Patrick Beaucamps vient de publier un nouveau recueil de poésies "En chemin jusqu'ici"

Publié le par christine brunet /aloys

 

Patrick Beaucamps est né en 1976 à Tournai (Belgique).

Il a grandi dans un milieu modeste et exercé plusieurs métiers : ouvrier imprimeur, magasinier, employé de vidéoclub, cheminot, bibliothécaire.

Auteur d’histoires courtes et de poèmes, il explore l’écriture à partir du quotidien.

 

Extrait :

 

Lieu-dit

 

Nous habitions un cul-de-sac,

au fin fond d’un lieu-dit.

Cachée de tout, notre maison

était bordée de vastes champs

que chaque saison transformait

en d’extraordinaires terrains de jeux.

 

Il m’arrivait d’arpenter les congères et les plaques

de verglas tel un explorateur,

ou de disperser mes peines dans les sombres sillons

creusés par les pluies.

 

Les nuits d’été, le cortège des moissonneuses

me tenait éveillé. De ma mansarde je pouvais voir

les phares qui balayaient l’horizon et les saisonniers

qui s’affairaient en chantant autour des remorques.

 

Plus de trente années ont passé depuis.

Assis à mon bureau, je réalise soudain

que plus jamais je ne verrai ce spectacle

ni ne traînerai dans ces champs. C’est à peine

si j’arrive à la revoir, ma mère, regardant

en plissant des yeux par la fenêtre ouverte

de la cuisine, me criant : À table.

Publié dans Poésie, présentations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martine Dillies-Snaet 21/03/2018 16:27

Patrick, c'est le Maurice Carême de notre époque! Une simplicité à faire frémir. C'est elle qui est la plus difficile à atteindre.

Marie-Noëlle FARGIER 21/03/2018 14:00

Il est là le bonheur dans ces instants quotidiens, simples. Merci de ces mots qui le traduisent si bien !

Jean Louis Gillessen 21/03/2018 13:21

Oui, je rejoins pleinement les commentaires précédents. Dès l'entame, j'ai ressenti l'odeur des champs et moissons, me suis laissé bercer par l'ambiance des endroits et des émotions d'instants souvenirs, et par ensuite en 7 courtes lignes l'instant ponctuel présent qui donne toute l'ampleur du sentiment. Oui, texte profondément touchant et parlant. Quel talent ! Bravo et merci, Patrick Beaucamps, pour cette nostalgie existentielle telle une fulgurance.

Jaen-François Foulon 21/03/2018 11:18

La vie quotidienne, calme et tranquille. Mais le temps est là, inexorable, qui laisse tout derrière nous. Le bonheur est déjà du passé;

bob 21/03/2018 09:08

écrire simplement les jours qui passent comme on regarde le ciel changer, un vrai talent tout en profondeur

C.-L. Desguin 21/03/2018 06:50

Des poésies aux reflets du quotidien et de l'humain. On sent l'odeur du café matinal et la petite larme qui roule sur la joue, on la voit, le facteur passera bientôt.