Texte n°1 du concours pour "Les petits papiers de Chloé"

Publié le par christine brunet /aloys

le-premier-soir-des-vacances.JPG

 

Le premier soir des vacances

 

 

Enfin ! On peut dire qu'on les aura attendues. Longtemps. Ce soir, c'est les vacances ! Pour un moment, on peut remiser dans un lointain recoin de sa tête tous les soucis de la journée passée comme des précédentes. On prend son temps. Le soleil est déjà bas dans le ciel, mais ce soir, pas d'urgence. On rassemble tranquillement, lentement, toutes ses affaires, en écoutant le silence d'une salle vide et calme. Le même que tous les soirs à vrai dire.

Pourtant, aujourd'hui, on y prête davantage attention. Cela pourrait presque sembler triste mais, au contraire, une profonde sérénité emplit l'atmosphère. L'avait-on seulement remarquée, cette odeur légèrement grisante dans l'air ambiant ? Les senteurs des arbres en fleurs à travers la fenêtre entrouverte, sans doute. Il fait bon, et les rayons obliques du soleil donnent aux ombres des formes insolites et amusantes, comme lorsque l'on regarde des nuages dans le ciel. On traîne encore un peu, puis finalement, on rentre. On continue de ne pas se presser.

Oh, non, surtout pas ! On sait déjà que cette heure où le temps est comme suspendu n'est que trop éphémère et que, demain, ce ne sera plus qu'un lointain et agréable souvenir, à demi effacé par le rythme du quotidien. Alors on respire de toutes ses forces, à pleins poumons. Et on savoure.

Dans la voiture, on choisit un disque avec soin : c'est que ce dernier sera notre précieux compagnon de voyage, pendant toute la durée de notre retour en douceur à la réalité. Bientôt, la routine reprendra sa place rassurante entre le ronronnement sourd de la machine à laver et le monologue berçant de la télévision. On soupire une dernière fois, on hésite à peine, puis on sort de sa voiture en baillant.

On arrive chez soi. En fait, on est bien content ! On va pouvoir souffler, se reposer, se laisser aller. Comme pour nous conforter dans cette idée, le chat s'approche à pas de velours du fauteuil dans lequel on s'est installé et vient frotter tout doucement sa tête contre le bas de notre pantalon, en quête de caresses. Et dans ce début de nuit, seul continue d'exister, pendant quelques trop courtes minutes encore, l'instant présent.

 

 

Publié dans concours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 09/06/2013 20:35


Texte doux et agréable, nous dit Adam. Oui, c'est bien ça.

Adam Gray 06/06/2013 19:35


Sauf ton respect, Jean-Michel, chaque auteur aurait peut-être écrit un texte autrement, puisque chacun son style  Et le sujet ne se prête pas à se mettre en danger...
Il me tarde de lire les autres textes, espérant y retrouver fraîcheur, naïveté et nostalgie... Cela fait du bien. Un premier texte doux et très agréable. 

Micheline Boland 06/06/2013 11:49


Un texte qui fait écho chez moi comme chez beaucoup d'autres lecteurs probablement...

Jean-Michel Bernos 06/06/2013 10:47


Texte reposant et empreint de sérénité. On se laisse aller volontiers dans une sorte de nostalgie pleine d'odeurs et de sensations. On est bien dans le sujet et à part quelques petites tournures
de phrases... non pas mal écrites, mais que j'aurais rédigé autrement, le texte est propre et agréable... peut-être un peu trop ! Est-ce que les autres participants sauront se mettre en danger ?

Edmée De Xhavée 06/06/2013 08:11


Je comptais participer mais finalement trop de choses latérales dans ma vie pour le moment, pas eu l'envie. Ceci est un beau texte, un poil nostalgique mais d'une nostalgie bien savourée!

Carine-Laure Desguin 06/06/2013 07:58


Un premier texte. très bon. Je le relis, pour que rien ne m'échappe! 

christine 06/06/2013 06:53


Premier texte sur 5. Peu de participants et c'est bien dommage. 


Je vous rappelle que vous ne devez pas voter pour votre texte, ou voter plusieurs fois.