Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Noir Mouvant : une poésie de Sélène WOLFGANG

8 Octobre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Poésie

http://r19.imgfast.net/users/1913/52/32/14/avatars/321-86.jpg

 

 

NOIR MOUVANT

 

 

Quand le Zéphyr prépare un sort à la nuit,

La lune moirée par la spirale fauve des sens

Vous livre mon âme qui se tortille,

Traîne sa masse fluctuante

Et esquisse une flamme

Sur les murs de votre alcôve.

 

La flamme, mon oppressant désir,

Suivez son sillage,

Il vous fera tomber

Dans le gouffre de mon insolence.

 

Je suis le spectre à la voix

Qui vous mord les vertèbres.

Allongée dans votre jardin mental,

Je passe un fil astral en l’aiguille

Des sentiers expiatoires de ma dissolution.

 

Chut! Silence! Ecoutez mon chant!

Mon chant est un piège à y mourir,

Il polit votre mensonge.

 

Prenez et mangez

Mon ambroisie à la mandragore,

Buvez le sang de mes stigmates reflétés

 

 

 

Par le noir mouvant des voyelles.

 

Chut! Silence! Ecoutez mon chant!

Déjà, il vide les tiroirs de vos cœurs séchés.

Il déplace les meubles désolés

De vos profondeurs où l’idéal dort.

 

Des souterrains du verbe frémir,

Emergent les sangsues d’un amour perdu.

Elles descendent en vous et glissent

En vos veines les plus durs émois.

 

Séchez vos paupières!

Je me dérobe avec l’astre qui se tord.

A l’avenir, prenez garde!

N’entrez plus dans l’univers

Des nymphes sanglantes

Gisant sur l’humus de brume calcinée

Qui ampute l’azur triomphant

Comme la virginité.

 

Séchez vos paupières!

Je disparais avec le tumulte des temps.

 

 

Sélène WOLFGANG 

http://selenewolfgang.tripod.com/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sélène Wolfgang 09/10/2010 16:48



Merci à vous tous pour vos gentils commentaires



Edmée 08/10/2010 12:26



Baudelaire, oui, il y a de ça, et l'appel de la nuit et de ses mystères sensuels et vénéneux.


 


Chic, un talent tout neuf chez CDL!



Florian Houdart 08/10/2010 10:49



On sent l'ombre de Gauthier et de Baudelaire planer sur ce poème tel un fantôme. Cependant, l'ambiance est personnelle, poussiéreuse mais au goût du jour. Tiens, je vais me le relire en me
passant quelques vieux morceaux de The Cure.



carine-Laure Desguin 08/10/2010 05:28



Un nouveau talent chez CDL ! Un style bien aiguisé, des mots bien cadencés, une poésie à découvrir ! A bientôt, fille des marécages !



Christine 08/10/2010 05:21



Brrr ! Quel poème ! J'en ai des frissons... 


Merci, Sélène, pour cette première participation à Aloys !!!!