Ta mémoire, pareille aux fables incertaines – De Christian Eychloma, lu par Edmée De Xhavée

Publié le par christine brunet /aloys

De ce livre paru chez Chloé des Lys dans la série « Collection », il y a beaucoup beaucoup à dire, et ainsi je dois en dire peu, pas trop en tout cas, pour ne pas gaspiller les surprises…

Christian Eychloma nous offre ici une histoire – des histoires qui n’en sont qu’une, ou une histoire qui en est plusieurs ? – fascinante. Et déroutante.

On part à l’aventure en direction d’Ouranos, provenant déjà de la colonie Atlantis. Loin loin de la terre, mais pourtant enfants de la terre, oui. Adaptés, au fil des ans et inventions, à ces nouveaux paysages, bonheurs et dangers. Anaïs, son frère et ses parents apprendront le coût de la justice-injuste, de la compassion, des questions que l’on ferait mieux de ne pas se poser, des risques pris pour avoir usé du cœur et non simplement obéi aux ordres. Toutes les bonnes intentions, n’est-ce pas, n’ont pas forcément d’heureux résultats. Et la révolte gronde, les soumis ne le sont pas autant qu’on le croit.

Est-ce la même histoire, ou une autre, ou quoi ? Mais bien des années plus tôt c’est Camille, son frère et ses parents qui quittent l’Algérie pour la Nouvelle Calédonie. Le vaisseau n’est plus spacial mais il craque de toute sa charpente contre les flots, pendant un long long voyage vers l’inconnu. Tout est à apprendre, la nourriture, les paysages, les dangers, les douceurs, et la justice-injuste, la tentation de l’idéal, du respect de l’autre, les risques énormes pris pour y arriver. Et la révolte des Kanaks gronde, gronde.

Anaïs et Camille peuvent-elles échapper à leur destin ? L’amour qui voit fleurir leur passage à l’âge adulte peut-il est le grand amour ?

Et là, entre ces deux poches de temps, Lucien se pose plein de questions, a des impressions, des besoins de savoir, et frappe à une porte (la bonne) où il réalise qu’en fait… aujourd’hui est-il hier ou déjà demain ? Comment expliquer les similitudes de scenarii dans certaines familles ou groupes humains ? Edgar Cayce… comment savait-il ce qu’il savait, et n’avait pas appris ? (Je me le demande aussi…). Sommes-nous, serons-nous, étions-nous, ou tout à la fois ?

Bien des questions, de celles qui nous ont à tous traversé l’esprit en passant, et que souvent on a repoussées d’un m’enfin, je vois trop de films… Et pourtant, qui sait, qui savait, qui saura ?

Une aventure passionnante, 278 pages qui vous ont emportés, heu, vous emportent, ah zut, vous emporteront bien loin ! Mais on en revient !

 

Edmée de Xhavée

 

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Christian Eychloma 29/04/2019 15:58

Merci infiniment pour cette super note de lecture, Edmée ! Je me laisse du coup tenter par une citation d'Elsa Triolet: « Le lecteur peut être considéré comme le personnage principal du roman, à égalité avec l’auteur. Sans lui, rien ne se fait »…

CATHIE LOUVET 20/05/2019 09:35

En effet, que serions-nous sans nos lecteurs? Les réels comme les potentiels, ceux pour lesquels nous écrivons??Que gloire leur soit rendue ...

Séverine Baaziz 29/04/2019 15:21

Un voyage dans les temps... Ou ne serait-ce les temps qui voyagent en nous ? Fascinante thématique !

Edmée De Xhavée 29/04/2019 08:35

Oh c'est en tout cas le déjà vu, déjà imaginé, déjà rêvé qui se mêlent à ce qu'on verra, imaginera et rêvera demain. J'ai dévoré ce qui paraissait sur Edgar Cayce il y a des années, j'étais fascinée par ça...

Christian Eychloma 29/04/2019 16:01

"Pour nous autres, physiciens convaincus, la distinction entre passé, présent et futur n'est qu'une illusion, même si elle est tenace" (Albert Einstein)

C.-L.Desguin 29/04/2019 05:32

Sans trop m'avancer (peur de tomber entre deux mondes), c'est ce qu'on appelle les mondes parallèles?

Christian Eychloma 29/04/2019 16:08

"De même que la Terre a perdu son statut de centre du monde, et après elle notre soleil et notre galaxie, c'est au tour de notre univers d'abandonner son statut central pour devenir la partie infime d'un ensemble plus étendu" (Brian Greene, "La réalité cachée")