"LA MARE EN MAI CERTES, MAIS..." un poème de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

LA MARE EN MAI CERTES, MAIS...

En ce printemps distant
La mare est verte, le ciel est blanc.
Boudeuse, Nature fait la moue ;
Attend-elle donc les chaleurs d'août ?

Voici, alignés, que passent puis repassent
Quatre jeunes colverts, laissant sur l'onde leur trace.

Patauds, ils vont quitter l'eau,
Grimpent, un à un, sur l'îlot
Où ils s'ébrouent, bien vifs.

Or , celui qui manquait, tardif,
Le grain, s'abat sur la place
où, un temps, je me délasse.
Le parapluie m'abrite un peu
Car voilà que soudain il pleut.

Paradoxe saisonnier,
Sous l'ondée le soleil a percé
Un instant, puis, vite, s'est rencogné.

Heureux, les canards cancanent,
Tandis que sur le bras d'eau, là-bas, le héron plane.

Claude Colson, copyright.

http://claude-colson.monsite-orange.fr

"LA MARE EN MAI CERTES, MAIS..." un poème de Claude Colson

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Une jolie façon de se réconcilier avec une certaine mare dont nous avions marre il y a très très longtemps ....

Il aurait suffit d'un poème pour changer nos vues étriquées d'alors. Un poème comme celui-ci.
Répondre
C
Merci à tous ; Jean-Louis, l'illustration de couv. est de notre graphiste CDL.
Répondre
P
L'instant saisi, petite parcelle de bonheur en harmonie avec la nature !
Bravo Claude !
Répondre
N
Toujours un plaisir de lire Claude Colson
Répondre
C
Un peu de poésie dès le matin, un beau rendez-vous avec la nature.
Répondre
J
Ma que c'est jôôôli, Claude, ce poème printanier. Et ton calligramme, " Toi - Nous ", est sacrément bien réussi. Bravo et merci pour ce tout.
Répondre