Claude Colson : Unanimisme

Publié le par christine brunet /aloys

claude colson-copie-2

Unanimisme

Retrouver un jour, occasionnellement,

La promiscuité du train-matin

N'a rien de mortel ennuiement ;

C'est au contraire plaisir certain.

 

L'hiver est là, en vent de bise,

Qui dehors assaille joues et nez.

Dedans règne en contrepoint heureux, prisé,

Bonne chaleur, manteau-emmitouflée.

 

Et le jour point doucement,

La grisaille troue la nuit.

Tu vibres au rythme du train qui fuit,

Goûtant l'étirement du temps.

 

Les voisins discutent paisiblement ;

La dame vis à vis lit

Et toi tu scrutes intérieurement

Les pensées douces qui relient.

 

Claude Colson

http://claude-colson.monsite-orange.fr

 

Lena C. Colson

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Se laisser bercer et rêver - l'étirement du temps -


 
Répondre
M

Il est beau le texte.
Répondre
J

belle poesie !
Répondre
M

J'adore cette image "Goûtant l'étirement du temps.", elle me parle beaucoup.
Répondre
E

Que je comprends cette nostalgie du "train train" du train... C'est tout un univers, une bulle de temps pour penser, rêvasser, tout en avançant!


Beau texte, merci Claude...
Répondre
C

Ces mots nous bercent et nous sommes emportés nous aussi et nous scrutons les pensées douces qui relient...
Répondre