"Capitaine regardez-moi", un poème extrait de "Spirales urbaines", un recueil signé Carine-Laure DESGUIN

Publié le par christine brunet /aloys

Capitaine regardez-moi

 

 

Dites entendez-vous quand je vous parle

Quand je cherche les mots qui vous feront sourire

Ceux-là mêmes comme on caresse un châle

Que vous soufflerez quand je serai partie

 

Je les attends savez-vous ces quelques instants

Ces journées nous les offrent les étoiles généreuses

Couronnes électriques au - dessus des amants

Se moquant des poussières des ténèbres glorieuses

 

Avant de vous voir je rêvasse j'imagine

Ombres dans la brume mes pensées sont d'azur

Les vôtres que sont-elles rouge sang opalines

Capitaine regardez-moi respirez ces murmures

 

Je les attends savez-vous tous ces moments volés

A qui à quoi ne sommes-nous pas éternels

Et si nous étions libres les aurait-on mêlés

Ces départs censurés prisonniers et charnels ?

 

CARINE-LAURE DESGUIN

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Je suis étonné de découvrir un poème aussi...aussi...normal !
Bravo, miss !
Répondre
C
Merci Phil, c'est un extrait de Spirales urbaines, recueil publié en 2013 et qui comprend une soixantaine de textes. Tous les chapitres sont d'un style différent.
C
Alors là, oui, faut-il qu'il se soit, comme Ulysse, fait boucher les oreilles et enchaîné au mât, pour ne pas faire mettre immédiatement le cap sur tel appel ! :))
Répondre
C
Ah ah je pourrais rassurer tout le monde mais heuuuu ...chuuut.
C
Une attente délicieuse, en rêvant, en revivant et en espérant... Très joli !
Répondre
C
Merci Christina!
J
Mais tu es dans une veine romantique à souhait, Carine-Laure ! Hiiiiiiiiiiiiiii. Ce capitaine est peu courageux, ou idiot, de ne pas se jeter dans tes bras, comme l'écrit Edmée !
Répondre
C
Ah ah, Jean-Louis, c'est une vieille histoire, le recueil est sorti en 2013!
E
Capitaine, l'entendez-vous le chant de votre sirène, qui ne vous attend pas près d'un écueil rocheux mais dans ses bras perlés par l'onde au soleil?
Répondre
C
Ah oui...
M
Impossible, me semble-t-il, de rester insensible à de tels aveux ! J'aime vraiment beaucoup.
Répondre
C
Merci Micheline et amitié à vous deux.