Texte 4 du concours

Publié le par christine brunet /aloys

 

illustration_nos_toutes_petites_vies.jpg

 

NOS TOUTES PETITES VIES   -  

 

- La compagnie vous souhaite un bon vol, Monsieur Bredoux.

J’esquisse un sourire à l’hôtesse, un sourire chargé de fatigues.  Et je vais me perdre un peu plus loin.  Je déteste Orly.  La grande horloge murale me rappelle que mon estomac crie famine depuis plus d’une heure.  Mais je ne l’entends pas.  Je suis ailleurs.  Au plus profond de ma toute petite vie.  Une lassitude au coin des yeux.  J’ai acheté un billet pour le premier vol disponible, la Norvège.  N’importe quoi.  Encore une heure d’attente.  Alors je fais le point, je m’interroge sur cette existence éparpillée qui est la mienne, cette succession de jours dénués de tout sens.  Objectif numéro un : quitter Paris.  Changer d’air.

 

Autour de moi, la salle de transit n’en finit pas de s’emplir et se désemplir.  Observateur discret, je deviens le témoin de scènes impossibles où jouent des personnages rocambolesques.  La vie est un théâtre.  Je regarde vivre, ou survivre les gens.  Manège incohérent de voyageurs colorés et de businessmen cravatés jusqu’à l’étranglement.  Et tous ces anonymes qui palabrent trop fort, qui s’esclaffent.  Qui s’embrassent… 

 

Sur la banquette en face de moi, une jeune femme perdue dans son roman n’a plus tourné sa page depuis vingt bonnes minutes.  Son regard égaré ne semble plus savoir ce qu’elle attend.  Mais son portable retentit, et la voilà qui ressuscite.  Elle se redresse, replace une mèche de ses cheveux, réanime son sourire et se regonfle d’un peu d’espoir.  Je souris malgré moi.  Le bonheur la rend jolie.

 

Mais rapidement, son regard semble s’interroger.  Apparemment, la conversation prend une tournure inattendue, et voilà son visage qui à nouveau se fane.  Son corps se courbe.  Les mots qu’elle entend la giflent de plein fouet, l’anéantissent.  La jolie mèche lui retombe sur le visage.  Interdite, elle tente quelques interjections, ose une ou deux questions, mais l’interlocuteur s’en est allé, au bout du fil, au bout du monde.  Et le temps d’un sanglot, c’est sa planète entière qui s’effondre sous ses pieds.  Son portable lui échappe des mains, glisse sur le sol.  Je devine son âme hurler en elle des années de détresse.  Et ce cri silencieux lui oppresse la poitrine, la fige hors du temps.  Et si personne dans cet aéroport ne semble prêter attention au cataclysme de cette femme, moi c’est tout mon être qui s’en ressent secoué.  Que dire ?  Que faire ?

 

Inquiet, je m’approche d’elle timidement.

- Madame ?...  Tenez, votre portable.

Mais elle tourne vers moi un regard de fin du monde.

- Vous…  Vous allez bien ?  Vous voulez vous asseoir ?

Ses yeux ne savent que répondre.  Elle est perdue dans son chagrin.  Alors je déploie toute ma gentillesse pour tempérer sa douleur.

- Allons, venez vous asseoir, je vous en prie…  Vous avez besoin d’un bon café, me semble-t-il…

Et la pauvre se laisse guider vers la cafétéria.  Son corps est si tremblant.  Je l’installe à une petite table près de la fenêtre, et m’occupe d’elle avec compassion.  Il lui faut plusieurs minutes pour s’apaiser, et enfin se permettre un large soupir.  Et quand sa voix fragile se fait entendre, c’est de moi dont elle s’inquiète :

- Mais…  Je vous ennuie, je vous retiens, ici…  Vous avez certainement un avion à prendre ?

Je lui souris tendrement et lui indique du bout du nez un avion qui s’éloigne de sa piste d’envol.

- Oui, j’avais !  Voyez là-bas cet airbus…  Et bien avec un peu de recul, je n’ai finalement aucune envie de me rendre en Norvège.  Merci donc pour ce détournement bien opportun. 

 

Son regard s’est figé dans le mien.  Son étonnement, cette petite gêne timide, son silence éloquent, redonnent à son visage un peu de vie.

- Mais vous, lui demandai-je enfin, vous allez mieux ?  Vous allez bien ?

Et après un petit haussement d’épaules, elle me raconte les derniers chapitres de sa toute petite vie…  Un enchevêtrement de catastrophes, un sac de nœuds…  Et pour couronner le tout, un compagnon absent, égoïste, lâche, qui l’abandonne par téléphone, en plein aéroport…  Un compagnon en qui elle croyait de moins en moins, mais auquel elle s’accrochait éperdument comme à une bouée de sauvetage…  Mais bien sûr elle savait, la noyade était inévitable.

 

Voilà, tout est dit.  Elle me regarde avec un petit sourire triste, et se soulage sur son thé à moitié froid.

 

Je la regarde.  Troublé d’entendre le récit d’une vie qui ressemble à la mienne.  Comme je comprends son désarroi.  Je lui fais part de ce curieux hasard, et lui raconte à mon tour mes déboires.  Elle m’écoute, comme jamais personne ne m’avait écouté auparavant.

 

Valérie.  Elle s’appelle Valérie.  Elle habite Paris, elle aussi.  Nous parlons jusque bien tard, sans nous soucier du temps qui passe.

 

Cet été-là, bien sûr, Valérie n’est pas partie en vacances pour la Corse, et je n’ai jamais été en Norvège.  Nous sommes restés à Paris, nous avons pris soin l’un de l’autre.  Montmartre et les jardins du Luxembourg n’avaient plus aucun secret pour nous.  Nous y avons appris à nous connaître, à nous faire du bien, et nous sommes devenus de vrais amis.  Peu à peu, nos toutes petites vies se sont mises à respirer, à s’épanouir.  Nous sommes redevenus confiants face à nos existences, et les jours se sont mis à couler de façon plus heureuse.  Le temps a fait le reste.

 

Orly.  Juillet 2012.  Aujourd’hui, un petit gaillard en salopette nous tient la main.  Valérie et moi nous regardons d’un sourire tendre et complice.  Je l’observe du coin du cœur avec un amour infini, et lui caresse ses jolies mèches blondes qui volent à tout vent.  La vie est surprenante.  Et j’aime Orly… 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 10/10/2012 20:19


L'histoire d'une belle rencontre !

Edmée De Xhavée 09/10/2012 08:12


Je n'étais pas là quand il est paru, et je ne regrette pas d'avoir fait le détour pour le découvrir! Bien joli texte...

Louis 08/10/2012 20:14


Un texte plein de vie et de souvenirs. Un beau voyage sur une feuille de papier ou sur un écran d'ordinateur !

Philippe D 07/10/2012 15:37


J'espère, au moins, qu'ils ont pu visiter la Norvège ensemble car c'est un pays magnifique!


Joli texte, très bien écrit. Un de plus! 


Bonne fin de weekend. 

Jean-Michel Bernos 07/10/2012 11:56


S'il n'en est pas Christine, qu'attendons-nous pour le publier ?

christine 07/10/2012 11:27


Mais cet auteur est-il un auteur CDL ?

Adam Gray 07/10/2012 10:19


Magnifique, que dire d'autre ?

Jean-Michel Bernos 07/10/2012 10:18


A y réfléchir et à relire ce texte, je pense comme cet auteur et Shakespeare que "le monde entier est un théâtre et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs" As you like it, Acte
II, scène 7.


 

Jean-Michel Bernos 07/10/2012 10:09


Voilà encore un texte qui nous fait espérer en Chloé des Lys. Une maison qui sans aucun doute possible sait choisir et rassembler des auteurs de qualité. Le texte n'a rien a envier aux beaux
romans de nos grands. Bien construit, sensible, amenant une atmosphère progressivement, sachant nous appeler d'un coup d'oeil à nous souvenir de nos propres vies, nos angoisses, nos
espoirs. Quelques toutes petites maladresses sans grande conséquence. l'histoire est limpide dans la forme et dans le fond. Un très bon moment de lecture et de bonheur. Je donne un franc
17/20. 

Micheline Boland 07/10/2012 09:46


Un beau texte de plus. Voter ne sera pas chose aisée...

Micheline Boland 07/10/2012 09:07


Une bien belle histoire. Une belle écriture. Il est certain que le choix sera difficile.

Christian Eychloma 07/10/2012 08:51


Très touchant... "L'enfer", ce n'est donc pas toujours "les autres" !

Claude Colson 07/10/2012 08:01


Mince, encore un bien beau texte très bien écrit.

silvana 07/10/2012 06:11


jolie histoire , belle écriture , une douce lecture en ce dimanche matin

carine-Laure Desguin 07/10/2012 05:30


Une histoire qui finit bien ! Le destin nous surprend souvent et nous fait aimer des choses que nous détestions...