Albert Niko nous propose des extraits courts de son roman " l'homme au grand chapeau n'avait rien à cacher ni rien de grand"

Publié le par christine brunet /aloys

Albert Niko nous propose des extraits courts de son roman " l'homme au grand chapeau n'avait rien à cacher ni rien de grand"

La tristesse est une donnée qu'il vous faudra intégrer pour trouver une nouvelle planète bleue.

*

Deux miroirs se reflétant : lequel a commencé ?

*

...Et n'as-tu jamais vu en l'arc-en-ciel un échantillon de coloris pour ton futur papier peint?

*

averse du soir

sous le même arbre, figé

tout un troupeau de chèvres

comme si de rien n'était

*

un champ où bivouaquer –

on m'adresse au voisin

qui m'envoie chez le voisin

*

ignorant jusqu'où je dormirai

la nuit prochaine

mon ombre prend les devants

*

m'arrêtant sur le côté

pour recoiffer

mon ombre

*

les brebis sont toutes à paître

exceptée une

qui me regarde

Albert Niko

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Comme Edmée, le voisin m'a bien plu ! C'est très poétique et pourtant si réel !
Répondre
A
Merci pour vos remarques et critiques : leur volonté d'une juste exactitude me touche. Les derniers pseudo haÏkus me sont venus lors de randonnées dans le Cantal, et le Lot. Pour la petite histoire, le tout premier soir, je pensais qu'il me suffirait de demander gentiment pour pouvoir bivouaquer dans un coin de champ.... Sauf qu'on m'a gentiment conseillé de voir le voisin, qui ne manquerait pas de m'accueillir... Lequel m'a lui même adressé à son voisin qui disposait de chambres à louer... toutes prises et c'est comme ça que j'ai rencontré le béton d'un entrepôt pour cinq euros la nuit... Le lendemain, j'ai compris, j'ai attendu de me trouver un coin tranquille où planter ma tente à l'abri des regards !
Même si je n'écris pas de haïkus dans l'esprit originel du haïku, j'aime l'idée de dresser un cadre en quelques mots. Comme dernièrement :

Des trois, seul un demeuré me rend mon salut.

Voyez toute cette fumée que je crache
ce leitmotiv
à tous vents cette cheminée le crache

Enfin, si vous aimez ce genre de littérature, je vous conseille vivement de vous rendre sur le site des éditions Moundarren, où figurent tous les grands noms de la poésie sino-japonaise.
E
Quand je dis "heureusement" c''est dans le sens de "avec bonheur" :)
Répondre
E
J'aime le voisin qui renvoie au voisin... assez typique :) Ca semble heureusement différent de bien des textes...
Répondre
A
Carine-Laure, mon livre à paraître n'est pas un roman, mais un recueil de contes et textes courts...
Amicalement
C
Un roman original. Un texte sur lequel s'est tissée une poésie. Des mailles qui nous prennent aux filets de l'absurde, parfois. Albert Niko est un créatif. C'est un peu cela aussi, la littérature.
Répondre
J
Subtil, philosophique même, non dénué d'humour ... Tout en touches d'aquarelles ...
Répondre