Concours : "Catastrophe, les envahisseurs approchent !" Texte 4

Publié le par christine brunet /aloys

Il n’y aura pas de parthénogenèse




 

    Jirons, l’élu, intégra l’impulsion du vaisseau. Il s’accroupit et d’un geste vif (parce que le temps basculait), il souleva la grille phosphorescente, celle du laborultima. Il descendit alors à toute vitesse (parce que le temps basculait), les cent quarante-quatre marches. En hyperconscience, il décrocha et enfila sa combinyloxygénérante en ayant soin de ne pas la déchirer (parce que le temps basculait) car c’était un modèle unique tissé pour ce jour J. Derrière lui, des forêts alanguinaires, des champs de blémarites, des étangs visqueux sur lesquelles surnagent des blobs et de vastes terres grippavores asséchées depuis la dernière nuclitorffe. Ensuite il plongea dans le liquide tiède et bleuté qui tourbillonnait vivement à cette heure tardilunaire. Jirons, l’élu, était de plus en plus excité car depuis le temps qu'il attendait ce jour J et cet instant XYA, il n'y croyait plus (et aussi parce que le temps basculait). C'était gravé pourtant dans chaque écran et à chaque quadrilunaire, ça clignotait au dimillième, aveuglant même les derniers unisextérilisables. Donc l'instant XYA, pour Jirons, l’élu, c'était une ascendation qui devait surgir absolument (parce que le temps basculait) d’un moment quadrilunaire à l’autre. 

    Après une dizanane de suositez et toujours en état d’hyperconscience, il était debout devant la Grotalib. Il appuya la paume de sa main droite contre un amaglandé de codes hyéroglyphés et un anneau de la Grotalib lui souffla son nom, Jirons donc, l’élu, et lui instilla « in sangui veritas » une autorisation pour pénétrer dans l’allée centrale (parce que le temps basculait) d’où s’innervaient les labyrinthes bunkèrisés qui alimentaient le dodécagynécée.

    Une fois propulsé dans l’épicentre de l’allée centrale, il souleva son bras droit et renversa sa main droite de façon à ce que sa paume reçoive les rayons omégastrom et que la séquence alpha du processus démarre (parce que le temps basculait). Une terrible détonation se fit alors entendre et des fumées s’échappèrent des labyrinthes bunkérisés. Des bruits sourds ne cessaient d’atteindre les tympans de Jirons, l’élu. Celui-ci s’écroula et son corps entier se fondit dans les mailles serrées de sa combinyloxygénérante. 

    Douze créatures apparurent, se libérant entre elles des algues et des champignons polypores qui les maintenaient en survie. La plus grande d’entre elles ramassa la combinyloxygénérante et l’accrocha à une exostose d’une des parois qui entourait la tribu terrienne (parce que le temps basculait). 

    La Grotalib s’ouvrit par le dessus et on vit dans le ciel rougeâtre une sphère phosphorescente qui s’approchait, c’était le vaisseau dans lequel treize créatures extraterrestres attendaient depuis des lames-lumières cet instant XYA. 

    L’histoire d’un nouveau monde pouvait commencer. Parce que le temps basculerait bientôt.

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
J'avais bien trouvé !
Répondre
C
Oui Phil, tu m'as scotchée! Et je me demande comment tu as pu m'identifier, j'écris rarement de la SF...
S
Fascinant de découvrir à quel point les textes peuvent être différents, et même appartenir à des univers différents !
Répondre
E
Gloups! Là on est dans le sérieux. Je pense aussi avoir ma petite idée sur qui a écrit ce texte, comme le numéro 2 (je verrai si j'ai bien senti la chose :) ). Oui Carine-Laure, nos ancêtres ne semblent plus être les Gaulois, finalement...
Répondre
C
Ah oui, ça c'est de la SF tout plein. Et dire que ns sommes peut-être les descendants de ces créatures alors? Si j'ai bien compris?
Répondre
P
Cette fois, on est bien dans le domaine de la SF.
J'ai l'impression que je connais l'auteur de ce texte...
Répondre