Tangi Warhol se présente...

Publié le par aloys.over-blog.com

Tangi-Warhol-NB.jpgJe m'appelle Tangi Warhol et je suis à l’origine du « Rétrofutur mag », un fanzine distribué sur Brest et sa région, qui compte à ce jour trois numéros téléchargeables sur le site : www.leretrofuturmag.com.

              

Les textes que j'écris habituellement s'articulent autour de personnages plongés dans une société présentant un ou plusieurs éléments inhabituels relevant parfois de la science-fiction, parfois du fantastique.

Prenons par exemple l'épreuve du mariage sur la planète Cassis 6, un monde dans lequel il ne suffit pas, avant la cérémonie, de pousser la porte d’une bijouterie et de choisir une alliance, mais de s’armer de courage, de plonger dans le Vortex, une tornade perpétuelle, d’atteindre la haute atmosphère afin d’y récolter, au péril de sa vie, un spécimenRETROPUBE-CDL-OK-copie.jpg d’astronide, une fleur merveilleuse qui ne servira qu’à officialiser devant la loi une union entre un homme et une femme. « Astronides » comme tous mes autres textes sont des visions sombres ou humoristiques de l’avenir, et parfois du passé dans « Les mauvaises manières de Ludwig », des allégories de la société actuelle à travers des fantaisies de l’imagination…

Le mieux est, je pense, de vous laisser y goûter.

 

Voici donc un extrait de mes nouvelles écrites entre 2005 et aujourd’hui réunies dans ce premier recueil intitulé « Les piétons lunaires », qui paraîtra aux éditions Chloé des Lys courant 2011.

 

 

 

Les piétons lunaires :

 

Le 20 juillet 1969 à 20 heures 17 minutes et 39 secondes UTC, le LEM alunissait dans la mer de la Tranquillité après un voyage de 400.000 kilomètres à travers l'espace. Quelques minutes plus tard, en devenant le premier homme à marcher sur la Lune, Neil Armstrong devenait mondialement célèbre.

 

Et ensuite...

 

 

Tandis que Neil Armstrong gambadait avec une déconcertante légèreté entre les cratères lunaires, soulevant des nuages de poussière brillante à chacun de ses appuis au sol, et que derrière la visière embuée de son casque son visage radieux se fendait d'un large sourire, Buzz Aldrin, lui, s'extirpait à son tour du LEM, à reculons, par le sas encombré de câbles enchevêtrés. Son pied droit tâtonnait nerveusement à la recherche du premier barreau de l'échelle. Il s'apprêtait à poser le pied sur un monde étranger, un sol déjà couvert par les empreintes de Neil Armstrong.

Buzz descendit le cœur battant.

« Cette foutue échelle, grommela-t-il, n'est pas si courte que ça ! »

Sa gorge se noua.

Le sol lunaire, ses grumeaux blancs et ses dépressions noires, désormais si proche de lui, s’éloignait pourtant à mesure que, prudemment, l'astronaute descendait un à un les échelons métalliques. Plus il descendait et plus le nombre de barreaux qu'il comptait sous ses pieds augmentait.

« Bon sang ! s'exclama-t-il. Mais je monte ou quoi ?… »

Buzz savait pertinemment que cette impression, illogique, n'était que le fruit de son stress et de son imagination. Il ferma les yeux et respira profondément. « Je descends du toit, se persuada-t-il en songeant à la grange de sa propriété texane dont la toiture avait récemment souffert du passage d'un cyclone. Je viens de remplacer les tuiles branlantes. »

Il chassa les fantasmes déraisonnables qui embrumaient son esprit, franchit posément maquette-warhol.jpgun nouvel échelon, ouvrit les yeux et poursuivit vers le sol gris et poussiéreux de la Lu... Non ! Sa vue lui jouait des tours ! Car bien que sans équivoque il descendît, les échelons sous ses pieds étaient toujours plus nombreux… Le sol toujours plus distant.

Saisi par une insoutenable sensation de vertige, Buzz crispa ses doigts autour des barreaux de l'échelle et s'immobilisa définitivement, à un mètre cinquante du sol lunaire. Terrifié. Le sang battait furieusement dans ses tempes perlées de sueur.

« Neil ! Neil ! haleta-t-il dans le micro intégré à son casque. Je n’y arriverai jamais !!! »

 

Après s'être laissé aller à quelques plaisantes cabrioles, Neil Armstrong, redevenu sérieux et attentif à son environnement, attendait à présent avec le Stars and Stripes enroulé dans les bras, que Buzz vienne filmer le moment historique qu'il s'apprêtait à vivre, et à faire vivre à l'humanité toute entière, lorsqu'il planterait la bannière étoilée en fier étendard dans le sol lunaire. La voix paniquée de son camarade lui parvint alors par la radio. « Neil ! Neil ! Je ne peux pas descendre !... »

Neil Armstrong grogna, observa autour de lui et, se sentant bien seul, songea : « Houston, on a un problème ! »

 

« Je n’y arriverai jamais ! répéta Buzz. Jamais ! Jamais !!!… »

 

 

Jamais ! Buzz se réveilla en sursaut. Moite de sueur, son pyjama bleu à rayures blanches lui collait au dos comme un vieux pansement. Neil et l’échelle avaient disparu, la voûte céleste fut remplacée par le plâtre du plafond ; il était de retour en 1980.

Les quelques cheveux qu'il gardait sur le crâne, ceux qui avaient résisté à l’épreuve du temps, étaient ébouriffés et ses joues fripées portaient encore les stries entrecroisées imprimées par l’oreiller.

Il se roula dans les draps puis les repoussa énergiquement. Toujours ce rêve ! Bon sang... Ce foutu rêve ! Buzz se frictionna le front, les sourcils et les paupières en poussant des piaillements désespérés. Y suis-je allé ? Oui ou non ?!?

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 19/01/2011 20:54



Je jure que je n'ai rien bu ce soir (je n'ai rien à fêter) mais je n'ai pas compris grand-chose à l'introduction.


Par contre, je voudrais bien lire la suite du texte.


Allez, un petit tour sur les sites proposés. J'y vais. A+



Edmée 19/01/2011 12:48



Oh la la, un monde qui dissuade du mariage, en plus ... Quelle imagination, quelles description... le monde de Chloé
des lys est un monde de merveilles, dites-donc!



ELISA ROMAIN 19/01/2011 09:11



Belle mise en appétit que cette nouvelle ! Les "Piétons Lunaires" devraient avoir beaucoup de spectateurs et j'en serai!



serge 19/01/2011 08:45



cette idée de fanzine, et l'atmosphère qui s'en dégage, excellentes ! 



Gauthier Hiernaux 19/01/2011 08:26



J'ai également hâte de tenir ce livre entre les mains. Du reste, comme tout lecteur de base, je suis attiré par le titre et la couverture



Lunessences 19/01/2011 06:52



Superbe, le genre de nouvelles que j'aime lire aussi, avec comme assise une belle base, une belle dose de réalité, et l'imaginaire de l'auteur!


Ici l'imagination est extrêmement proche de la réalité !


Bravo


Lunessences



christine 19/01/2011 06:48



Une présentation qui intrigue, non ? Et un monde très particulier qui, en fan de SF et d'anticipation, m'attire franchement. Je me rends régulièrement sur le site du fanzine avec toujours
beaucoup de curiosité. Les piétons lunaires, un autre livre que j'ai hâte de lire !