NADINE GROENECKE: j'ai lu "Rue Baraka" de Carine-Laure Desguin

Publié le par aloys.over-blog.com

nadine groeneckeJ’ai lu « Rue Baraka » de Carine-Laure Desguin

 



"La vie distribue les cartes et puis chacun s'en arrange", cette citation de Xavier Deutsch, bien en évidence sur le blog de Carine-Laure, aurait aussi bien pu figurer dans son livre « Rue Baraka ». Certains, il est vrai, détiennent plus d’atouts que d’autres dans leur jeu. Mais les plus mal desservis doivent-ils pour autant baisser les bras ?



Tarek, personnage principal de l’ouvrage, est de ceux qui ont du mal à sortir la tête de l’eau. Le jeune homme trimballe en effet son mal-être dans les rues de son quartier sans grand espoir de s’en départir. Etouffé dans sa bulle, il ne perçoit rien de la vie qui l’entoure : les bruits, les couleurs, les odeurs... Tout l’indiffère, quand soudain se produit une rencontre inopinée, celle avec un vieil homme, artiste au grand cœur, qui lui ouvre sa porte. image-1



Dans l’atelier du peintre chargé de souvenirs, Tarek va se livrer puis écouter son hôte lui transmettre le secret du bonheur. Mais point de leçon de morale dans le livre de Carine-Laure, rien que des messages d’espoir et d’encouragement, distillés par « l’ancien » avec tact et patience, comme celui qui suit : « Tu as de beaux yeux qui pourraient être éclatants si tu y déposais la petite flamme de l’espérance. Tu as deux jambes agiles, deux bras costauds. Tu possèdes tout pour que tes jours prochains s’égaient des couleurs que tu auras choisies… C’est TOI qui choisis les couleurs ! » 



Tarek se laissera facilement embarqué dans le monde bigarré de sa rencontre providentielle ; avec lui nous voyagerons dans le Montmartre de la grande époque, nous ferons connaissance avec Clara, compagne du vieil homme qui n’a pas la langue dans sa poche, et avec Henry, leur volubile perroquet perché sur le frigo américain de la cuisine. Un univers artistique et familial des plus attachants. Mais « Rue Baraka » c’est aussi un récit qui nous invite à la réflexion au travers des propos que s’échangent ces deux hommes que tout semble opposer.



Alors plongez-vous sans hésiter dans la lecture de « Rue Baraka », vous en ressortirez plein d’entrain car c’est un véritable hymne à la vie !

 



Nadine Groenecke

 

http://nadinegroenecke-auteur.over-blog.com/

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christine 29/08/2010 10:30



Belle fiche de lecture... La mienne va bientôt arriver... 



Gauthier 22/07/2010 13:36



Quel succès chère Carine-Laure!


J'attends avec impatience de lire ton roman car ces "bandes-annonces" donnent l'eau à la bouche.
Amitiés


Gauthier



Edmée 22/07/2010 12:18



Bonne idée que de voir ce que Rue Bakara inspire à des lecteurs divers. Et Nadine Groenecke l'a aimé comme les autres, et nous le dit avec ses mots, ses émotions. Et les émotions ne manquent pas
à la lecture de ce livre!!!



carine-Laure Desguin 22/07/2010 06:11



Que dire de plus , Nadine ? Je relis ton commentaire , attentive, comme si je ne connaissais aucun des personnages cités et je
m'élance dans un passé proche : un an . Un an , c'est peu mais ces douze derniers mois sont tellement chargés d'émotion et de successions de joie et tout cela grâce à toi et aux autres auteurs
qui ont lu et commenté "RUE BARAKA" ...Toutes ces notes de lecture font vivre le roman et donne la certitude qu'il existera toujours quelque part ...