Boire les ombres, un poème de Camille Delnoy

Publié le par christine brunet /aloys

Boire les ombres

siennes

aux douze circonférences de l’horloge

comme prisonnier

d’une éternité circulaire

j’avance la main.

Mais qu’est-ce qu’une main

pour l’ombre ?

Main affamée

par temps de son absence

tourne pareille

que tournent les aiguilles

d’une étrange folie solitaire.

Et déjà cette autrefois

qui germe entre les doigts

d’une douce infection

pour la mémoire.

Je lampe et suce les contours

me nourris de moments brûlés

à la moelle même des vestiges.

A l’heure où d’absence

tout s’écroule

la main – toujours la même –

se dessèche telle

silhouette suspendue

à une fissure d’espoir.

Camille Delnoy

Extrait de "Traversée de la main en solitaire"

Esquisses de ratures Camille K. Delnoy

Esquisses de ratures Camille K. Delnoy

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Poème en dehors des sentiers battus. Complexe.
Note @ " Truc " : ton avis est un avis, pourquoi donc choisir l'anonymat ? Pas très honnête, je trouve
Répondre
T
masturbation de l'esprit a la limite malsain
Répondre
C
Tu es un parfait idiot, au sens étymologique du terme
E
Je ne doute pas que de poète à poète, tu sois bien rassasiée par ceci Carine-Laure! Bravo pour cette main qui contourne...
Répondre
C
La poésie, ma nourriture. Celle-ci me rassasie fort bien.
Répondre