Aubes lunesques : la nouvelle chronique poétique de Carine-Laure Desguin

Publié le par christine brunet /aloys

Carine-Laure Desguin... 

Inutile de vous présenter cette auteur atypique capable d'écrire aussi bien du roman noir que du roman contemporain, de la nouvelle ou de la poésie. 

Elle collabore efficacement à ACTUTV (avec Edmée de Xhavée), à notre revue "Les petits papiers de Chloé" et à notre blog aloys... enfin, entre autres choses... 

Jusqu'à la fin de l'année, elle nous proposera une chronique poétique bimensuelle intitulée "AUBES LUNESQUES". 

Quel genre de poésie ? Des haïkus... Et oui !

Je vous ai dit qu'elle aimait l'atypique !

Et avant d'avoir plus d'infos grâce à un interview de l'auteur, voici un aperçu... 

Bonne lecture ! 

 

Les nuages blancs

cotons insolents et fous

défient le soleil



 

Printemps réponds-moi

à présent les vents sont sourds

j’entends ta chanson



 

À la belle étoile

des bouquets de fleurs jaunes

cognent la lune




 

L’insouciance tait

les bourgeons et les fleurs roses

du jardin sans faille



 

Bouffée d’oxygène

hors de la forêt de saules

chassent les charmes



 

Lueurs d’arc-en-ciel

photographies des espaces

reflets sous les ciels

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Sublimes ! Plein de fraîcheur et d'énergie. Merci ! Et juste pour le plaisir, je pointe du doigt mon préféré :
À la belle étoile
des bouquets de fleurs jaunes
cognent la lune
Répondre
C
Merci Séverine! Je pense que tu seras comblée lors des prochaines publications de ces haïkus car il y en a pas mal de ce genre-là.
B
De mots qui chantent dans les oreilles! Quand je lis des textes poétiques, j'avoue ne pas en rechercher de sens précis mais j'apprécie le rythme musical engendré dans ma tête.
Répondre
C
Merci Brigitte, c'est je crois la meilleure des façons d'apprécier la Poésie. Parce qu'au final, il y a toujours des images qui s'infiltrent dans la tête et c'est cela qui importe.
P
Tiens, une nouvelle venue sur Aloys ! Je ne connais pas cette demoiselle...
Répondre
C
Je ne la connais pas non plus!
E
Je les adore, tes haikus! Ils ont du muscle.
Répondre
C
Merci Edmée. Un uppercut c'est bref, boum et puis voilà, une extension musculaire quoi, c'est l'instant. Ben, un haïku, c'est presque la même chose. En moins violent.
M
Je suis curieuse de prendre connaissance de l'interview.
Répondre
C
Bientôt!
C
Merci à Christine Brunet pour la diffusion de ces micro-textes poétiques. Ah oui, des haïkus =D.
Répondre