Texte n°1 pour le concours "si l'hiver m'était conté"

Publié le par christine brunet /aloys

Une nuit de janvier…

 

L’angélus résonne. Coline, silencieuse comme une matinée d’hiver…

L’église de village, de doux nuages sont là. Blancs. Roses.

Une vie de femme, d’épouse, de mère trace son ébauche au rythme du labeur, de la force et de la bonté. La vie s’écoule sereine et paisible dans l’odeur de la terre qui monte après la pluie. Coline éveillée près de l’enfant qui dort. La douceur du silence et le noir de la nuit. C’est l’histoire d’un amour pour les siens. C’est le chemin de forêt qui se perd dans la brume. C’est le ruisseau d’argent sur la buée d’un miroir. C’est un rêve d’hiver où les grands feux s’allument. C’est la source d’eau vive au fond de nos mémoires. C’est le vent qui se lève et les branches qui ondulent. C’est quelques grains de pollen au cœur d’un bouton d’or. C’est la chanson des roseaux dans la brume d’un matin. C’est un enfant qui sourit dans un livre d’images. C’est les oiseaux du ciel à portée de nos mains. L’odeur de la terre qui monte après la pluie. Coline éveillée près de l’enfant qui dort. La douceur du silence et le noir de la nuit. C’est l’histoire d’un amour pour les siens. Dans sa grande maison de pierres, immobile sur le pas de la porte, Coline scrute l’horizon.

Enhardie par l’hiver qui se veut clément, elle enfile son gilet par-dessus son tablier et entre dans l’enclos aux coquelicots.

C’est une fin de chemin, presqu’une fin de vie. Oh ! Elle a eu une vie riche bien remplie Coline. Elle sent qu’elle va bientôt s’interrompre. Alors, elle remue ses souvenirs. Les yeux grands ouverts. Ouverts sur un monde qui lui a tant apporté. Tant donné, tant repris aussi. Léo qui a su être au fil des ans, son fidèle compagnon de tous les instants, rythmant avec elle les saisons de la vie. Brusquement malade, si tôt disparu. Chagrin. Elle continue, la vie, en emportant dans son ombre, ses sœurs et frères tant aimés. Et Coline au milieu de ses fleurs, console ceux qui pleurent et fleurit ceux qui meurent. Trop de morts terribles l’entourent. Et la maladie la frappe à son tour. Elle est déjà hors du monde, hors du temps. Une courte promenade dans l’hiver naissant et elle part.

Un murmure dans le vent. Une nuit de janvier, Coline se glisse dans l’invisible. Nous croyons que la mort est une absence, elle est une présence secrète. Nous croyons que la mort crée une infinie distance. Elle la supprime, cette distance. Que de liens elle renoue. Que de barrières elle brise. Que de murs elle fait crouler. Que de brouillard elle dissipe. Aujourd’hui, la terre du village la recueille, reflet de sa douceur.

 

Durant l’hiver, toutes les fleurs de demain sont dans la semence d’aujourd’hui.

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claude danze 08/12/2011 20:40


 Doux et triste à la fois, c'est apaisant, en fin de compte. J'aime vraiment beaucoup. Bravo, l'anonyme!

Marcel Baraffe 04/12/2011 10:42


Toute une vie en si peu de lignes ! Chant d'hiver, hymne à la mort et, à la porte, un souffle de printemps. 

Claude Colson 02/12/2011 11:23


Un peu trop de répétitions de C'est... dans le premier paragraphe, à mon gôut.


J'ai adoré le dernier.


Une écriture originale.

Pâques 01/12/2011 19:21


Une nuit d'hiver douce, paisible, comme la vie de Coline, si peu de choses dans l'infini et pourtant unique...


Cela commence très fort !!!

Philippe D 01/12/2011 17:52


Je retiens une très jolie phrase : "Et Coline au milieu de ses fleurs, console ceux qui pleurent et fleurit ceux qui meurent."

Christian Eychloma 01/12/2011 14:57


Magnifique poème en prose !

carine-Laure Desguin 01/12/2011 14:09


Très beau texte; pas facile de balancer entre nostalgie et émotion sans tomber dans la sensiblerie...

Adam Gray 01/12/2011 12:42


Le concours commence très fort ! Je n'aime pas ce texte ; je l'adore... C'est magnifiquement écrit, rythmé, mélancolique. Et je ne sais pas si je dois
remercier l'auteur ou non, mais il ou elle m'a fait pleurer... De ce fait, ce texte risque fort de demeurer mon favori, bravo à l'auteur, mais attendons la
suite...

Micheline 01/12/2011 10:10


Un texte magnifique. J'adore les répétitions de "c'est" qui rythme le long paragraphe du début.

Louis 01/12/2011 09:44


Un premier texte de qualité ! Que ça va être difficile de voter...

Edmée De Xhavée 01/12/2011 08:00


Très beau, apaisant, serein... avec une poésie si douce...

christine 01/12/2011 07:54


Je viens de lire ce conte... superbe écriture... Bravo à l'auteur !

christine 01/12/2011 07:53


Voici le premier des 8 textes reçus pour le concours de notre revue. Si l'hiver m'était conté... Comme vous pouvez le constater, il est anonyme. Le nom des auteurs sera révélé après le dernier
vote.


VOTEZ !!!!!!! Donnez votre avis... Vous aurez jusqu'au 10/12 minuit pour vous prononcer.