Stratégie amoureuse, une nouvelle de Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

 

boland photo

 

STRATÉGIE AMOUREUSE

 

 

Chaque fois qu'ils se rencontraient, Pierrot demandait Jeannette en mariage. Chaque fois la réponse de Jeannette était la même : "Moi, tu le sais, je suis d'accord mais mes parents n'accepteront pas, tu n'es pas assez riche…" Elle approchait de ses dix-sept ans, il en avait un peu plus de vingt. Elle ne pouvait se passer du consentement de ses parents. Cela faisait des mois qu'ils étaient amoureux l'un de l'autre et la situation aurait pu paraître sans issue. Ils en étaient réduits à se voir en secret, dans une chapelle désaffectée du bourg tout proche ou dans une grange en bordure du bois.

 

Pas un jour sans que Pierrot retourne le problème dans tous les sens. Pierrot continuait d'apprendre le métier d'ébéniste avec son père. Bien qu'il travaillât beaucoup, il ne gagnait pas lourd et ses parents n'étaient pas vraiment ce qu'on peut appeler des gens riches.

 

Au village, tout se savait. Chacun épiait plus ou moins tout le monde. Cela permettait d'éviter des accidents, comme quand le petit Marcel avait été vu en train d'escaler la vieille tour, mais cela pourrissait aussi parfois la vie et Pierrot en savait quelque chose.  

 

Un jour, Pierrot remplit un seau de charbon et au-dessus du charbon il déposa des pièces d'or, oui des pièces d'or qu'il avait demandé à ses grands-parents de lui prêter quelque temps. Pierrot attendit de voir Martha, sa voisine une pipelette comme il n'y en avait pas deux, installée derrière son rideau et occupée à observer la propriété de ses parents, pour sortir avec le seau et aller le cacher dans une remise abritant la réserve de bois.

 

Pierrot répéta l'opération plusieurs jours… Et un vendredi, jour de marché, sa tante vint annoncer à la mère du jeune homme : "Alors, il paraît que ton Pierrot est riche, très riche, qu'il cache des pièces d'or dans la remise. Est-ce qu'il ne travaillerait pas au noir ou ne jouerait pas à des jeux d'argent ?"

 

Comme Pierrot s'y attendait, Martha avait accompli sa mission. Quand il fut sommé de s'expliquer, Pierrot le fit et ses parents le félicitèrent pour son astuce.

 

Bien entendu, il revint aux oreilles des parents de Jeannette que Pierrot était très riche, qu'on l'avait vu porter des seaux remplis de pièces d'or. Jamais ceux-ci ne justifièrent la cause de leur revirement mais c'est ainsi qu'avant les dix-huit ans de Jeannette, les deux jeunes gens se marièrent.  Ils furent heureux et rien ne ternit jamais leur bonheur.

 

 

 

Micheline Boland

Son site : http://homeusers.brutele.be/bolandecrits/
Son blog : http://micheline-ecrit.blogspot.com/

 

 

9782874593581 1 75

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Micheline Boland 17/09/2012 12:59


Merci à tous pour vos commentaires.

Jean-Michel Bernos 15/09/2012 14:51


Chacun sa stratégie !

Ghislaine Renard 15/09/2012 12:13


Belle histriette et astucieuse stratégie amoureuse ! Bise, Micheline.

Edmée De Xhavée 15/09/2012 08:12


Un rusé jeune homme!

carine-Laure Desguin 15/09/2012 05:27


A quoi tient le bonheur ...Bravo à Micheline 

Philippe D 15/09/2012 04:59


Et puis on dira encore que l'argent ne fait pas le bonheur!


Bravo Micheline.