Un adolescent tellement responsable, une nouvelle de Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

boland photo

 

UN ADOLESCENT TELLEMENT RESPONSABLE

 

Jonathan était un adolescent de quinze ans auquel son entourage familial et scolaire pouvait sans problème confier des responsabilités. Jonathan fréquentait un mouvement de jeunesse et était très bon élève. Que demander de plus ? Lorsque sa tante Sophie reprit un poste à temps plein, c'était tout naturellement qu'elle demanda à Jonathan de garder son fils Fabrice les mercredis après-midi.

 

Jusque là tout s'était bien passé. Chaque mercredi lorsque Sophie rentrait du travail, les devoirs étaient faits, le goûter avait été pris et Fabrice était ravi des activités proposées par son cousin. Quand il faisait beau, Fabrice se dépensait agréablement en jouant au ballon ou en faisant du vélo. Par mauvais temps, il réalisait avec Jonathan de jolis bricolages. C'est grâce à lui que le gamin avait appris à reconnaître quantité de fleurs, d'arbres, d'oiseaux et à confectionner des nœuds compliqués.

 

Pourtant ce mercredi-là, à son retour, une surprise attendait Sophie ! Fabrice portait quelques sparadraps sur le visage et la cuisine était dans un état assez indescriptible avec des taches jaunes sur les murs et le sol.

 

Jonathan était assis dans un fauteuil. Quant à Fabrice penaud, installé au salon, il regardait un dessin animé ce qui n'était pas vraiment dans ses habitudes.

 

Jonathan était très embarrassé lorsqu'il expliqua ce qui s'était passé. Il avait demandé à Fabrice ce qu'il souhaitait manger pour goûter. Il lui avait proposé une tartine de choco, un bol de soupe, des fruits ou un œuf et des mouillettes. Fabrice avait choisi de manger un œuf. Mal lui en prit ! Jonathan avait cuit l'œuf au four à micro-ondes et lorsqu'il avait délicatement, de la pointe d'un couteau, voulu en ôter une petite calotte, l'œuf avait explosé, blessant légèrement l'enfant et maculant toute la cuisine du sol au plafond ! Il avait soigné le gamin, puis avait essayé de nettoyer du mieux qu'il pouvait. C'était aussi simple que cela.

 

Lorsque son mari, Xavier, rentra à son tour, Sophie lui raconta tout. Xavier ne put retenir un rire. Il faut dire que le grand-père paternel du petit Fabrice produisait des œufs bios et possédait deux poulaillers de cinq mille poules !

 

Micheline Boland

 


Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 11/07/2011 22:40



Eh oui, ça arrive même aux plus responsables, ce genre de mésaventure...



Micheline Boland 11/07/2011 18:06



Merci à Philippe et à Christine pour leurs commentaires.



christine 11/07/2011 17:12



Un texte court et percutant, comme tous les textes de Micheline.



Philippe D 11/07/2011 08:19



Un fait de vie qui a inspiré Micheline. Court et bon.