"J'ai vu passer...", un poème signé Alfred HERMAN

Publié le par christine brunet /aloys

J'ai vu passer...

 

J'ai vu passer d'étranges visages

A Ostende, un jour de carnaval,

J'ai entendu d'étranges langages,

J'ai vu, d'Ensor, l'affreux festival.

 

J'ai vu cet homme aux longues oreilles,

J'ai vu la femme au nez retroussé,

J'ai vu le gosse aux lippes vermeilles

Sur un singe au regard d'enfoiré.

 

J'ai vu l'homme au masque de squelette,

J'ai vu la femme au masque chinois,

J'ai vu le gosse au masque à sonnettes,

Taquinant Pierrette au frais minois.

 

J'ai vu passer le cortège aux masques,

Comme un régal de saintes horreurs,

Le vent l'éructait dans ses bourrasques,

La mer digérait mal ces clameurs.

 

J'ai vu passer les mêmes visages,

Chaque jour, après le carnaval.

J'ai reconnu les mêmes langages,

Chaque jour, après le festival.

 

La vie est cet étrange cortège

Qui passe devant nous sans arrêt,

Et chacun, dans ce sot cortège,

Fait, de son masque, son vrai portrait…

 

Alfred HERMAN

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Micheline 31/10/2017 11:30

Une belle manière d'évoquer Ensor.

C.-L. Desguin 31/10/2017 07:53

C'est vrai que lorsqu'on regarde les toiles d'Ensor, on a envie de déposer des mots sur tous ces masques, pour ajouter du mystère au mystère, peut-être.

Edmée De Xhavée 31/10/2017 07:46

Oui, on est plongés dans du Ensor, étrange défilé venteux et bruyant, et tous ces masques, ces masques quotidiens...