Dominique Veyrier nous propose la première page de son ouvrage, "Sous vos lacs endormis murmurent nos rivières"

Publié le par christine brunet /aloys

Dominique Veyrier nous propose la première page de son ouvrage, "Sous vos lacs endormis murmurent nos rivières"

Le monde à bout de bras, rien d’autre. Doté d’une autorité qui donnait à chacune de ses décisions un caractère d’évidence, il avait attendu quelques secondes encore, comme pour laisser place à d’éventuelles questions, mais rien.

Avant de traverser la salle à grands pas, l’affaire entendue et la séance close. Le 16 juin d’une année bissextile, au dernier étage du grand paquebot construit deux ans plus tôt par un architecte italien pour y abriter le siège social de BioLib en bord de Seine, il avait traversé la salle à grands pas.

Un peu après dix-huit heures sans doute. Comme toujours sans que nul n’intervienne, quand un éclat de rire eût suffi au milieu du naufrage. Mais non. Ses pas traversant la salle de conférence du dernier étage d’un paquebot symbole de la puissance de l’homme face aux éléments. Ou d’une mer qui a tout le temps pour elle, et qui sourit en attendant. Les pas d’un homme qui s’en vont. Qui vous tenait le monde à bout de bras. Depuis toujours, depuis l’enfance. L’enfance telle une mer enfouie, rien d’autre.

Dominique Veyrier

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
J'adore le titre de ce livre mystérieux et suggestif !
Répondre
E
On a envie de savoir ce que signifie ce bruit de pas, où ils vont ou d'où ils arrivent, quelle humeur anime l'homme qui marche ainsi... Bref... on approche du début de l'histoire mais on sait qu'il faudrait quelques pas de plus :)
Répondre
M
Comme le dit Séverine, le rythme est pertinent. On entend ces pas et comme j'aimerais continuer à les suivre... Bravo !
Répondre
S
Bien écrit !
Un début comme un chant de sirène, je trouve. Des répétitions. De la phrase courte puis longue. On se sent à bord du paquebot. Et ces mots: "naufrage", "une mer qui a tout le temps pour elle, et qui sourit en attendant"... que de présages.
J'aimerais bien encore une ou deux pages. Possible?
Répondre
C
L'ambiance est là, déjà. On attend.
Répondre