Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Un poème d'Emilie Decamp : ECLAT D'AME 2.0

26 Juin 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie

http://www.waibe.fr/sites/emilie/medias/images/Tournai_la_Page_2009/site.jpgEclat d'âme 2.0


Les brisures de rêves occultent mon âme.
Leurs images se sont évaporées
Vers un ciel plus noir aux reflets de lame.

Les mots n'ont pas la force escomptée
Quand dans ma tête les phrases se tordent
Et que les lettres jaillissent en fragments de pensée.

Aux rivages sombres de l'éphémère
Nul ne peut éviter les vagues pourpres
Qui frappent mes côtes et déchirent ma chair.

Les éclats de peur transpercent mon coeur,
Transpirent de ma peau comme suinte la mort.
Et défilent dans ma tête brouillard : mes erreurs.
En une lente agonie, je perds le Nord.

 

EMILIE DECAMP

http://www.emiliedecamp.com/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

LASCAVIA (Josy Malet-Praud) 26/06/2010 11:03


Très beau poème, Emilie. Qui parvient à s'infiltrer dans les mailles serrées de l'hermétisme qui, et comme je le regrette !, est le mien pour ce qui est de la poésie. J'en déduis que je pourrais
peut-être m'ouvrir à cette forme d'émotion, rompre avec -un blocage- ?, mais surtout, surtout : que tu as beaucoup de talent.
Les vibrantes "Taches d'encre" de Martine D.S. m'avaient déjà également bousculée et poussée vers la même réflexion quant à mes idées un peu trop "arrêtées" (sourire).
Bravo, Emilie.


Monilet - Claude Colson 26/06/2010 09:45


la strophe que je préfère est la deuxième.

Emilie, si tu passes par ici : que penserais-tu de "les" côtes et de "la" chair ?


Aloys 26/06/2010 06:18


Moi, j'ai la chance de découvrir les textes qui vont être poster avant tout le monde. Ce poème, je le lis et le relis avec un frisson...


Christine 26/06/2010 06:16


Décidément, quel beau poème! Merci, Emilie.


carine-Laure Desguin 26/06/2010 06:14


Lire Emilie, c'est boire au calice de la jeunesse, avec ses tourments de l'âme, ses sentiments éclatés et toutes ces choses qui laissent sur les poussières du temps qui passe un "je ne sais quoi "
qui trente ans plus tard font du bien aux souvenirs ...Carine-Laure Desguin