Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Psyché, l'autre face... Un poème de Patricia Lhommais

19 Décembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie


http://www.bandbsa.be/contes2/lhommaistete.jpg 

Psyché, l'autre face


 

Son regard dénué de rêves

Contemple mon ego décentré.

Juste et glacial, il m'observe

Et dresse adroitement mon autoportrait.

 

Je devine à l'ombre de son œil noir

Ma laideur et ma démence.

A ma personne il fait miroir.

Humblement je reçois l'offense.

 

Je ne peux plus croiser cet œil,

Reflet de mon ego désenchanté.

De mes effrois je fais le deuil.

Ma torpeur est ensanglantée.

 

Il est le psyché de ma difformité,

Moi, méprisable et hideuse.

Chaque fois en lui je renais.

Ses mains sont de ma vie les meneuses.

 

Je suis le festival de l'horreur.

L'œil rivé sur moi me cingle,

Me rappelle que je ne suis qu'un leurre.

Enfin, il trouve la faille et l'épingle.

 

Et moi, dans un état psychédélique,

Je n'ose faire face à ce regard

Qui mon surmoi écosse et décortique.

Je reste prostrée, les yeux hagards.

 

 

Il me semble que tout à coup j'avorte

D'un passé dont il ferme la porte.

Je suis là, anesthésiée, l'âme épurée

D'un abcès jusque là surinfecté.

 

Je crache ce venin qui étrique ma gorge.

Mathématiquement l'œil éventre le kyste.

Soudain j'aime le regard de mon psychanalyste.

Et ma stupeur se désengorge.

 

 

Patricia Lhommais

patricialhommais.20six.fr

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Edmée 19/12/2010 13:29



Mince! Moi aussi je pensais à un miroir, une dame qui ne se trouvait pas "à son avantage ce matin" et puis, boum! Surprise! C'est très bien amené... Bravo!



carine-LAure Desguin 19/12/2010 12:31



"J'avorte d'un passé dont il ferme la porte "; l'image me plaît; poème plein de vérité; et bien nous avons de nombreux poètes chez CDL



christine 19/12/2010 07:12



Image déformée... que je pensais renvoyée par un miroir... la fin désarçonne et éclaire le poème... surprenant... Tiens, je le relis...



Philippe D 19/12/2010 06:29



Fin inattendue pour ce poème qui chemine entre horreur et beauté.


Bonne journée.