Deux courts extraits de "Fleur de corail" intitulés "La douceur du temps" de Sébastien Quagebeur

Publié le par christine brunet /aloys

Et quand le vent caresse la mer

les bulles d'écumes éclatent de joie.

La terre douce comme de la laine fait jaillir des fleurs de soies.

*****

J'aimerais être invisible pour voir glisser l'amour sur les corps et les esprits.

J'aimerais être invisible pour boire la rosée d'une fleur qui s'appelle béatitude.

Deux courts extraits de "Fleur de corail" intitulés "La douceur du temps" de Sébastien Quagebeur

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Toucher l'insaisissable en quelques mots, mais quels mots ! débordant de sens par tous les sens. Très beau.
Répondre
P
Un peu court sans doute mais on peut remarquer le genre d'écrit et l'émotion passe.
Répondre
P
Subtil, concis, poétique, j'adore !!!
Bravo à Sébastien
Répondre
E
Beaucoup de tendresse et de délicatesse, c'est vrai...
Répondre
N
j'ai un besoin irrésistible de lire et de relire ces mots d'une tendresse infinie. Je vais les mémoriser pour m'apaiser les jours de tempête. Quel talent ! Merci.
Répondre
C
Douces et caressantes comme le parfum des fleurs, dès la première heure, dès les frimas du matin, ce sont les rimes de Sébastien Quagebeur.
Répondre