Tu m'as dit : "Qui es-tu ?" de Martine Dillies-Snaet

Publié le par aloys.over-blog.com

MARTINE

Tu m’as dit : « Qui es-tu ? »

Poésie,


Je laisse  déjà échapper trop de mots,

Poissons d’argent se faufilant entre les doigts

Entre les lèvres.

Ma tête, mon esprit sont  tiraillés

 Entre le non-dire et les dires

Mais une seule façon de vivre.

En se taisant.


            Tu m’as dit « Qui es-tu ? » Réponds-moi !

Tu n’osais pas me le demander, combien de temps t’es-tu retenue ?

            Tu veux que je te parle de moi

Mais.

Je ne parle jamais de moi,

Je ne peux pas.


            Que dire de soi sachant que tout moi est continuité

Comment parler de soi sans parler des reçus,

Sans mettre à nu l’intime, l’éducation, la vie, l’émotion des manques ?

Et quel nom donneriez-vous à  ce droit qui vous autoriserait

A juger, critiquer l’ascendance ?

Je ne puis prendre cette liberté.


            Après tout, c’est la vie qui a fait de nous ce que nous sommes

Et le poète n’est que nudité d’une vie entière.

Les mots en sont les voiles, les manteaux

Dont il essaie tant bien que mal de fermer, de croiser les pans.


            Tu me demandes de parler de moi.

Je suis poète, je suis poète, je suis poète, je suis

Poète !

Et si je te le dis c’est parce  qu’on me l’a dit.

Risible ! Quel poids ai-je à côté des maîtres ?

            Non, je ne puis te parler.

Il faudra accepter. Se sentir touché ou pas

Aimer ce que j’écris ou pas

Mais pour soi

Et non  parce qu’on m’y aura cherché.

Pour soi.

Non, je ne puis te parler, raconter.

Pourtant, je te l’assure, j’y ai pensé !

            Ta question,

J’en ai fait le tour, en ai dessiné les pleins et les déliés,

Décortiqué les lettres, l’alphabet,

Je l’ai couchée sous mon oreiller

Et

Et lorsque les musiques jouaient en diapason avec mon cœur.

je l’ai entendue me murmurer.

            Mais, désolée, Criquette, Criquet,

Désolée, je n’ai pas pu lui parler.

 

                                              

Quelqu’un, un jour, après une conférence-poétique, lors de la séance de dédicaces, m’a dit :

-          On ne devrait déjà acheter vos livres rien que pour la dédicace. Après deux minutes de paroles, vous laissez couler des mots personnifiés. Jamais je n’ai vu cela. Le plaisir est immense. Merci.

 

 

J’ai souri. Ce plaisir à donner est incommensurable, mais il vous vide.

La question suivante serait : - Pourquoi donner, offrir ?

Rires ! Je te préviens, Criquette, je n’y répondrai pas.

 

 

Bien à toi.

08/10/2010

martine

 

 

 

 

Martine Dillies-Snaet

http://users.skynet.be/TheDillies/

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

carine-LAure Desguin 12/11/2010 13:24



Qui est-elle ? Lisez "Taches d'encre" et vous en saurez un peu plus sur cette auteure hors norme !



martine 11/11/2010 23:10



   Vos commentaires me touchent. En réalité, je ne pensais pas que C.B. publierait ma non-réponse. Il ne s'agit pas non plus d'un poème sinon...heu... je l'aurais un peu
travaillé...sourire...en fait, juste, juste une réflexion.


   Vos commentaires me touchent. Car que voulez-vous dire à ce que j'ai griffonné ? Je refuse de parler de moi, de ma vie, du pourquoi, du comment. Je suis quelqu'un comme n'importe
qui: je dors, je bois, je mange, j'écoute les bruits de la rue, ceux des oiseaux et j'entends les voix qui m'ont formée.


   Vos commentaires me touchent. Je crois que la société d'aujourd'hui m'oblige à être adulte. Et je déteste cela.


 


   Merci.


 


 



Pâques 11/11/2010 17:02



-Aimer ce que j'écris ou pas


Mais pour soi-


Finalement c'est cela l'important, le livre et pas les auteurs :-)


J'adhère !!!


Marcelle



Steph 11/11/2010 15:36



Superbe poésie qui dit tant de choses en si peu de mots...



Edmée 11/11/2010 12:56



C'est du Martine pur noir de noir! Une discrète, une rieuse, une bavarde qui s'arrange pour dire sans nommer. Généreuse et profonde.


 


J'aime beaucoup!



Claude Colson 11/11/2010 12:49



Bob dit de moi que j'écarte les pans du manteau , alors je ne suis pas poète...



claude danze 11/11/2010 07:54



Une réponse pour le moins originale à l'interview! C'est à la fois un refuge dans le littéraire et un texte révélateur. Excellent moment de lecture matinale. Merci.



christine 11/11/2010 07:33



Voilà ce que donne la curiosité, l'envie de toujours en savoir plus ! Superbe réponse, non ? qui me ravie... 


 


Merci Martine !



Philippe D 11/11/2010 05:32



Qui es-tu? N'est-ce pas la question la plus difficile qu'on puisse nous poser? Parler de soi est bien plus difficle que de parler des autres. On croit se connaitre; forcément, on vit avec soi 24h
sur 24. Puis, arrive un événement et on réagit d'une façon tout à fait inattendue.


Bonne journée à tous.