Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Un crime, une nouvelle de Micheline Boland

30 Mai 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Nouvelle

Le but du jeu était de choisir une photo de bandits australiens

et d'écrire un texte à propos de cette photo.

 

UN CRIME

 

photo-police-sydney-australie-mugshot-1920-19.jpg

 

En moi, Élise Rolfell, il n'y a que la honte : la honte de ma jalousie dévoilée, la honte de n'avoir pas été préférée à une femme si ordinaire, la honte d'être rongée par la haine. Je garde les yeux fixés sur mes mains comme je le faisais lorsque ma mère me grondait.

 

Je suis seule comme le chien égaré et l'arbre malingre dans la forêt. Seule et coupable puisque j'ai tué Nelly au premier étage du Grand Hôtel de Vittel où nous séjournions. Hier matin, je l'ai attendue. Quand elle est sortie de sa chambre, je l'ai saluée, je l'ai suivie dans le couloir. Elle est passée dans le petit salon. J'ai saisi la statuette en bronze sur le guéridon et de toutes mes forces, j'ai frappé. Le premier coup m'a libérée. J'ai frappé encore et encore… Toute la nuit, j'avais rêvé de ce moment. À présent, les scènes de mon théâtre intérieur et la réalité se ressemblent étrangement.

 

Paul, mon mari, avait rencontré Nelly au Pavillon de la Grande Source. J'avais été le témoin des premiers mots échangés. Tandis qu'elle buvait à petites gorgées, Nelly avait lancé à la cantonade : "Je n'y crois plus. Cette eau n'a aucun effet sur moi." C'était d'un vulgaire de s'adresser ainsi à des inconnus ! Paul avait réagi : "Continuez la cure. Au petit déjeuner, on m'a parlé de gens débarrassés de leurs maux en quelques jours." Elle avait minaudé : "Merci Monsieur".

 

Depuis lors, nous la croisions partout : à l'hôtel, dans le parc, dans la galerie thermale, en ville ! Chaque sourire et chaque parole que Paul lui adressait, chaque baisemain m'étaient un crève-coeur. Je sentais que Paul commençait à m'échapper ! Et puis, un matin, je les ai surpris qui s'embrassaient dans la roseraie. C'en était trop.

 

Je n'éprouve aucun remords, j'ai seulement honte.

 

Micheline Boland

micheline-ecrit.blogspot.com

http://www.bandbsa.be/contes2/contesmagasinrv.jpg


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Micheline Boland 31/05/2013 21:46


Merci beaucoup à vous tous Carine-Laure, Claude, Edmée, Bob, Eric, Philippe et Jean-Michel.

Jean-Michel Bernos 31/05/2013 14:09


Texte exceptionnel !


Ambiance, tournures de phrases, progression de l'intrigue... bravo !

Philippe D 31/05/2013 13:21


Voilà que Micheline devient aussi une criminelle. Ca doit être au contact de Christine...

éric 31/05/2013 11:56


Oui, court et efficace. Pas besoin de plus. J'aime!

bob 31/05/2013 08:52


Oui bien d'accord, court, clair, précis... et fort bien écrit. Dans une ambiance un peu suranée...

Edmée De Xhavée 31/05/2013 08:44


Très bon texte. Mais Elise, ce fut une femme de décision, ha ha ha!

Claude Colson 31/05/2013 08:23


Court et percutant : on y est.

Carine-Laure Desguin 31/05/2013 05:16


Ah je me souviens de ce texte, bien!