Texte n°2 concours "si l'hiver m'était conté"

Publié le par christine brunet /aloys

IL NEIGE SUR LE PAYS…

 

Qu'est-ce qu'il lui a pris, ce fichu anticyclone des Açores? Mais qu'est-ce qu'il lui a pris ?

 

Cela faisait quelques semaines que j'étais né là haut, de la rencontre de vapeur d'eau et du vent et je m'y plaisais bien. Transporté au gré des courants aériens, je me prenais pour une minuscule montgolfière et je voguais.

 

J'avais ainsi traversé l'océan, quittant mon Canada natal, pour doucement me diriger vers l'est.

 

C'est en arrivant presque en Europe qu'il nous a surpris mes frères et moi, ce fichu anticyclone. Là, en quelques heures, il nous en a fait voir du pays ! C'est qu'à chaque passage de frontière, on parlait de nous. Et suivant les spécialistes, nous étions tour-à-tour, vague de froid, blizzard (vous avez dit blizzard ?), nuages d'altitudes ou encore courant du Labrador ! Vous savez où c'est, vous, le Labrador ? A part la rue où Tintin habite au numéro 26, personne ne sait ça, sauf les météorologues !

 

Bref on nous traitait de tous les noms, sans même nous connaître !

 

Dans ma famille, nous sommes pacifiques et nous ignorons les injures et les disputes. Nous avons donc continué notre ronde autour de la Belgique, petit pays qui, après avoir été pendant des siècles le champ de bataille de l'Europe, était devenu la cible de tous les mauvais temps qui passaient à proximité.

 

Certains d'entre nous sont tombés sur une région où on parlait français, comme au Canada, mais avec un accent… Là où d'autres sont arrivés, c'était une langue inconnue mais les enfants ont eu l'air de nous apprécier. Mais le plus gros de notre troupe s'est retrouvé au-dessus d'une jolie ville qui portait deux noms, Bruxelles et Brussel !

 

Drôle de ville où de superbes bâtiments anciens voisinent avec des taudis. Où on laisse des maisons tomber en ruine, juste à côté d'un gros truc avec neuf grosses boules et qui ressemble à un gros cristal. Là, on s'est amusé à virevolter tout autour en passant de plus en plus vite près des gens qui nous regardaient.

 

Puis, je ne sais plus lequel d'entre nous a décidé de remonter un peu et d'aller voir plus loin.

 

On est tous parti vers le sud et on a décidé de s'arrêter définitivement dans de jolis jardins entre des maisons.

 

C'est là qu'il m'a trouvé, sur la terrasse de sa cuisine. Il était sorti pour mettre une bouteille de champagne au frais et c'est probablement ce qui nous a tous attirés !

 

Il m'a écouté longuement… Je lui ai raconté notre histoire, il m'a un peu parlé de son pays, de ses habitants, de Tintin et Milou puis il est rentré au chaud. Je l'ai vu s'asseoir face à une machine avec plein de petits boutons avec des lettres et un écran. Il m'a regardé une dernière fois à travers la vitre et a commencé à déplacer ses doigts. Pendant ce temps-là, je suis devenu comme une vulgaire goutte d'eau, moi le flocon de neige du Canada.

 

 

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claude danze 08/12/2011 20:45


Original et tellement bien tourné! A la fois technique et poétique! Très bon! Merci l'anonyme.

Pâques 02/12/2011 16:53


Original !


Le voyage des petits flocons de neige :-)

Philippe D 02/12/2011 15:15


Une idée originale que celle de se mettre à la place d'un flocon de neige. Bravo à l'auteur.

Claude Colson 02/12/2011 11:32


Ça me fait un peu penser aux Lettres Persanes : mini "critique sociale" au passage, leçon de philosophie par les enfant.


Allégorie de la naissance de l'écriture. Encore un texte original.

Adam Gray 02/12/2011 10:23


Tout mignon, un joli voyage...

Micheline 02/12/2011 09:37


Un joli texte qui se lit agréablement.  

Louis 02/12/2011 08:36


Cela avait bien commencé et ça continue !  Le choix va être difficile.

christine 02/12/2011 07:42


Un joli conte... un beau voyage ! N'oubliez pas que vous devrez voter à la fin !