Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Un homme ridé qui fumait une pipe orange, de Laurent Nizette

21 Janvier 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Poésie

 

 

 

laurent-nizette.jpg

Un homme ridé qui fumait une pipe orange.

Laurent Nizette

 

C’était bien avant d’avoir rencontré cette fille.

Bien avant que mes parents soient là.

Il y avait un vieux bateau bleu dans le désert.

Des gens dansaient toujours autour. Cela leur rappelait l’eau quand ils avaient soif.

Assis sur une rame peinte en rouge, un homme tout ridé fumait une pipe orange.

Vous le connaissiez cet homme ? C’était un personnage. Il voyait la vie en rose.

Il donnait des lunettes de couleur à tout le monde.

Il avait un secret. Vous voulez le connaître ?

Lisez encore un peu, ce n’est pas long.

J’ai eu peur un jour.

En ouvrant une porte.

Car derrière il y avait un homme tout gris.

Il avait toujours raison car il était toujours tout seul à parler.

Plus loin il y avait un autre homme d’une couleur étrange.

Il travaillait bien et beaucoup.

Toujours plus loin et plus haut on lui lançait le bâton.

Sans faillir, il le ramenait à chaque fois, jusqu’à…

J’ai continué et j’ai vu une femme jaune.

Elle était belle et fraîche.

Qu’est-ce que tu aurais fait avec elle ?

Moi je l’ai regardée.

Elle dormait de plus en plus. Lui avait-on trop parlé d’anciens contes ?

Oui, elle était triste.

Mais il y avait aussi cet artiste vert.

Il peignait encore et toujours.

Il montrait ses créations multicolores à qui voulait voir.

Peu de gens y trouvait un intérêt.

Alors le monsieur vert continuait de peindre.

Un peu comme cette femme mauve qui achetait toujours du parfum.

Elle voulait avoir moins peur de sentir.

Tous ces gens avaient besoin qu’un ami leur dise :

« Va rencontrer l’homme ridé qui fume une pipe orange et écoute-le ».

Même si toi, cher lecteur, tu n’as pas d’ami, je suis là pour te le dire.

Va écouter ce personnage tout ridé ! Mais termine de lire avant.

Quand tu t’assoiras sur sa rame rouge à côté du bateau dans le désert.

Il te répètera sans cesse :

« Il n’avait pas besoin d’une promotion, ni besoin de sentir bon.

Aucune nécessité de reconnaissance ou d’être regardé.

C’est juste d’être aimé que l’on a besoin.

Mais ils n’ont pas trouvé le bon chemin.

Il y a bien cet homme qui chaque matin essaie d’aimer son prochain.

C’est mieux, mais ce n’est toujours pas le bon chemin.

Peut-être que maintenant, toi, tu peux les guider vers la rame rouge.

Je ne suis pas sûr, mais je crois que tu peux les emmener dans le désert près du bateau bleu.

Dis, tu peux faire quelque chose quand tu seras là-bas ?

Salue pour moi l’homme ridé à la pipe orange.

Dis-lui que maintenant je la verrai rose.

 

 

Laurent Nizette

photos.ambassade-du-paradis.net

www.nizette.be

http://www.bandbsa.be/contes3/ambassadeparadis.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claude danze 23/01/2013 21:06


On s'était croisé à la maison du livre de Saint-Gilles à l'automne, la fameuse soirée où il y avait douze auteurs, une bibliothécaire et un lecteur et je me disais que ce grand gaillard avec sa
combinaison de motard devait être un sacré original. La preuve... Merci Laurent, pour ce texte que je ne suis pas sûr d'avoir tout à fait compris mais qui me marque de son empreinte
étonnante.Vachement bien tourné.

magerotte 23/01/2013 14:08


Agréable, original et bien écrit. Que faut-il de plus ? Bravo Laurent !

Philippe D 21/01/2013 20:19


Ce genre de poésie me plait ... et je suis difficile! 

Jean-Michel Bernos 21/01/2013 11:20


J'aime !

christine 21/01/2013 09:48


Voilà que je me mets à aimer la poésie ! Bravo !

Laurent 21/01/2013 09:28


Merci!

Edmée De Xhavée 21/01/2013 09:21


Quel beau, beau, beau texte! Bravo Laurent! Un régal

Carine-Laure Desguin 21/01/2013 07:45


Oh que j'aime ce texte. Le fond, la forme. Cette façon d'interpeller le lecteur, j'aime ça aussi.