Midi sous le soleil, une poésie de Marcelle Pâques

Publié le par christine brunet /aloys

 

bientotjonquilles

 

 

Midi sous le soleil
 
Midi, la maison s'étire langoureusement
Sous la tendre chaleur d'un soleil prometteur
Allongée, je succombe aux plaisirs du printemps
Grisée, émerveillée par la nature en fleurs
 
Les roses s'entrouvent révélant leur beauté
Je m'abandonne à la magie de la lumière
Un oiseau chante dans un arbre haut perché
Je surprends ton regard troublant mon univers
 
Mais nous demeurons immobiles, alanguis
Envahis d'une douce béatitude
Complice, le chien et le chat jouent sans bruit
La vie suspendue écarte l'habitude
 
Un souffle léger a soulevé ma robe
Tu souris coquin, la bouche sensuelle
Pourtant sous l'invitation mon corps se dérobe
Prolongeant l'osmose de la terre et du ciel

 

Marcelle Pâques

marcellepaques.skynetblogs.be

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Merci Philippe :-)


 
Répondre
P

Moi, j'aime le soleil et les mots de Marcelle.
Répondre
P

Ah ! ce coquin de soleil


Merci les amis (es) !!!


Oui, Claude chaleur et lenteur vont bien ensemble ...
Répondre
C

Est-ce la chaleur printanière, annonçant la touffeur des midis estivaux, qui paralyse la belle ? :) Il y a dans ce poème comme une lenteur du style qui correspond bien au contenu.
Répondre
M

Joli, très joli...
Répondre
S

joli, chère poétesse
Répondre
C

"Un souffle léger a soulevé ma robe
Tu souris coquin, la bouche sensuelle
Pourtant sous l'invitation mon corps se dérobe
Prolongeant l'osmose de la terre et du ciel"


Commencer la journée et lire ceci, un régal! 


 
Répondre