Texte n°2 concours les petits papiers de Chloé

Publié le par christine brunet /aloys

L’inavouable aveu


 

C’est décidé : je vais tout leur dire.

Je me suis levé ce matin la résolution chevillée au corps. Le cœur lourd comme un boulet de forçat, des nœuds plein l’estomac. Il fallait que cela cesse, sans quoi toute cette histoire allait finir par me ronger et les sangs et les os.

Emilie était partie travailler de bonne heure et de bonne humeur, me laissant seul, pensif, allongé sur le lit en position de crucifié, les yeux suspendus au plafond, sans même sans apercevoir.

 

Je me suis résolu à me lever et je me suis dirigé vers l’escalier menant au sous-sol, tout embourbé que j’étais dans mes pensées. Et comme si cela ne suffisait pas d’y être embourbé, elles se sont mises à me donner le vertige, à me faire tituber, rater deux marches, érafler le poignet, et cogner le haut du crâne. Quelques minutes plus tard, je retrouvais après tout ça, ce que je faisais ici, à plat ventre, dans le garage.

Ma caisse. Elle résonnait, mais c’était une toute autre qui m’amenait ici. La petite caisse bien camouflée derrière les bidons d’huile de vidange dans l’armoire en métal. Impensable pour Emilie, ne serait-ce que de poser le bout de ses doigts sur la poignée grasse à souhait. Je l’ai ouverte et je me suis changé : boots et blouson de cuir. La tenue d’un dimanche en famille.

 

Sur les trottoirs de l’avenue Montaigne, du boulevard Haussmann, de la rue de Braque, de l’impasse des Tourelles, j’ai traîné mes craintes. J’ai même cru les entendre crisser sur le bitume. J’avais beau chercher du regard un peu de distraction, de légèreté, tout me renvoyait à ma propre lamentation : les débris de nuages dévorés par le soleil ; les détritus vomis par les poubelles rouillées ; les volutes indigestes des échappements. Tout était chaos.

Je suis arrivé devant l’interphone, moi, mes boots, mon blouson de cuir et mes craintes. Celles que je n’avais pas su semer en route. Celles qui maintenant se mettaient à rire, à me railler, et même à me souffler que le pire allait arriver. Être méprisé. Pire : rejeté. Renié par la seule famille que je n’ai jamais eue : la mienne. J’ai regardé l’interphone en me disant que c’était peut-être la dernière fois que je pouvais espérer que la porte s’ouvre.

-    Oui, j’écoute…

-    C’est moi, Charles.

Quand je suis entré, je me suis senti mal. Mais terriblement mal. Comme ça, d’un coup. Comme si une lame de guillotine était apparue au-dessus de ma tête, en ouvrant la porte. Mes craintes ont commencé à suer. Mes pas se sont mis à jouer les notes de la marche funèbre de Chopin sur le tapis du couloir. J’osais à peine avancer. Les têtes décapitées accrochées au mur avaient toutes pris les voix familiales : le cerf, mon père ; la biche, ma mère ; la belette, ma sœur ; le sanglier, mon beau-frère. Tous se sont mis à s’esclaffer, l’œil de verre luisant comme jamais.

Je devenais fou.

-    Charles ! Qu’est-ce que tu fais, a hurlé mon père, du séjour. Tu viens ou quoi !?

J’ai fini par les rejoindre, mouillé comme une poule, tremblant comme un agneau. Le séjour, l’antre de la famille. Une famille de chasseurs-taxidermistes de père en fils depuis six générations, de collectionneurs de fusils et de hachoirs, fins gourmets et, accessoirement, passionnés depuis peu par les sculptures en ivoire.

-    Encore une fois, tu viens seul ! s’est plaint ma mère. Et ton Emilie, dis, quand est-ce que tu nous la présentes !?

Trop tôt, il était trop tôt pour tout dire. Le repas serait gâché et dans la famille, gâcher la viande, c’est un crime. Alors, en châtiment, mes craintes m’ont grignoté au rythme des bouchées et des goulées. Plus je mangeais, plus j’étais rongé par l’inavouable aveu.

Quand soudain, mon père s’est levé, a claqué martialement des pieds, tendu une cape rouge à droite, à gauche, claqué à nouveau martialement des pieds, crié un “olé” à vous réveiller un mort, et m’a performé l’abdomen à coup de banderilles.

Sa façon de nous annoncer sa nouvelle passion : la tauromachie.

Dans un vacarme que j’étais seul à entendre, la lame de guillotine qui m’avait suivi depuis l’entrée s’est abattue sur ma nuque. Ma tête a roulé. Mes yeux ont fixé mes boots. Et, à peine audible, ma bouche a avoué mon désespoir :

    -    Emilie est végan.

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

louvet 19/03/2018 10:36

Super texte!! Je m'attendais à plusieurs options de chute, sauf à celle-là. Bravo à l'auteur :)

Roland Smout 17/03/2018 19:57

Oh la honte! Il ne parle pas de sa propre tête accrochée au mur, à côté de sa sœur la belette. Sûr que c'est une tête de tourtereau.
Quant à la coquille, elle aurait été impardonnable uniquement si elle avait été écrite "sang". Comme dans sanglier...

C.-L. Desguin 17/03/2018 07:48

Il sera encore difficile de voter. Je veux dire de trancher.

louvet 19/03/2018 10:36

Carrément !!

Pâques 17/03/2018 00:19

j'adore !
Quel suspens et puis cette fin..
Génial

Jean Louis Gillessen 16/03/2018 16:00

Tous les ingrédients réunis pour une histoire réussie qu'on dévore jusqu'à la fin : suspens, fil rouge (saignant comme la viande), atmosphère angoissante, et chute inattendue, drôle. Le tout sous une plume alerte aux mots bien choisis qui rythment la lecture du récit. Bravo. .

Marie-Noëlle FARGIER 16/03/2018 12:02

Ce texte en dit long ! Entre autre identifie bien le dimanche avec cette boulimie et là si carnassière avec cette famille aux têtes décapitées.... Et ce mal-être de la torpeur à une souffrance physique (déjà digestive :) ) si bien décrit de ce blouson noir torturé devant la voracité de sa famille et sa frugale Emilie. Belle chute ! Ce texte est si riche que je n'en finirais pas d'en parler. Bravo !

Christian Eychloma 16/03/2018 10:43

Oui, pas mal, la chute !!! :D

Anonyme 16/03/2018 10:38

Ahhhhh ! Mes cheveux s'hérissent ! Une coquille ! "s'en apercevoir" en 6ème ligne, pas "sans".
Aïe !!! Là, je viens de me baffer...

Micheline 16/03/2018 09:35

Quelle chute !

Edmée De Xhavée 16/03/2018 08:34

Oh la! On continue fort, pas çà dire! Ceci est très original et le zeste de cruauté folle me plaît assez...

shana lilie 16/03/2018 03:15

Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). Au plaisir

Christine Brunet 16/03/2018 10:04

Merci pour votre passage sur aloys. Votre/vos blog(s) appelle(nt) au voyage. Très belles photos !