L'invité d'Aloys... Claude Colson avec son nouveau roman, Malgré tout.

Publié le par christine brunet /aloys

 

claude colson-copie-2

 

 

À propos de de "Malgré tout"

ce texte est un court texte de fiction, une novella (ou roman court) d'une

centaine de pages.

 

Le pitch :

Un homme, une femme. Lui est veuf, elle en couple. Une rencontre fortuite et

leurs vies basculent. Une histoire de passion amoureuse, banale somme

toute, ou presque ? Justement non, car leur rapprochement va les amener à

remettre en question tous leurs repères dans l’existence. Trouveront-ils un

nouvel équilibre ? À vous de le découvrir.



Genèse :


 Après trois livres d'autofiction (autobiographie pas forcément chronologique)

je voulais m'essayer à la fiction. Mais je doutais d'avoir suffisamment

d'imagination pour créer des personnages. Comme les livres précédents

traitaient de l'amour passion, j'ai essayé de réduire la difficulté en gardant au

moins le thème de l'amour, comme une sorte de rampe de sécurité pour

l'écriture.


Avec ce livre j'ai exorcisé cette inhibition et je peux à présent écrire sur

d'autres thèmes. :)

 

http://claude-colson.monsite-orange.fr

 

 

      Un extrait !!!! Le tout début du livre...

 

1

   Le ballon roula aux pieds de Michel qui était en train de s’essuyer dans sa grande serviette de plage. Rapide, il le saisit et laissa venir vers lui les deux petits garçons.

― On peut l’récupérer, M’sieur, dit le plus rond des deux, qui avait aussi l’air le plus déluré.

 L’autre, impressionné, restait à trois pas.

― Si je vous disais non, que feriez-vous ?

Il avait pris un air sévère.

― Z’avez pas l’droit, M’sieur, c’est notre ballon. Maman, maman, le monsieur nous a pris notre ballon !

     La dame en question, une jolie brunette sourit à Michel. Elle observait la scène depuis quelques instants et avait bien vu qu’il ne faisait que les taquiner.

―  Est-ce que vous le lui avez demandé poliment au moins ? Vous êtes-vous excusés de l’avoir dérangé ? Non, je suppose, alors faites-le et vite.

―  Bonsoir, Madame, je crois que ce ne sera pas nécessaire. Je pense qu’ils ont compris.

Et il leur rendit leur jouet préféré.

―  Merci M’sieur, excusez-nous.

―  Vous voyez, ça sert toujours d’être poli, dit la dame avec un dernier sourire à Michel, tout en récupérant ses deux gamins. Allez, on y va, papa doit nous attendre à présent.

 Après un « au revoir, Monsieur » que ses enfants reprirent en écho, elle entreprit de quitter la plage. Il était déjà dix-huit heures passées et il commençait à faire plus frais. Un petit vent se levait et le sable soulevé venait fouetter  les mollets des estivants, de moins en moins nombreux sur les lieux.

     Resté seul, Michel finit de se sécher et rassembla ses affaires avant de prendre le chemin de l’hôtel.

Il pensa : «  Qu’est-ce qui me prend ? Je suis en manque ? Cette grosse ficelle pour aborder cette inconnue ! Bon, ok, elle m’a plu mais il faut que je me surveille.  Allez, Michel, c’est pas grave ! », se dit-il dans un sourire.

 

2

   Élisabeth ne travaillait pas en cette période. Elle attendait le retour de son amie.

Leur appartement était plutôt coquet et doux à vivre ; Charline y apportait beaucoup de soins, soucieuse de toujours orner le salon de quelques fleurs, allumant régulièrement une lampe brûle-parfums, quand elle n’enflammait pas un ou deux bâtons d’encens, veillant à la douceur de l’éclairage…

La porte d’entrée s’ouvrit et Charline apparut vite dans la pièce principale. Elle semblait éprouvée.

¬ Ah, Élisabeth ! J’ai eu une dure journée...ncipale. Elle semblait éprouvée.

 

 

¬ Ah, Élisabeth ! J’ai eu une dure journée...

 

 ©   Éditions Kirographaires

 

 MALGR--TOUT-une--2-.jpg


Publié dans l'invité d'Aloys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Une autre maison d'édition, une autre expérience. Et à présent un texte de fiction; lui est veuf et elle en couple. je me demande ce qu'il se passera par la suite ...Bonne chance mon cher Claude
dans ces nouveaux chemins ...
Répondre
C

D'un Claude à l'autre, je te souhaite beaucoup de succès.
Répondre
C

Merci, Anne.


Édition : Depuis longtemps je voulais avoir - aussi - un éditeur en France ; les éditions Kirographaires ont été les premières à accepter ce
texte.
Répondre
A

Passer de l'autobiographie à la fiction, c'est un énorme pas. Bravo, Claude, de l'avoir réussi ! Le début du roman donne envie de connaître la suite. Quant à moi, dans mes nouvelles, j'oscille de
la presque autobiographie à la presque totale fiction. De toute façon, nous sommes toujours présents dans nos écrits...


Amitiés et très bonnes fêtes !!!


Anne Renault
Répondre