Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Un extrait du nouveau livre de Jean Destree, "Faux éloge de ?"

19 Mai 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Textes

 

 

http://www.bandbsa.be/contes3/tilleulparc.jpg

 

 

 

 

 

Faux éloge de ?

 

Extrait

 

 

La réflexion de Jean-Robert provoque instantanément un éclat de rire. Le prof devient rouge, balbutie des mots incompréhensibles et finit par éclater.

 

Bertrand dehors! J'en ai assez de vos stupidités. Allez chez le proviseur. Je vous retiens pour le prochain conseil de classe.

 

"Voilà comment on stoppe le progrès de l'humanité, murmure Jean-Robert en sortant sous les rires de ses condisciples.

 

Le proviseur est un brave homme, peu enclin à donner de la férule. Lui aussi, tout en faisant son travail avec application, sait qu'il n'est jamais à l'abri d'une défaillance. Il soigne avec tendresse sa petite santé et s'arrange pour ne jamais dépasser ses limites. Plus il avance en âge, plus il rapproche ces limites de ses envies. Il attend la retraite. Il a d'ailleurs déjà préparé tout son attirail de pêche. C'est qu'il aime taquiner la truite, notre Monsieur le Proviseur.

 

Jean-Robert, lui, n'aime pas la pêche. Et encore moins la chasse. Il n'a jamais apprécié les sports violents et tuer un animal, que ce soit à l'aide d'un hameçon de huit ou un plomb de douze lui donne l'impression de porter atteinte à la vie. Il n'écrase ni les araignées, ni les moustiques, ni les fourmis. Il laisse ce soin à sa mère qui - héritage des lointains ancêtres - a toujours eu une sainte frayeur de ces petites bestioles qui piquent. Elles n'ont pourtant rien d'un phallus même si leur petit dard  grossi cinquante fois au microscope ressemble à s'y méprendre à l'organe de la mâle reproduction. Comme tous les dards, d'ailleurs!

 

       - Alors, garnement! fustige le proviseur d'une voix qu'il voudrait en colère. Encore un problème avec ce vieil archéologue de Couturier? Peut-on savoir de quoi il t'accuse aujourd'hui? Ne me dis pas que tu as une fois de plus contesté la réalité de ses découvertes en Égypte?

- Non.

- C'est quoi? Les fusillés du Chemin des Dames? La bombe atomique? La Saint-Barthélémy?

- Pis que cela! annonce doucement Jean-Robert en baissant les yeux pour cacher son envie de rire.

- Diable! Qu'as-tu donc dit de si grave?

Je lui ai parlé du lit.

Ah bon! Dis-moi tout.

 

Et Jean-Robert de narrer sa dernière passe-d'armes avec son prof d'histoire. A mesure qu'il raconte, le rouge du plaisir lui monte aux joues. Il guette la réaction du proviseur. Celui-ci se contente de sourire, lui tape sur l'épaule.

 

Tu comprends que je ne puis laisser passer une telle chose. Tu as ridiculisé ton professeur devant tes condisciples. C'est un manque de respect. Ce n'est pas parce qu'il est vieux et presque gâteux mais parce qu'on se doit de respecter l'homme même si l'on n'est pas d'accord avec ce qu'il fait et ce qu'il dit. Tu vas rentrer en classe et lui présenter tes excuses et tu viendras jeudi passer ton après-midi ici. Tu m'écriras un texte sur la paresse.

Bien Monsieur le Proviseur, mais...

Il n'y a pas de mais. Au revoir, Jean-Robert.

 

 

 

Jean Destree

http://www.bandbsa.be/contes3/destreejean.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean Destrée 31/05/2014 17:59

À mes trois "commentateurs".
Soyez patients, le roman est chez Chloé pour lecture. Il sortira quand le temps sera venu!
Merci pour vos encouragements. Je vous fais la bise.

Jean-Louis Gillessen 20/05/2014 14:37

Mêmes réactions de ma part que mes deux consœurs. Autre : voilà un texte où l'empreinte de l'atmosphère d'un collège, d'une classe est bien amenée. Ainsi que la peinture des protagonistes. On s'y croirait.

Edmée De Xhavée 20/05/2014 08:03

Moi aussi comme Carine-Laure, j'aimerais savoir :)... Un proviseur ainsi existe-t-il vraiment?

Carine-Laure Desguin 20/05/2014 06:14

Voilà un proviseur au caractère bon enfant...Ceci dit, je voudrais bien savoir ce que Jean-Robert a raconté au prof à propos du lit. Je devine un peu. Un peu seulement.