Impressions de lecture de Christine Brunet : "Saisons d'une passion" et "Lena, une rencontre" de Claude Colson

Publié le par christine brunet /aloys

Photo-Christine-Brunet.JPGImpressions de lecture

 

 

Je suis à quelques heures de mon départ en vacances et, comme un fait exprès, je reçois deux livres de Claude Colson.

 

Je laisse tout tomber et j'ouvre Saisons d'une passion... Je lis et lis puis, incapable d'arrêter ma lecture, je poursuis dans la foulée par Lena, une rencontre... J'ai commencé... J'ai besoin de le terminer.

 

1er avril: FIN... "Comment ça, FIN ? Ah non, ça, c'est pas possible!"Lena C. Colson

 

Je m'insurge puis je me dis que j'ai dû rater quelque chose... Je tourne les pages... Rien... Non, c'est bien fini ! Je n'en reviens pas.

 

Qu'est-ce que je fais  à présent ? Une fiche de lecture ? Deux ? Non, une seule, parce que "Lena" est le prolongement naturel de "Saisons", plus pudique, plus intellectuel... Saisons d'une passion emporte par les mots, les rythmes, les non-dits... Lena prend aux tripes... Le journal intime de la fin est spontané, sans fard, expéditif, pour donner de cet amour une image de sincérité poignante. Ses mots pourraient être les miens, les vôtres : je m'insurge, je grince des dents, je comprend, j'accompagne...

 

Saisins d'une passion. Claude ColsonAlors, des fiches de lecture ? Pour quoi faire ? Ces textes, on les vit, on les ressent et puis c'est tout... Je ne veux pas parler des poésies, des styles différents, de la qualité littéraire : d'autres l'ont fait avant moi... Parler de l'histoire ? Comme si cette intimité se racontait ! 

 

Et un peu comme Bruno puis Jean-Yves qui ne parvient pas à tourner la page, à se lier à nouveau, à lâcher le stylo qu'elle lui a offert pour écrire, décrire, s'épancher, je n'ai pas envie de fermer le livre, de lire le mot "fin" de ce 1er avril...

 

Et lorsque je m'y résous, je jette un oeil sur la pile de bouquins à lire puis je détourne le regard : non... J'ai besoin d'attendre pour ouvrir le prochain...

 

 

 Christine Brunet


http://recreaction.over-blog.org

http://aloys.over-blog.com

Publié dans Fiche de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monilet - Claude Colson 13/09/2010 09:02



Edmée, j'ai choisi de parler de la vie, avec ses griseries et ses dégrisements. ;)



Philippe D 11/09/2010 20:18



"Besoin d'attendre pour ouvrir le prochain". Oui, je comprends, ça m'arrive aussi. Il faut parfois un certain temps pour quitter les personnages avec lesquels on a cheminé un laps de temps plus
ou moins long, pour sortir de l'atmosphère dans laquelle on était plongé. Sortir de l'histoire, c'est un peu quitter son lieu de vacances.



christine brunet 11/09/2010 13:51



Léna n'est que la fin d'une histoire mais d'autres pointent déjà le bout de leur nez...



carine-Laure Desguin 11/09/2010 13:15



C'est toujours avec beaucoup de curiosité que je lis les poèmes de Claude ; ils me demandent un temps d'arrêt à chaque fois ; dans
une gare sans doute ; voilà chère Christine une fiche de lecture fort originale et qui atteint son but : donner
l'envie de lire l'oeuvre de Claude ...


@Edmée : tu es comme moi, tu aimes les choses qui commencent et le début des histoires ...Moi aussi, les débuts, je voudrais
qu'ils se prolongent dans le toujours !



Edmée 11/09/2010 13:10



Curieusement, je sais que je ne le lirai pas, tout simplement parce que c'est la fin d'une passion, la mort de quelque chose, et - pour l'instant du moins - je fuis les lignes tristes. Et
pourtant, l'écriture de Claude Colson n'est pas en cause, ce que j'en ai vu me rassure: je lirai du Claude Colson, encore. Du nostalgique, oui. Du triste, non sans doute!


 


 



christine brunet 11/09/2010 07:49



Il est des livres qu'on lit, pose et oublie dans un recoin plus ou moins éloigné de la mémoire. 


Il en est d'autres qui marquent l'esprit et survivent au temps qui passe... Ils laissent à foison des couleurs, des impressions, des sensations... 


L'écriture de Claude a ce pouvoir...