Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Articles récents

Nouveau jeu... Message codé à décrypter...

2 Janvier 2011 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Nouvelle

De Sarajevo, au plus fort de la guerre de Bosnie et après un long silence, Camille la guerillera écrit à Julien, son amant vivant à Paris. Par prudence, son message est codé…

 

Cher                                              Léonard,       

 

Mon cœur coupé du tien dans son enfer soupire ;

En vain j’ai cru pouvoir assumer ton absence.

Que puis-je raconter, lorsque j’ai tant à dire,

Pour que, sans larmoyer, je plaide ma défense ?

 

Dans les squares détruits et les mornes jardins

Du centre de Sarajevo, ma pauvre ville,

Un reflet cherche son corps, comme un baladin

Tend l’oreille aux bravos emplissant sa sébile.

 

C’est un sylphe attiré par mon parfum français,

Un elfe voltigeur, frais comme un jouvenceau ;

Son souffle annonce Eros qui, sous un air doucet,

Cache un dard empenné de plumes de gerfaut.

 

Le jeune guerrier craint de tomber comme Achille :

Ira-t-il jusqu’au bout des combats à mener ?

Jusqu’ici le dieu Mars a souri à Sibylle,

Son glaive a épargné ton soldat bien-aimé.

 

Les mots de la raison me chantent que tout passe,

Tout ! Qu’en ce monde instable, on n’a rien à gagner.

Un peu d’ivresse paie pourtant les coups d’audace

Et c’est le vent de peur qui nous fait lâcher pied.

 

L’amour, s’il est sans fard et sans ombre mérite

Qu’on ose quelque chose et qu’on accepte tout.

Accours, quand il t’appelle, à son signal bien vite.

Au fond, quoi de plus doux qu’un galant rendez-vous ?

 

                                 Sibylle

 


 

Quel est donc le secret de ce poème étrange ?

Comme Julien, retrouverez-vous le véritable message de Camille ?

Lire la suite

LISA DI SANTE SE PRESENTE...

1 Janvier 2011 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #présentations

photo-Lisa-de-sante.jpg

 

 

Comment dire en quelques mots qui je suis ? Pas facile. Née le 16 octobre 1979 à La Louvière, en Belgique ; enfant de la révolte ouvrière, des mouvements contestataires et littéraires surréalistes, je m’installe à Bruxelles pour suivre des études de philologie romane à l’ULB. Tant que j’y suis, je continue sur ma lancée et poursuis avec un diplôme dans la gestion d’événements socioculturels, puis décroche un boulot d’animatrice socioculturelle dans une ASBL d’éducation permanente. Et pendantcouverture-lisa-de-sante.jpg tout ce temps, je me marie, achète une maison, adopte trois chats, un chien, enterre mon poisson rouge, travaille, deviens maman, fais du théâtre, redeviens maman, … et puis, surtout, j’écris. Depuis toute petite. Un peu de tout, comme on dit : poésie, nouvelles, romans… L’année de ma trentième année est aussi celle de la publication de mon premier roman, « Quand j’étais moi », chez Chloé des Lys.  

 

Quelques mots sur le livre ?


Étudiante en lettres à l’université, la narratrice partage sa vie entre ses cours et un bar mal famé ou elle est serveuse le soir pour payer ses études. Entre une mère tyrannique, un père absent, un physique qu'elle n'assume pas, et l'absence de vie amoureuse, elle se terre dans ses lectures et une vie imaginaire remplie d’aventures. Sa seule alliée est sa meilleure amie, Arinna. Mais celle-ci disparaît soudainement. Bravant sa trouille, la narratrice décide de se lancer à sa recherche. Surveillée, poursuivie, emprisonnée, elle va se retrouver entraînée malgré elle dans une suite d'événements dont elle perdra peu à peu le contrôle.


«  Un roman de fiction qui mêle le récit intime, l'intrigue et le fantastique. Un roman sur ce qui fait de nous des individus et ce qui nous relie au monde, sur Dieu, la nature humaine, l’immortalité. Et les mères tyranniques. »

 

Un extrait ???

 

C'était un jour où le soleil brillait par son absence. Un jour où la pluie marmonnait au trottoir sa rancœur. Un jour où le four micro-ondes, le ventre chaud, bipait sa solitude au robinet malade, qui ne cessait de crachoter. C'était un jour où le poulet réchauffé avait le goût de poulet, ni plus ni moins. Un jour où le parapluie dégoulinait de bon sens et le bus éclaboussait sa monotonie.

La jeune fille baissait la tête en marchant vite sur le trottoir. Peut-être qu'elle observait les crottes de chien, peut-être qu’elle ne voyait rien. Peut-être qu’elle ne voulait pas croiser le regard des passants qui marchaient tête baissée pour ne pas voir les autres passants. La jeune fille était banale, pas très jolie, pas très gaie. Elle était un peu grosse.

Elle arrivait devant la classe. Les autres étaient indifférents. Elle avait l'habitude de passer inaperçue. Elle n'avait pas de dessins sur le corps ni d’anneau sur le visage. Elle ne portait pas de vêtements trop courts, ni trop colorés. La jeune fille était trop ordinaire pour être remarquée.

 

 

Lisa Di Sante


Lire la suite

Marie-Claire George a lu "Albert ou la quête d'un marathonien" d'Alain Bustin

31 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Fiche de lecture

marie-claire-george.jpg

 

 

 

J’ai lu  « Albert ou la quête d’un marathonien » d’Alain Bustin

 


 

            Un vrai coup de cœur pour ce court roman d’un amoureux de la montagne. Son héros, comme lui, avale les marathons de Paris ou de New York, défie les sommets des Alpes dans des courses exigeantes qui le confrontent à lui-même et s’interroge sur ce qui le pousse à constamment se dépasser.

 

            Cette histoire dépasse le côté anecdotique de l’autobiographie pour interpeller le lecteur sur son propre cheminement : comment faire le deuil de ses manques, sans esprit de vengeance, sans s’empêtrer dans un rôle stérile de victime ? Quel sens donner à sa vie, et quel prix payer pour parcourir son9782874594625 1 75 propre chemin ? Pour autant, ce livre n’a pas l’austérité d’un traité de philosophie ; il nous entraîne dans des paysages grandioses, nous fait vivre l’atmosphère des départs de ces courses d’endurance, nous ramène à travers la souffrance et les doutes vers un quotidien chaleureux.

 

            L’écriture d’Alain Bustin n’est pas la moindre des qualités de ce livre. Des phrases fluides, un style vif, un ton dynamique emportent l’adhésion du lecteur. Bref, voilà un roman original, profond, bien construit et bien écrit, et dont le succès est amplement mérité.

 

 

 

 

Marie-Claire George


Lire la suite

journal de bord... Karl Chaboum et Hugues Draye

30 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Textes

chaboum

 

 

Fanfantastique

L’éléphante avait un gros ventre.

Youpi, dit le papa. On va avoir un éléphanteau.

To to… dit-elle, ne sachant pas qu’il disait vrai.

Mon ventre est que… j’ai trop mangé de fines herbes.

Ouvrir un resto sera un franc succès. Je ne me trompe jamais.

 

 

Karl CHABOUM

http://karlchaboum.blogspot.com/

 

 

******************************************************

H.drayeJournal de bord, vendredi 19 novembre 2010 

 
Un état KO qui ne s'arrange pas, tout au long des jours qui viennent. En soi, ce n'est peut-être pas grave. Faut p'têt juste accepter. Faut dire : j'ai du mal à voir la différence, parfois entre "lâcher prise" et "se laisser aller" (l'éducation, quand même !). Faut dire que ... pendant longtemps, j'avais du mal à admettre que j'étais fatigué. Enfin ... je n'avais peut-être pas (trop) de mal à l'admettre pour moi, mais ... l'image extérieure, c'était une autre paire de manches. Etre fatigué, en méforme, c'était tomber en disgrâce aux yeux de ceux (ou celles) dont j'attendais tendresse, protection, soutien.
 
Je ne dis pas que je n'en ai pas eu, du soutien, de la tendresse.
Je garde quand même des marques ...
des nombreuses fois où, à la maison, je suis resté ... sans rien faire
"Mon Dieu, tu n'en as pas marre de rester oisif ?"
J'ai entendu ma mère soupirer quand je ne faisais ... rien
 
Et aujourd'hui ... eh bien, j'ai parfois encore du mal, à avancer, certains matins.
 
Et pourtant, mon corps me dit "stop"
 
Même le PC, il m'en fallait pas, ce matin. J'ai tenté de l'allumer ... mais sans grand enthousiasme. Allons, HUgues, sois pas accro !
 
HIer, je suis allé, avec ma chérie, voir une superbe expo de chapeaux, et de sacs, dans le Centre Ville, rue de Laeken. Je ne peux résister au plaisir de partager quelques photos de cette situation.
  
Lire la suite

Carine-Laure Desguin : Dans les rues de Charleroi...

29 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie

desguin
Dans les rues de Charleroi ...

 
Dans les rues de Charleroi sous le ciel
Gris et bas
Tu avais déchiré tes bottines
Avais-tu faim avais-tu froid
Les chemins des usines
Paysages industriels
Au cabaret vert
Tu demandas des tartines
Et une ou deux bières
 
Je marche souvent
Depuis longtemps déjà
Dans les rues où tes pas
M'ont donné rendez-vous
Je cherche parfois
Ce cabaret vert
Une tartine de jambon
Et une ou deux bières
Vers cinq heures du soir
L'heure où les gueules noires
Déminaient les secrets
Souterrains et sans sous
 
Etait-il ici était-il là
Abri des chiens abri des loups
ce cabaret vert
Les pieds en sang
Tu t'arrêtas
Te rassasias
Bu quelques bières
As-tu écrit sur la table ?
 
Ensuite qu'as-tu fait de ta nuit ?
Sur les quais de la Sambre
Où t'es-tu endormi ?
Dans quel hôtel quelle chambre
As-tu écrit sur la table ?
Souffle-le moi dans le vent
Dans les fumées des usines
Souffle-le moi souffle les mots
Huit consonnes et cinq voyelles
Tes écrits pleuvent dans les ciels
Sur les quais de la Sambre
Les pavés te disent merci
Toi le poète le créateur de mots
Toi l'africain le surhomme
Les chemins se rappellent
Et te nomment,
 
 Arthur Rimbaud .

Carine-Laure Desguin
http://carinelauredesguin.over-blog.com
Lire la suite

EDMEE DE XHAVEE: l'écriture, c'est ce que la création m'a donné d'un peu spécial pour m'amuser ... Un interview de Christine Brunet

28 Décembre 2010 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #interview

Edmee-chapeauEn feuilletant le blog d'Edmée de Xhavée, auteur des Romanichelspublié aux Editions Chloé des Lys, quatre petites lignes ont capté mon attention... 

 

" Je suis née à Verviers (Belgique, Province de Liège) d'une famille vagabonde par nécessité. Oncles, tantes, grands-parents avaient soit vu le jour sous d'autres cieux, soit vécu sous ces autres climats, vu ces rivages encore purs de tourisme, chevauché dans les pampas ou bravé les flots sur des voiliers qui tanguaient vers l'Est ou l'Ouest."link

 

Ouahou! L'aventure, les destinées uniques, le poids du passé...  Un cocktail irrésistible qui me renvoie à mes lectures d'enfance, à ma folie des voyages... qui m'a poussée à lui demander de me parler d'elle, de son rapport à l'écriture...

 

L'écriture, m'écrit-elle, "c'est ce que la création m'a donné d'un peu spécial pour m'amuser et apporter quelque chose aux autres.

 

Si j’ai fini par être publiée, c’est un mélange de hasard, de chance, et de ce petit "pourquoi pas au fond ?" qui s’est mis à me taquiner les pensées."

Je lis et relis sa réponse et lui pose alors la question qui me turlupine...

 

Comment as-tu abordé l'écriture de ton roman?

 

Romanichels-front.jpgJ’ai écrit Les romanichels pour moi, sans aucune intention de le faire lire sinon à mes proches. J’avais envie d’à la fois me débarrasser de souvenirs en les banalisant sur le papier, et d’en protéger d’autres en les sculptant sur la page. Il ne s’agit pas d’une biographie, mais d’une mosaïque de fragments de vies et personnages. Vrais, imaginés, ce que les choses ou gens auraient pu être en réalité si seulement …

 

Et puis une fois terminé, parce que mon frère avait, en même temps que moi, terminé la rédaction de son premier roman dans le but de le publier, j’ai entendu ce timide pourquoi pas, au fond ?

 

Et voilà !

 

Pourquoi continuer à écrire ?

 

Parce que j’ai encore des choses à dire !

 

Je suis particulièrement attirée par l’incidence que les vies qui nous ont précédés ont sur la nôtre, parce que chaque génération pose ses échecs et terreurs dans le berceau de la suivante. On met toute une vie à se sentir maître de la sienne, à se dépoussiérer des acquis inconscients de celles de nos parents. Seul l’amour allège la charge, l’amour sous toutes ses formes pour autant qu’il soit vrai.

 

Quel rapport as-tu avec ton texte et tes personnages ?

 

Comme beaucoup d’auteurs je crois, j’ai une idée générale de mon sujet,  mais pas les détails. Parfois pas la fin non plus. Je suis les personnages, qui ont une fureur de vivre leur vie sans fardeau, eux, assez déroutante. Pour les nouvelles, ce sont des faits divers qui souvent ne veulent pas quitter mes pensées, et veulent rester avec moi sous le déguisement d’une nouvelle.

 

Tu dis que tu avais envie de te débarrasser de certains souvenirs... Tes textes, ta façon d'écrire ne sont-ils pas le reflet de ton passé, de cette hérédité qui te colle à la peau ?

 

Je suis née entre deux chaises, appartenant à un groupe social « de par ma naissance » mais n’ayant droit qu’aux coulisses suite au divorce de mes parents. L’école catholique a eu la même attitude. J’ai donc vécu comme une romanichelle sociale, ayant le choix entre vouloir regagner à tout prix les échelons perdus, ou errer au gré de mes découvertes, sans jamais appartenir à aucun groupe stable. C’est ce que j’ai fait, et c’est aussi ce qui m’a, en fin de compte, réconciliée avec mon « milieu » d’origine, contre lequel je n’ai pas de rancœur, parce que je ne lui dois rien. Liberté absolue, un bien être sans prix. Et il n’est donc pas étonnant qu’après des années de déplacements, j’aie enfin le projet de revenir planter ma roulotte là où je suis née.

 

Mon univers littéraire est inégal, comme mon parcours. Un de mes livres préférés est Madame Bovary, que je trouve toujours très moderne comme thème. Et un des livres qui m’a marquée en premier lieu est Le vagabond des étoilesde Jack London. J’en parle d’ailleurs dans Les romanichels, car mon père, extrêmement rationnel, nous lisait ce roman le soir avant de nous endormir, et était bien loin de se douter que tout ce qui nous intéressait, mon frère et moi, c’était ces voyages dans les vies antérieures. Mais j’ai lu aussi pas mal de « bêtes livres », comme je regarde parfois de « bêtes feuilletons » quand mon esprit est trop las pour avoir des exigences décentes. Bien dommage, puisque ça fait passer un temps qui ne reviendra jamais, qui est dans la partie inférieure du sablier … mais aimer le beau ne protège pas de la fatigue intellectuelle, hélas !

 

Tu me parles de ton roman, "Les romanichels"?

 

Les romanichels, c’est donc une histoire qui vagabonde pas mal, entre sociétés et pays différents. Quatre générations. Une jeune femme, Olivia, va passer une semaine avec sa mère, alors qu’elle avait prévu de partir en vacances avec son mari et des amis. C’est qu’elle a un peu insisté, la mère, et que ce n’est pas son genre. Et cependant, ce n’est pas elle qui s’est occupée de sa fille, elle en a confié la garde et les premières années à sa propre mère, l’impeccable Adrienne.

 

Et au cours de cette semaine de parlottes, Olivia apprendra à regarder son univers autrement. Drames, larmes, repas de fêtes, rires, tragédies, secrets dévoilés défileront dans le salon de l’appartement maternel, tournant définitivement une page.

 

Créer... C'est proposer aux lecteurs un univers dans lequel ils peuvent se projeter, qu'ils peuvent s'approprier, capable de les faire rêver d'un ailleurs auquel ils n'auront jamais accès...

Mais créer, c'est aussi livrer aux autres son acquis et son inné. C'est rêver un peu avec le monde que l'on crée...


Envie d'en savoir plus sur Les romanichels ? link

 

 

Christine Brunet

Un interview publié sur le blog "recreaction" le 28/03/2010

 

http://recreaction.over-blog.org

http://aloys.over-blog.com

 

Lire la suite

Alain Magerotte a lu "Entre chien et loup" de Micheline Boland

27 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Fiche de lecture

Alain

 


Boland, mal an, Micheline sort son recueil de nouvelles.

 

Waow, une ancienne psy, me dis-je, et dire que je n'ai pas du tout lu Freud ! Comment vais-je m'en sortir ? Je m'imaginais déjà me farcir des phrases du style (même si ce n'est pas vraiment un langage de psy, mais vous allez comprendre pourquoi j'ai choisi ce texte…) : "La réintroduction contradictoire d'une discontinuité non-historique prospective affirme la libération du magma de la procréation dans l'illumination parfaite de la béatitude cosmique exaltée…"

 

Si d'aventure quelqu'un ou quelqu'une tente de me faire parvenir un soupçon d'explication à ce galimatias, il me copiera cent fois : "Je dois cesser de faire le malin devant mes petits camarades." Cette phrase, en effet, ne veut strictement rien dire ! C'est juste le fruit d'un esprit surchauffé, le mien en l'occurrence.

 

Pub ! (Hé !... Y a pas de mal à se faire du bien, d'autant que sur L'ACTU, elle est gratos, merci Bobichounet…) Cette phrase, je l'ai placée dans une des nouvelles que l'on retrouvera dans mon prochain recueil, LA PART D'OMBRE, qui doit sortir à la fin de cette année 2010. Heureusement, le reste n'est pas à l'avenant et coule de source telle l'eau claire… Tout le monde s'en f… ? O.K., mais je préférais le signaler… au cas où cela intéresserait malgré tout l'une ou l'un. Fin de la Pub.

 

NOUVELLES ENTRE CHIEN ET LOUP comporte 19 nouvelles pour le prix de 20,70 €. 1,089 € la nouvelle, c'est donné. Voilà en tout cas un beau cadeau à faire car ce recueil est passionnant de bout en bout. Je ne vous ferai pas languir davantage, passons dès lors en revue ces 19 récits.

 

Une mouche : originale et intéressante complicité entre une femme et une mouche. Rien à voir avec Madame Mouche à beurre (Butterfly, pour les anglophiles). En fait, c'est une veuve éplorée qui trouve du réconfort grâce à la présence d'une mouche. Des liens se tissent (heureusement pour la bêbête que ce n'est pas une toile, sinon…) et la Dame lui donne même un nom : Miche… à la mémoire de son mari qui s'appelait Michel.

 

Et tant pis pour les enculeurs de mouche qui trouveront sûrement à redire quant à la durée (trop longue) de la vie de la mouche Miche. On s'en balance, le but est atteint, et c'est l'essentiel, car, dès le départ, on est à la fois accro et intrigué par cette singulière connivence.

 

Voyage… : Micheline nous décrit avec une précision diabolique (Normal quand on vit avec Devil(le) !… Lucifer, sors de ce corps !) les sentiments par lesquels passe un type qui n'a pas le courage de dire à sa maîtresse, beaucoup plus jeune, que c'est fini entre eux.

 

Les laides : Certains disent, et vont même jusqu'à le chanter, que l'amour ça rend beaux les laids… et bien, noss Micheline nous dresse le portrait d'une laide qui reste laide malgré l'amour qu'elle porte à un homme… marié ! Pire (comme disait Luc…), cet amour ne la rend pas plus belle "à l'intérieur"… car cette laide, telle l'araignée tissant sa toile, tente, petit à petit, de mettre le grappin sur Gaetano (nom du bonhomme)…


Mais, pourquoi LES laides ?… Caramba, y en aurait-il donc plus d'une dans ce récit ?... Affirmatif, la mère de Gaetano n'a pas un physique facile ("plus correct"… on en reparlera…), elle non plus. Il semblerait, heureusement pour lui, qu'elle n'a pas trop déteint sur son "gamin"…

 

Rendez-vous : Un quiproquo… Une arrivée tardive… et tout cela dans un parc, cadre champêtre s'il en est… une balle perdue… qui nous rappelle, malgré les arbres et les petits oiseaux, qu'on vit dans un monde de brutes…

 

Un peu de printemps en hiver… : Une belle histoire d'amour entre des personnes du 3ème âge… touchante l'attitude de ce Gino… vraiment, c'est le genre de type qu'on aimerait avoir comme copain quand on est… célibataire… car il plaît, le bougre ! Il n'y peut rien, c'est comme ça… pauvre petite victime, va !... Un poco Gigi l'Amoroso, no ?...

 

Folie: Bizarre cette Paulette… la sens pas très bien, c'te femme-là… l'aurait dû s'appeler Pas nette…
Consultons la carte, voulez-vous ? Au menu : la vengeance; à déguster tantôt comme un plat qui se mange froid sur un lit d'hôpital (Une vengeance), tantôt comme un plat qui se mange chaud dans un resto (Pour l'amour de Boubou).

 

Alarme ou pas ? : Monique et Arnaud… Harold et Maud à la sauce hennuyère ? ...

 

Une amie véritable : Paraît que l'amitié a un prix… il est assez élevé si l'on se réfère à ce9782874593581_1_75.jpg récit. Le coût du risque en plus et vous obtenez une somme exorbitante…

 

Dernier devoir : Françoise est atteinte d'un cancer. Dès qu'elle a entendu la sentence, elle a su qu'elle allait abréger sa vie, avant que la maladie y mette un terme. Cependant, avant de disparaître, elle échafaude un plan diabolique contre son ex, je ne vous raconte pas l'horreur… non, je ne vous la raconte pas !

 

Il capriccio della fontana : Isabelle vient d'avoir 40 ans. C'est l'année de son divorce et de la perte de son emploi de secrétaire. Mais, c'est aussi l'année d'un héritage suite au décès de son parrain.
Isabelle fréquente assidûment un petit resto italien "Il capriccio di Paolo" et là, elle se laisse aller à rêver d'Italie, de Rome (Ben oui, elle ne va tout de même pas rêver de Francfort et de saucisses…), jusqu'au jour où elle entre en contact avec un homme assis à la table d'à côté. Est-il réel ?... Sort-il de… ? Ici, on touche au fantastique…

 

Rencontre romaine : Rome sous la pluie, Rome sous le soleil. Le charme d'une ville, le charme de ses habitants, plus sympas que fous ! Si cela vous botte, allez-y faire un tour, sinon, tant pis, tenez-vous en à vos gauloiseries…

 

Bienheureux les cœurs purs : Rien ne va plus entre Juliette et Bernard qui n'a rien d'un Roméo. Pas Capulet mais Crapuleux, il assène à une cadence régulière des reproches et des insultes à l'adresse de sa compagne. Le ton monte, aigu, et ce n'est certes pas par la magie d'un voyage en montgolfière (à ne pas confondre avec une personne à défi spécifique hautaine, patience on y vient…) que leur amour reprendra de la hauteur. Bien au contraire, malgré les apparences, ça vole bas… On y arrive enfin… Dans ce récit, on apprend que Juliette a trouvé un emploi de technicienne de surface. Ce politiquement correct m'amuse toujours. Je pense sincèrement qu'il n'y aucun déshonneur à exercer le métier (ingrat) d'ouvrière d'entretien ou de femme de ménage. Perso, je trouve la dénomination "technicienne de surface" assez cynique. En effet, le mot "technicien" suggère une spécialisation, un diplôme… que ne requiert pas l'occupation de femme d'ouvrage. C'est un mal pour un mieux.
D'autres expressions dans le genre foutage de gueule (heu, pardon, dans le genre politiquement correct) ne sont pas piquées des vers non plus :

Un échec : succès différé, Un facteur : préposé aux communications, Un coupe-gorge : quartier sensible, Être expulsé : faire l'objet d'une mesure d'éloignement, Une déportation : transfert de population, Une caissière : hôtesse de caisse, Un terroriste : activiste, Un balayeur de rue : Agent d'entretien, Un handicapé mental : personne à défi spécifique… Et moi, je me demande qui est cette bouche d'évacuation pour aliments digérés (trou de balle) qui nous prend pour des personnes en quête de neurones (cons) ?

 

Attendre : Une rencontre sur Internet, un rendez-vous et puis, l'attente… souvent le meilleur moment… parfois le pire quand l'autre a du retard, beaucoup de retard… tout en finesse, tout en douceur… magnifiquement décrit !…

 

Curieux homme : Toujours vert, le pépère, non ?… Et sûrement pas parce qu'il est écolo… voyez ce que je veux dire… Un homme presque parfait : Virginie tombe amoureuse de Claude, sacristain intérimaire dans la Paroisse. Un sacré sacristain qui a tout pour plaire, tant physiquement que moralement… mais comme rien n'est parfait en ce bas monde, il y a un hic pour Virginie… son minou !... Hé, ho, c'est le nom du chat (un rouquin) de Claude ! Faut savoir que Virginie a la phobie des chats…

 

Un environnement plus sain : Bien que n'ayant point subi de traumatismes durant ma jeunesse… je ne supporte pas le bruit ! Surtout les engins pétaradants ! Cependant jamais au grand jamais (même si l'envie me prenait), je ne lancerais mes deux fifilles, Sally et Betty, à l'assaut de tels olibrius… je ne voudrais pas qu'elles subissent le sort de Marquis et de Jerk !... Brrrr !...

 

Un entêtement comme un autre : Claudine Moureau s'obstine à trouver un lien de parenté entre Antoine Brunchemain et le frère de son époux qui est décédé. Dans le genre tenace, c'est une épée la Claudine…

 

Les personnages de Micheline Boland sont des gens simples, comme vous et moi. Leur vie n'est pas extraordinaire dans le sens premier du terme (qui sort de l'ordinaire). Et pourtant, par la magie de son écriture, Micheline Boland réussit à donner de belles couleurs à ces vies confrontées à des situations courantes.

 

Mme Boland est une des locomotives des Éditions CdL, pas parce qu'elle se prénomme Micheline, mais parce qu'elle possède un incontestable talent de conteuse…

 

 

Alain MAGEROTTE

 


Lire la suite

Céline Gierts a lu "La Marie-Thérèse" d'Hugues Draye

26 Décembre 2010 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture


http://www.bandbsa.be/contes2/giertstete.jpgMais qui est donc Marie Thérèse ? Marie Thérèse a-t-elle tant de charisme pour que ces quelques mots prononcés distraitement, sans sérieux ou avec médisance intentionnelle bouleverse la journée de José ?


Marie-Thérèse ou l’effet pygmalion : « Apporte moi un peu de considération et je serai meilleur, traite moi comme un moins que rien et je ne te décevrai pas dans ton diagnostic» ? Sommes-nous tous esclaves du regard de l’autre ? 


Qu’est-ce que cette femme représente pour José pour que ces quelques mots prennent tant de pouvoir sur son estime de lui-même et sur sa perception des autres ? Est-il amoureux ? http://www.bandbsa.be/contes2/marietherese.jpgRessemble-t-elle à tous ceux qui l’ont méprisé ou aimé avant elle ? 


Voyage d’un homme au centre de lui-même. Dans sa tourmente et son questionnement, les autres ne peuvent être que des images soumises à son imagination sans fin. José n’ouvre pas réellement sa porte à l’autre, il est trop occupé à se chercher lui-même et à lutter contre les fantômes de son passé.


José témoigne de la fragilité et du questionnement humain, de la vulnérabilité à la parole de l’autre. Une histoire originale en deux versions pour nous rappeler le poids de mots et du regard que l’on porte au monde et sur ceux qui y vivent ou y survivent…

 

 

Céline Gierts

Lire la suite

Quelques Haïkus de Micheline Boland en ce jour de Noël... et puis ? Karl Chaboum et Hugues Draye, des textes pour nous surprendre !

25 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #journal de bord-à la une

 

boland photo

Quelques haïkus de Micheline pour célébrer la fin de l'année : 


Les rois mages passent
À la lueur des bougies
Audace du rêve

Retourner chez soi
Messe de minuit finie
Une étoile brille

Les bas suspendus
Devant le foyer ouvert
Viens Père Noël !

Parmi les déchets
Les emballages cadeaux
Déguster la bûche

Sur le carrelage
Une boule de Noël
Le chat est passé

Les boules incassables
Le sapin artificiel
Seuls les vœux sont vrais.

Gui porte-bonheur
Attaché au luminaire
Voler un baiser.

 

 

 Micheline Boland


Visitez le site de Micheline : http://homeusers.brutele.be/bolandecrits/
Visitez le blog de Micheline : http://micheline-ecrit.blogspot.com/

 

 

*********************************************************************

 

 

grosse-camerachaboum.jpg

 

 

Mammarizzou 

 


Sa tactique est différente des pappa.

Elle se maquille en mère portant un gros bébé.

Quand la vedette sort de chez elle, elle se met à pleurer :

« J'ai une crevaison. Je ne peux pas rentrer à la maison. »

Tandis que l’autre cajole l’enfant...

 la mamma prend ses photos, et les planque là.

 

 

 

KARL CHABOUM

http://karlchaboum.blogspot.com/

 

 chaboum

 

 

**********************************************************************

 



H.drayeJOURNAL DE BORD, MERCREDI 17 NOVEMBRE 2010


 
"Tu m'excuses mais je dois aller bosser !", me dit, derrière un grand sourire, une barbe, une casquette, un gars qui a pourtant pris l'initiative (il me connaît, sans doute) de me saluer.
Encore une porte qui s'ouvre pour se refermer ensuite ?
Allez, Hugues, ne le prends pas pour toi !
 
Avenue des Celtes, Etterbeek, un bistro a pris la place d'un ancien, en travaux depuis belle lurette. Endroit select (apparemment). La serveuse, grecque d'origine, lisait un bouquin sur ... l'énergie.
 
Verrai-je ma chérie ce soir ?
 
En langage informatique, j'aim'rais qu'on méclaire sur le sens du mot "podcast".
 
Delphine, qui habite au 18 rue de ..., avec laquelle j'ai repris le train depuis Tournai, me laisse une empreinte ... plus que forte. Son sourire ! Ses longs ch'veux ! Son apparence de fermeté, de dur'té, quand elle écoute, quand elle ne rit plus ! D'accord, je suis déjà pris ... et j'assume, j'assure (la Delphine est aussi prise, sûr'ment). Mais voilà, j'aim'rais la r'voir.
 
Et Catherine, qui, une demi-heure avant que je ne reprenne le train depuis Tournai, dimanche dernier, et qui attendait sa fille qui rev'nait de Louvain-la-Neuve (le train qu'elle attendait avait du r'tard à cause des inondations), qui habite à Villeneuve d'Ascq (près de Lille), avec ses ch'veux courts et frisés ... encore une qui m'a laissé quelques étoiles dans les yeux, dans mon coeur et dans ... (vous m'avez compris). Je pourrais, sur le champ, reprendre une correspondance et filer dans son île, si les circonstances le permettaient. D'accord, encore une fois, je suis déjà pris (et je ne le regrette pas). Et notre Catherine n'est sûr'ment pas le genre de femme qu'on laisse seule !
 
Et N..., avec ses longs cheveux noirs, sa robe noire, son nez de clown, accompagnée de sa fille qui ne termine pas sa glace ... mmmm, je ne dis pas non, non plus ...
 
ET E..., avec sa voix rauque, de vingt-quatre ans ma cadette (je pourrais être son père), qui étudie au Conservatoire, dont le compagnon (avec lequel elle est depuis trois ans) est chanteur ...
 
J'ai bien voyagé le week-end dernier.
 
Je parcoure "Mauvais enfant", un livre "témoignage" de Julie Poncelet. Poignant ! 
  
une écluse, déterminante pour mon retour
les sgraffiths ont d'autres légendes dans d'autres villes
celui qui me sauve

celle que je découvre
 
 Aïe ! Je ne retrouve pas le petit carnet de dessin, sur lequel je tente volontiers quelques ébauches.

 
Nerveusement, je cherche, tandis que deux p'tites vieilles entrent dans le bistrot, et n'attendront sans doute pas trop longtemps, avant de vouloir s'asseoir.


 
**************************************
 
UN QUART D'HEURE AVANT D'ALLER CHANTER

  
Maint'nant ...
 
Le fameux bloc de dessin se trouve probablement à la maison, dans une caisse où je l'ai remis.
 
Dans un cas extrême ...
 
J'en ai un autre, déjà.
 
J'aurai p'têt l'opportunité de chanter, rue des Tongres, d'y faire une animation, le sam'di 4 décembre prochain.

Hugues Draye
huguesdraye.over-blog.com


*********************************** A LA UNE **************************

Bibliothèque de Lessines

(Grand Place)

Mercredi 12 janvier 2011 19h30

 

A la rencontre d’un auteur :

 

Jean-Philippe Querton

 

 http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:c7Xy0siilgPexM:http://www.meurs.be/images/publiques/Jean-Philippe_Querton.jpg

 

 

Auteur de romans (Le Poulet aux Olives, Pronunciamiento, Mortelle Praline, L’homme à la Chimay bleue, Les Perdants), de centaines d’aphorismes, il évoquera son actualité, à savoir un livre de cuisine (Trésors de la cuisine du Hainaut) et d’un livre - témoignage à paraître en 2011 : «  La Méthadone m’a tué » 

 

Rencontre avec passionné des mots, discussion autour de l’écriture, de la création littéraire…

 

Une rencontre conviviale à ne pas manquer.

Séance de dédicaces à la fin de la soirée.

 

Renseignements : 068/27.05.20

 

http://jeanphilippequerton.e-monsite.com/

Lire la suite

Barbara Flamand : 1ère partie "Les vertiges de l'innocence", extrait de la nouvelle "La longue vue"

24 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Textes

http://www.bandbsa.be/contes2/flamandtete.jpg
1ère partie "Les vertiges de l'innocence"

Extrait de la nouvelle "La longue vue"


 Je demandai si je pouvais ouvrir la fenêtre arrière pour admirer le parc. En acquiesçant, Madame Martin s’installa devant son piano ; elle me fit entendre quelques gammes puis m’annonça une sonate de Chopin. Les yeux mi-clos, elle se mit à jouer en balançant légèrement le haut du buste. La musique la transportait et l’embellissait, mais ce visage nouveau n’était pas l’expression du bonheur, et peut-être, ne fermait-elle les yeux que pour mieux accorder sa plainte intérieure aux accents mélancoliques de la musique. Je portai mon regard vers le ciel ; l’envolée de ces notes méritait une autre dimension que cette chambre et ses murs, elle aspirait à l’immensité bleue et aux mystères qu’elle recouvrait.


Je regardai alors le parc, sublimé par la magie de la musique, l’étang aux nénuphars, les deux statues à l’entrée de l’allée principale, le petit pavillon mangé par le lierre grimpant... Quelle bonne idée j’avais eue d’emporter la longue-vue !


Je la braquai d’abord sur les statues, deux nymphes pudiques qui ouvraient le chemin vers l’entrée du pavillon, puis sur celui-ci, plus exactement sur la fenêtre que le lierre épargnait encore. D’un coup, la lunette s’emplit des formes rebondies de Mademoiselle Martin, étalée sur un sofa. Le corsage entr’ouvert donnait le champ libre à deux pamplemousses ; une jambe repliée prenait appui sur le sofa d’où l’autre jambe avait glissé. Une main d’homme agenouillé gravissait la pente de ce genou au... fourré, terminus de « la petite bête qui monte ».

Sans lâcher prise, l’inconnu s’étira de côté pour atteindre, par la bouche, un des pamplemousses. Les mains crispées sur la longue-vue, j’étais incapable d’un mouvement ; la sonate de Chopin ne parvenait plus jusqu’à moi, j’avais oublié l’existence de Madame Martin. L’œil dilaté par la stupeur et la curiosité, je n’avais qu’une envie : connaître l’identité de l’homme et ce qu’il allait advenir du pamplemousse qu’il semblait dévorer.

Surprise. Il abandonne le fruit et la partie charnue de Mademoiselle Martin retrouve son volume initial ; il l’abandonne. Pour faire quoi ? Pour déboutonner sa braguette. Se faisant, il se met debout et de profil, me laissant ainsi reconnaître Monsieur Martin Junior. Monsieur Martin junior qui a perdu sa superbe et sort nerveusement de son pantalon un attribut que je ne connaissais qu’aux petits garçons et qui, chez Martin junior prend une dimension surprenante et inquiétante. Pas le moins du monde inquiète, Mademoiselle Martin replie sur son ventre ses deux jambes en les écartant, de sorte que son frère, en se couchant sur elle, trouve la place suffisante pour caser son bâton. Mais qu’en fait-il ? Qu’en fait-il ?

Empourprée, fiévreuse, je ne savais pas que Madame Martin avait cessé de jouer. Et quand j’ai entendu : « Que regardes-tu avec tant d’attention, Poupette ? », mon cœur s’est mis à battre si fort que j’ai cru qu’elle allait l’entendre.

Il fallait retrouver mes esprits et cacher la vérité :
– Je regardais les terrils derrière le parc.
– Tu n’as pas écouté ma musique, toi non plus.
-  Oh si ! m’écriai-je en courant vers elle.
– Tu es rouge comme une pivoine.
 

 Je me reprochais d’avoir peut-être déçu la douce Madame Martin, je répondis : « Il ne fallait pas me dire comme ça que je n’écoutais pas votre musique. Cela m’a peinée ».
– Petite Poupette, dit-elle en m’attirant, tu es sensible, toi. 
 
 J’eus les yeux humides, partagée entre la honte de lui mentir et la pitié que j’avais d’elle. Elle m’embrassa. « Je vais aussi regarder les terrils ». Et elle tendit la main vers la lunette d’approche. « Oh non, dis-je, le plus calmement possible, vous seriez déçue, ils sont plus beaux de loin que de près ». Elle me fixa ; son air scrutateur enleva toute mollesse de son visage, puis elle me dit : « Tu as raison, beaucoup de choses sont plus belles de loin que de près ».

Je me demandais si elle avait deviné mais ne devait-elle pas pour deviner, déjà savoir ou pressentir... Cette éventualité me chavira davantage et je hâtai ma sortie. Comme je refermais la porte, je vis Madame Martin se diriger vers la fenêtre, et en même temps, j’entendis Monsieur Martin faire son entrée dans le hall. Je descendis doucement en regardant par-dessus la rampe. Le commandant Martin enlevait ses gants avec précaution, laissant à Jeanne le loisir de l’examiner: 
– Avant de vous présenter chez Madame, dit-elle, voyez si les cheveux que vous portez sur votre uniforme sont bien les vôtres.
– Toujours la même sollicitude de votre part, répondit, avec ironie, l’officier. Croyez que je vous en suis reconnaissant.
 

Il me sembla que je devais faire entendre mes pas afin de prévenir tout autre propos, regrettable devant une présence étrangère à la maison.

Je remontai doucement quelques marches, puis descendit en courant.

Le commandant tourna la tête, me regarda de haut en bas et de bas en haut, sourit légèrement : « Charmante apparition ! Inattendue dans cette triste maison ! », puis, s’adressant à Jeanne : «Quelle est donc cette petite ravissante pleine de promesses ?»
– Si vous étiez plus souvent ici, vous connaîtriez les enfants de la rue ! dit-elle d’un ton bourru. C’est Poupette, voyons !
– Mais bien sûûuûr ! Bonjour, Poupette. La prochaine fois, ne te sauve plus quand je fais mon entrée !
 

Il monta les marches, le buste bien droit et lança encore à l’adresse de Jeanne : « Il y a au moins un père chanceux dans cette stupide rue » ! 

Barbara Flamand

artsrtlettres.ning.com/events/les-vertiges-de-linnocence
www.facebook.com/people/Barbara-Flamand/1296670185
Lire la suite