L'invité d'Aloys est Philippe Couillaud

Publié le par christine brunet /aloys

aleph--1-.jpg

 

 

Philippe m'a proposé cette nouvelle lors du concours pour "les petits papiers de Chloé". trop longue, il a dû revoir sa copie... Vous vous souvenez ? Je vous la propose aujourd'hui...             

 

 

 

 Je vous croyais mort, enfin, ce sera pour une autre fois. Mais n’y revenez pas. J’ai horreur des ratés. Vous êtes ici pour réussir brillamment votre passage à l’état réel de mortel. Reprenez-vous, que diable ! Lors du dernier changement de gouvernement, suite à la victoire du F.N.M.L. (le front national de la mort libre) il a été institué une semaine de formation à l’acte de libération suprême.

              Vous n’ignorez pas que notre université depuis une décennie occupe le premier rang de la cause mortifère. J’en veux pour preuve l’inauguration de la plus grande nécropole jamais réalisée jusqu’à présent. Nous avons atteint le seuil du milliard d’inscrits. Le tout obtenu grâce à l’extraordinaire méthode du C.A. (compactage absolu) qui réduit un corps humain à la taille d’une cellule, elle-même confinée avec ses semblables dans des éprouvettes congelées. Nous avons ainsi obtenu la mort éternelle. Vous rendez-vous compte ?

              Pensez au gaspillage lorsque les guerres étaient l’unique moyen d’abattage. Je n’évoquerai pas l’époque du « ARBEIT MACHT FREI » devise infamante et mensongère pour tout être humain conscient du devenir de la chose mortifère.

              Un nouveau faux pas nous obligerait, en fonction des textes déposés dans le tabernacle des trois religions monothéistes habilitées à nous gouverner à procéder au prélèvement de vos deux enfants. Dieu vous regarde, mon cher et vous ne pouvez vous soustraire à son divin désir.

 

Philippe Couillaud


 

Une petit biographie...


Philippe Couillaud vit à Bordeaux où il exerce la profession de travailleur social. Des carnets de bord plus ou moins égarés sont le domicile de son écriture, mode d'expression le plus libre possible. Il lui arrive d'émigrer vers des ateliers d'écriture. Soucieux du monde qui l'entoure et l'interroge, Philippe Couillaud cherche, par l'écriture, à transcrire ses émotions et ses idées. 

 

Son roman, "Une pluie fine et grise", est paru aux éditions du Pierregord en 2011.

Publié dans l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mélusine Camarde 30/10/2011 09:46



moi, je trouve qu'il en fait trop !


il ne sait pas de quoi il parle, croyez-moi !



christine brunet /aloys 30/10/2011 15:46



Peut-être en fait-il trop mais compliqué de répondre en peu de mots aux exigences d'un concours. Le texte est percutant, sans doute sujet à réactions. Mais c'est bien le but de tout texte,
n'est-ce pas ?


  Quant à ne pas savoir de quoi il parle ???? Pour un texte exploitant un
thème fantastique... Je ne vois pas ce que vous vouliez dire.


 


Je vous remercie néanmoins d'être venue faire un tour par notre blog.


 



Renaud 10/10/2011 20:04



Une courte nouvelle fantastique qui fait frissonner par quelques réminiscences du passé. Ingénieux et percutant.



Claude Colson 08/10/2011 18:14



Intéressant contrepied. En tant que germaniste je me suis intérrogé un moment sur l'adéquation de la devise à la demonstration :)



Bob 08/10/2011 13:23


Ouai ! Vraiment pas mal... on sent de l'étoffe !


Edmée De Xhavée 08/10/2011 11:48



Ah là... c'est original!



christine 08/10/2011 06:48



Je remercie Philippe pour cette participation aux Petits papiers de Chloé. Si vous voulez en apprendre un peu plus à son sujet, un interview lui est consacré sur www.passion-creatrice.com.