Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Texte n°2 du concours "Les petits papiers de Chloé"

6 Juin 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #concours

 

 

Ciseaux.jpg

 

 

 

SUBSTITUTION

 

 

 

"Marie-Christine, vous ne savez pas vous servir d'une paire de ciseaux ?"

 

La question perturbe le silence délicieux de notre cours de couture, juste troublé par les petits déplacements.  Mon cœur se serre. Une fois de plus, notre institutrice, Mademoiselle Thérèse, s'adresse à ma voisine de banc. Sait-elle que la mère de la fillette passe la moitié du temps à l'hôpital ? Sait-elle que son père se débrouille comme il peut pour que Marie-Christine et son frère ne manquent de rien ? De mon point de vue, mon amie Marie-Christine n'est ni plus bruyante ni plus dissipée que les autres. Et pourtant, combien de réprimandes n'encaisse-t-elle pas à longueur d'année ? Est-il donc si vrai que son écriture n'est que patte de mouche, que ses jeux ne sont que dangereux et que son comportement n'est que désobéissance ? Si elle est si nerveuse, n'est-ce pas que sa vie est loin d'être un jeu de société sans anicroche ?

 

Sur le banc, à droite, des ciseaux qui ne coupent guère. Propriétaire : Marie-Christine. De l'autre côté de la rangée, les mêmes ciseaux efficaces, fiables et performants, eux ! Ceux de Sonia…Marie-Christine s'évertue à couper un fil qui résiste. Quand elle y arrive enfin, le résultat n'est guère fameux… Elle va sûrement avoir des problèmes pour enfiler son aiguille ! Elle va encore perdre un temps précieux et se faire réprimander.

 

Je désire que mon amie soit aussi bien considérée que les autres. Elle et moi, nous vivons souvent dans une même bulle, celle où le réel est enjolivé. J'ai raconté que j'avais vu sa poupée à la magnifique robe rose et sa machine à coudre, comme celle de Maman. Elle a décrit ma salle de jeux et mon dernier cadeau de Noël, un petit magasin presque aussi grand que celui de Madame Rita, l'épicière, a-t-elle prétendu ! Pour les autres élèves, nous sommes les témoins mutuels de nos réussites et de nos exploits.

 

Nous habitons le même quartier et pourtant nos parents se connaissent à peine. Sur le chemin de l'école, nous nous confions nos chagrins et nos projets. Quand nous nous retrouvons en tête-à-tête, pas besoin de tricher !

 

Pour cette histoire de ciseaux récalcitrants, ma décision est prise. J'éviterai une nouvelle humiliation à Marie-Christine ! Tout le monde est penché sur son napperon. Subrepticement, je vais demander conseil à l'institutrice et en passant, je permute discrètement les ciseaux. Bien malin qui pourrait dire quelle paire appartient à qui ! Le père de Sonia n'aura qu'à aiguiser et à réparer s'il le faut ! Le problème est dans l'autre camp, celui d'une gamine choyée et appréciée de tous ! Le temps passe et plus il passe, plus je me réjouis de mon astuce. L'atmosphère est tranquille. Personne ne saura rien de ma malice…  

 

- Sonia, que faites-vous avec vos ciseaux ?

 

- Ils ne vont plus, Mademoiselle.

 

- Essayez encore…

 

Brève tentative et constat affligé : "Un bon ouvrier a de bons outils, Sonia. Tenez, voici les miens !" Silence dans la classe… Mademoiselle Thérèse fait les cent pas. D'une voix douce, elle recommande : "Faites de plus petits points… Soyez fières de votre ouvrage !"

 

Quelques minutes plus tard, elle constate : "Tiens, Sonia, vous avez les mêmes ciseaux que ceux de Marie-Christine. Marie-Christine, c'est vous qui avez pris les ciseaux de votre compagne ?"

 

"Mais non, Mademoiselle."

 

Ah, cet accent de sincérité, ce cri du cœur !

 

"C'est bien,  je vous crois. C'est peut-être un défaut de fabrication après tout."

 

Qui a remarqué ma substitution ? Qui a jugé que l'institutrice avait été injuste en dépannant l'une et pas l'autre ? Qui, plus tard, fera comme moi le rapport avec "Les animaux malades de la peste", une fable de La Fontaine ?

 

 

Marie-Christine n'a jamais su ce que j'avais fait pour elle. Après l'école primaire, nous nous sommes perdues de vue mais je sais qu'elle a réussi des études universitaires. Ses problèmes familiaux ne s'étaient pas estompés, son père et sa mère sont morts relativement jeunes mais elle avait manifesté ténacité et volonté.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 09/06/2013 20:31


Un texte assez simple et bien écrit. 


Un geste gratuit.

Jean-Michel Bernos 07/06/2013 09:55


Nous restons dans la nostalgie ! Bien que je sois un homme, ces travaux de couture de nos mères et nos soeurs ont bercé mon enfance. Pas grand chose à dire sur le fond et la forme.


J'attends la suite !

Micheline Boland 07/06/2013 08:11


Une simple histoire d'amitié.

Edmée De Xhavée 07/06/2013 08:03


Je me souviens aussi des cours de couture, mais personne n'aidait personne  Au contraire, c'était madââââme
J'ai bien fait????? Ou Ma soeuuuuuur . Les très frotte-manches y
allaient d'un chère soeuuuuuur....


Bon texte qui rappelle des choses, mais quant à moi cette époque-là est à enfoncer dans un coffre . Je donne le cadenas à
qui veut bien l'avaler...

Bob 07/06/2013 07:32


Ben oui... c'est Mochou ! Son petit monde à elle...tu vois Criquet, je fais un effrot moi aussi pour poster...

Carine-Laure Desguin 07/06/2013 07:26


J'ai bien aimé ce texte. Il me rappelle mon enfance. Quel beau geste de la part de Sonia. Je devine qui aurait écrit ce texte. C'est toi pas vrai Micheline Boland? 

christine 07/06/2013 07:25


Second texte, un style différent, une autre histoire. 


Pour les abonnés au blog, le post de bonnes vacances était une erreur. fermeture d'aloys le 30 juin. Reprise le premier septembre avec un nouveau concept... Voir sur le forum pour les auteurs CDL
qui y ont accès. 


 


Trois autres textes vont suivre. A découvrir pour voter le jour du dernier texte, sur la page concernée.