de jeune fille. Ce nom croise ainsi toutes les identités, passées et présentes qui se sont fixées en moi. Ah ! j'oubliais...J'aime bien le côté désuet de ce pseudonyme.

Depuis quand écris-tu? Pourquoi ? Un déclencheur ?

Il n'y a pas eu un déclencheur du type catastrophe ou événement révélateur ; la littérature, j'ai grandi avec et je ne peux pas dire comment ni pourquoi il s'est avéré indispensable d'écrire à mon tour. C'est une histoire d'émancipation intellectuelle par rapport à des modèles littéraires particulièrement révérés. C'est venu à l'adolescence, à l'âge de la révolte et des métamorphoses physiques.
 
Lesquels ? Ceux que tu cites plus bas ? Pourquoi ceux-là ?
Ceux cités plus bas (Philip Roth, Saul Bellow, Tolstoï...) sont effectivement ceux avec lesquels je dialogue quand j'écris. Ils me rappellent à chaque fois ce qu'un roman contemporain peut être : une prise de liberté dans le ton et la narration (comme les Face-FS86-Ngen3-Yael2.jpgdigressions de P. Roth dans Portnoy, ou bien les réflexions qui, écrites en italiques dans Herzog de Saul Bellow, imitent le désordre et la spontanéité de la pensée au coeur de l'événement), une fine observation des milieux à un instant de l'Histoire (guerres napoléoniennes dans Guerre et Paix, voir le dialogue qui ouvre le roman) et ce que ces modifications historiques (sociales, économiques, techniques) génèrent chez les individus (dans leur façon d'appréhender le monde de façon très intime).

Donne-moi une définition de l'écriture :
L'écriture est, à mon sens, ce qui fait le lien entre le corps et l'esprit. Les mots forment un univers physique de sons, et de sensations tout en convoquant ce qu'il y a de plus immatériel chez l'homme : sa pensée, son imaginaire.
 
Définis ton style :
Le style que j'ai adopté est celui qui tente sans cesse de mettre la fiction au service de la réflexion ; ce n'est pas une écriture directe, (faite simplement du premier degré de l'écriture, à savoir dire pour déverser sentiments ou émotions). Non, je souhaite parvenir, en général au terme d'un travail important de correction et de re-écriture à dessiner -au-delà de la phénoménologie- une fiche d'identité des grandes problématiques de la société contemporaine. Une fois que l'idée est claire, je laisse à la spontanéité le soin d'offrir une carnation à mon propos.
 
Je n'ai pas encore lu ton livre mais... Tu sembles parler d'engagement au travers de l'écriture ou plutôt de reflet de notre société... Pourquoi choisir cette approche et pas une approche plus détachée, moins sociologique ?
D'engagement, non. Je n'imagine pas détenir une vérité qu'il faudrait absolument que je transmette ! Je laisse aux fous le soin d'évangéliser leur monde de leurs paroles insensées100_2704.JPG ! J'essaie simplement d'atteindre une forme de justesse "typologique" si l'on veut. Un roman met en place des personnages qui doivent être, pour n'importe quel lecteur, reconnaissables : à mon sens, il est important de respecter le critère de vraisemblance qui permet l'identification. Pour dresser des portraits fins et surtout justes, échapper à la caricature ou au contraire traduire la caricature quand c'est "vrai", il faut bien un peu observer, s'intéresser, s'informer ! Il y a ce que l'on connaît (certes, c'est une base), ce que l'on sent et ce qu'il manque à notre connaissance pour éviter les lieux communs. Par exemple, en ce moment, j'achève un roman dont le personnage est une très vieille dame qui finit sa vie en maison de retraite ; il m'a tout de même paru indispensable de me déplacer dans des maisons de retraite pour tenter de répondre à la question importante dans nos sociétés contemporaines : qu'est-ce que finir sa vie quand on l'achève dans une maison de retraite ? Vue d'ici, la réponse aurait pu être "c'est horrible, quelle horreur..."; bien sûr, on découvre cet aspect des choses. Mais quand on va voir de plus près, on s'oblige à nuancer. On rencontre des personnes aux parcours variés et qui n'ont pas toutes la même vision de ce qu'elles vivent. A partir de ces données contrastées, je fais une synthèse et c'est comme ça qu'un personnage de roman prend forme.
 

Du coup, j'aimerais savoir comment tu construis tes personnages, s'ils sont le reflet de ton environnement et, au-delà, de notre société. T'attaches-tu à tes personnages ? As-tu du mal à les quitter après le point final ? Peut-être ne sont-ils que des moyens de reproduire ton environnement ?
Un personnage n'est jamais qu'une synthèse fictive ; je n'en suis plus au stade où je crois que l'on brûle avec sa création ! (adolescente, j'imaginais l'artiste en proie à d'horribles tourments...Bon, on grandit, on travaille et on quitte la version romantique de l'écrivain en fusion avec son sujet.) Empathie, oui ; schizophrénie, non ! Un personnage est lié à l'auteur puisqu'il en émane ; il nous révèle inconsciemment. Mon effort est celui de dépasser le "je" pour atteindre un "on" ; que les traces de la société soient visibles sur le personnage. 
 
Ton univers littéraire :
mon univers littéraire est fait d'auteurs américains (P.Roth, S
aul Bellow), d'auteurs russes (Tolstoï surtout).
Tiens... Tolstoï est, sans doute, l'auteur russe de cette époque le moins engagé et le plus formel... j'aurais cru que ton approche de l'écriture t'aurait plutôt rapprochée de Dostoïevski... : pour Tolstoï, il y a méprise, je pense. C'est un des rares auteurs qui a tenté de mettre en pratique ses idées (et on sait à quel prix ! au prix de presque deshériter ses propres enfants, d'éloigner sa femme au nom du renoncement à ses richesses...) Et quand on lit Anna Karénine, il y a certes le portrait d'un adultère maiscouvreine-bale.jpg aussi avec le couple Kitty/Lévine (qui reproduit les idées de Tolstoï) la mise en place d'une émancipation de la condition paysanne maintenue jusqu'alors dans le servage. Justement, Tolstoï me plaît parce qu'il avait des idées ! Quant à Dostoiëvski, il y a un côté "mystique religieux christique" qui me dérange par moments. 

Et il y a également les auteurs français qui ont érigé le roman en oeuvre d'art aboutie (Flaubert, Proust, Balzac) et puis de tous ceux qui n'ont pas relégué le roman à la tentation du divertissement ou à la plus abrupte théorie.
Donc, pour toi, le roman, c'est quoi, exactement? et surtout, que doit-il être ?
Soyons clair : je ne veus pas m'ériger en théoricienne du roman. Néanmoins, beaucoup de gens écrivent des romans. Beaucoup, beaucoup...Certains confondent "roman" et "déversoir"; "roman" et "fabulette", "roman" et "objet de distraction" (remplaçant avantageusement une émission de télé sur la plage). A ce train-là, c'est gentil un roman, ça se lit comme on se fait un bon resto...Bon, d'accord, c'est une possibilité. On peut aussi envisager les choses autrement : l'art est exigeant ; il réclame du travail, des connaissances, et le plaisir de l'effort. Il réclame, pour ne pas être confondu avec le reste des productions écrites, une signification et au minimum, de la part du créateur de s'être interrogé un peu : qu'est-ce que je veux dire ? pourquoi écrire ? quelle réflexion j'amène ...?
 
Ton rapport avec tes lecteurs : difficile d'être lue? Pas du tout ? Ecris-tu pour toi, pour les autres? Explique...
ll n'est pas difficile de me lire parce que je déteste ennuyer. Je tente (et j'espère y parvenir) donner à chaque passage de mes romans une matière à sentir, à penser, à rire, à se révolter. C'est pourquoi, je corrige beaucoup. L'action (psychologique ou évènementielle) doit être savamment dosée pour permettre à la lecture de ne pas s'enliser. Ensuite, il y a l'écriture elle-même : j'aspire à atteindre une sorte de sobriété formelle où les mots, assemblés avec fluidité, retentiraient comme des évidences. Est-ce que cette intention est ressentie par les lecteurs ? Cette question, je ne peux y répondre : on m'accuserait de forfanterie ou de fausse modestie. Mais j'attends beaucoup de la publication de mon roman : il me permettra, je l'espère d'élargir, la base de mes lecteurs et donc d'obtenir (peut-être) des retours contrastés. Ce serait intéressant. J'aime que le livre soit l'occasion d'un échange : l'écriture est quand même un acte de communication au sens le plus noble du terme.
 
L'écriture n'est-elle pas, avant tout un moyen très personnel de s'exprimer, de se dévoiler ? (le pourquoi de ton nom de plume, par exemple). Quant à l'acte de communication, il faut qu'il y ait retour du lecteur, sinon il ne reste que dans un seul sens... ce retour est loin d'être systématique, parfois même pauvre... Non ? L'écriture sera-t-elle alors aussi satisfaisante ?
Dans le fond, en tant que lectrice passionnée, je n'ai pas besoin que Tolstoï soit à mes côtés pour lui parler...Le livre établit une communication si profonde qu'elle peut se faire en l'absence de la personne physique. Quand je parle de communication, je parle...allez, osons le mot, de lien spirituel. Je n'ai pas besoin d'admirateurs, mais de lecteurs. J'espère simplement en avoir quelques uns car on écrit pour être lu. Pas forcément un grand nombre. Ni de très bavards. Quelques uns au-delà de mon cercle à moi.
Vous désirez en lire un peu plus au sujet de Reine Bale ? http://reinebale.canalblog.com/link

Christine Brunet
www.christine-brunet.com
www.aloys.me
www.passion-creatrice.com
  
  

Publié dans interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Encore merci à Reine Bale qui nous donne si bien l'envie de partager son univers. 



Répondre
A


Une personne forte qui donne envie de lui ressembler. Je m'engage à être lecteur et tenterai de ne pas être admirateur.


PS : un hommage à Mme Brunet pour son art subtil de mener un entretien.



Répondre
C


Un auteur qui nous surprendra encore !



Répondre
E


Une personalité, sans aucun doute! Et elle a des choses à dire, qu'elle semble bien dire, d'ailleurs! Marrant car moi aussi j'ai choisi le prénom de ma grand-mère dont j'aime la teinte désuète...



Répondre