Le reflet, un poème de Laurent Dumortier

Publié le par christine brunet /aloys

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:o0YOuIz-NJ0UnM:http://www.bandbsa.be/contes/chloe/laurent.jpg

 

 

Le reflet

 

 

Demain n’est pas encore arrivé

Qu’il est hypothétiquement passé,

Tu vois…

 

Mes yeux ne voient plus d’hier

Qu’un monde sans couleur

Même la lumière

A perdu sa splendeur…

 

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

 

Je suis si près du bord

Le vent souffle si fort

Je suis si bien…

 

Encore un pas de plus

Et je ne sentirai plus

Que le froid du bitume

Accueillant mon amertume…

 

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

 

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

 

S’il ne reste qu’un reflet, après tout

C’est peu et c’est déjà beaucoup…

 

Tu me demandes de rester,

De ne pas basculer

Mais je crois que le monde s’en fout

S’il ne reste qu’un reflet après tout…

 

Laurent Dumortier

gsl.skynetblogs.be

http://www.bandbsa.be/contes3/concept.jpg

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Grâce à Laurent, de nos écrits, il reste plus qu'un reflet...  Merci.
Répondre
P

J'aime beaucoup la musicalité et la douceur mélancolique.


La fragilité de ce reflet qui pourtant transcende la poésie.
Répondre
C

Oui on a l'impression d'attendre encore des mots, que ce n'est pas fini, que des amertumes doivent encore suer...


Mille excuses si je ne relaie pas sur fb pour le moment mais je ne suis pas sur mon pc alors ça m'ennuie, je resteins les manips!
Répondre
J

La poésie ouvre souvent un monde de sensations et d'images. Laurent  sait nous faire ressentir ses amertumes. Les ruptures ou les répétitions sont également des éléments forts, propres
à susciter une saveur qui traîne sur nos papilles, encore un moment après la lecture.


Je me pose cependant une question concernant les rimes. Quand il s'agit de prose comme ici, la rime "accidentelle" ou voulue" nous fait attendre la suivante. Il en est de même pour le rythme qui
parfois s'interromp. Certes, il permet de s'arrêter sur l'évocation, mais je perds un peu de l'harmonie musicale propre aux poèmes mélancoliques. Est-ce que je me fourvoie ?
Répondre
A

Pourquoi y a-t-il toujours de la beauté dans les poèmes mélancoliques ? Et celui-ci est magnifique... Bravo Laurent...
Répondre
C

Tout à fait : on a envie d'y ajouter une musique...  Un air bien nostalgique...
Répondre
C

On dirait une chanson. Pas franchement gaie mais... j'aime beaucoup
Répondre