Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

"Une belle époque" de Kate Milie : impressions de Christine Brunet

25 Septembre 2010 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Fiche de lecture

Photo Christine Brunet J'ai lu "Une belle époque" de Kate Milie goulûment comme tous les livres qui me tombent sous la main puis je suis partie en vacances sans avoir écrit le premier mot de cette "fiche de lecture": j'avais besoin de laisser le roman trouver sa place dans mon univers littéraire. 

 

Je reprends le stylo avec envie : l'histoire ne s'est pas effacée, tout au contraire. L'impression ressentie au fil des pages s'est précisée. Elle se meut peu à peu en réflexions que je vous propose cette fois...

 

Papotages, bavardages entre habitués dans un salon de discussion sur le net. Un lieu intemporel, des personnages abstraits qui n'existent que pour cette rencontre quasi quotidienne, que pour leurs petites joutes verbales.Belle-Epoque-cover-

 

Klimt, sujet sérieux ? Un prétexte, sans doute, pour les héros d'étoffer leur alter ego virtuel, de lui donner une dimension qui s'accommode mal du monde réel : lorsque l'un d'eux se lance dans la dimension réelle en décidant une rencontre (d'ailleurs se lance-t-il vraiment ?), la déception est au bout de l'expérience.

 

"Une belle époque" est un jeu de cache-cache, de non-dits avec ses périodes d'observation, d'enthousiasme, de morosité, de doutes et de surprises. Un monde où l'esprit est roi, les phrases reines, les idées maîtresses.

 

Drôle de cohabitation de "personnages-façades" qui n'existent que parce que les autres existent et poussent l'absurde jusqu'à créer à leur tour un personnage multiple à leur image collective.

 

"Une belle époque", un roman sur la fin du XIXe siècle ? Non... A mon sens, un prétexte pour pointer du doigt l'un des grands mirages de notre siècle : celui de la toute puissance que nous fait miroiter le net...

 

 

Christine Brunet

http://recreaction.over-blog.org

http://aloys.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

carine-Laure Desguin 25/09/2010 13:47



hé oui chère Kate, chaque lecteur émet sa propre lecture ! C'est parfois marrant ! C'est la raison pour laquelle, je n'aime pas répondre à cette quqestion "qu'avez-vous voulu exprimer en
disant ceci ou cela ? " ...Je réponds : " qu'avez - vous compris ressenti ?" ; " Une Belle Epoque" est un livre et
mille livres à la fois ...; je souligne ici aussi l'écriture de Kate Milie , une écriture qui se calque bien sur  l'époque  dont on parle dans ces salons littéraires virtuels : une
écriture élégante et noble ! Ce premier roman est une réussite, vraiment !



Edmée 25/09/2010 13:45



Je ne peux que confirmer les impressions de Christine. Elle a d'ailleurs trouvé de nouveaux angles pour présenter ce livre qui oui, est aussi une partie de cache-cache...



Kate 25/09/2010 12:04



Merci chère Christine d'avoir eu envie de lire "Une Belle Epoque" et d'avoir consacré du temps à cette belle note de lecture qui me laisse un peu songeuse... Ah bon, c'est ainsi que tu
as compris l'histoire... Mais... Mais... nonnnnn, la fin du XIXe n'est pas un prétexte du tout !!!! Rire... Mes personnages (du moins 3 parmi eux) vouent une véritable passion à cette époque !!!
Si, Si !!! re rire...  Grâce à toi, je découvre que le livre ne m'appartient plus... qu'il est devenu autre... Expérience déroutante et passionnante !



Nadine Groenecke 25/09/2010 09:26



Je n'ai pas encore lu le livre de Kate mais apparemment, d'après le commentaire de Christine, elle a su sortir des sentiers battus, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Alors chapeau Kate
! Dans l'atelier d'art dont je suis membre, il y a toujours un Klimt en cours, c'est bien de continuer à le faire vivre aussi à travers l'écriture.



christine brunet 25/09/2010 06:30



Un livre étonnant, une approche originale de notre société. Certains se souviennent peut-être de la dame qui lisait Une belle époque sur la plage (voir interview de Kate sur
http://recreaction.over-blog.org). Et bien, la dernière ligne lue, j'ai compris pourquoi elle attendait avec impatience que je le lui rende!...