Les oiseaux des villes VII : poème de Carine-Laure Desguin

Publié le par aloys.over-blog.com

desguin
VII

Il revient quelquefois je sais que c'est lui
Sur les trottoirs des villes les oiseaux ont faim
Longeant les murs les berges le jour la nuit
Gamin poulbot bon à rien galopin
  
Où est-elle son étoile à Paris ou ailleurs
Chaque ville pleut des riens et se rit bien des choses
On se veut magicien peindre bleu peindre rose
Colorer les lumières allumer les couleurs
  
Il revient quelquefois je sais que c'est lui
Sur les pierres dans les gares il est revenu
Vous entendez sa voix ses faims et ses cris
Ses chansons riment encore et ses pieds sont nus
  
Ton corps saigne de partout et vides sont tes poches
Tes barricades sont là elles hissent tes drapeaux
C'est moi qui t'écris je ne suis pas Hugo
Des gamins survivront ils s'appellent tous Gavroche

Carine-Laure Desguin

http://carinelauredesguin.over-blog.com

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude Colson 06/11/2010 17:03



J'aime bien le rythme qui me rappelle celui des vers allemands : talala talala talala talala. :)



Edmée 06/11/2010 15:00



Comme Philippe D, la poésie et moi ne sommes pas ennemies mais pas amies intimes. Pourtant, je réagis souvent aux poèmes de Carine-Laure, car ils ont une ritournelle qui se visse dans votre tête
et y laisse des réflexions importantes...



carine-LAure Desguin 06/11/2010 12:58



Merci les amis !


@ Philippe : tu as raison, on lit un texte et puis boum, on retient quelques mots, une phrase ...Moi aussi j'aime bien ce passage "Chaque ville pleut des riens et se rit bien des choses "
...


@ Claude : merci ; les oiseaux des villes, je les ai écrits comme ça par hasard ...L'an passé, j'ai ouvert un blog http://carinelauredesguin.over-blog.com et pour l'alimenter, je suis revenue à mes premiers amours , les poésies ...Depuis, j'ai une vingtaine de
textes que je mets sur le blog et puis ici ! Voilà ! A bientôt Claude !


@ Stéph : si mes poésies te font voir de belles images urbaines : Youpiiiiiiiiiiie !



Steph 06/11/2010 12:46



J'aime bien les poèmes de C-L. Desguin... Ils sont plein de rythme, d'allant, de couleurs. On entend les bruits et on les voit enfin, tous ceux que l'on croise, les yeux ailleurs pour ne pas les
voir.



Claude Danze 06/11/2010 09:12



J'aime beaucoup les vers, les rimes, trop rares de nos jours. C'est tellement universel et intemporel, ce que tu écris là. Entre Hugo et nous et sans doute bien avant, bien après. Merci pour ce
bon moement de lecture toute matinale.



christine 06/11/2010 06:42



Toujours aussi curieux, ces oiseaux... personnages mi-ombre mi-lumière...



Philippe D 06/11/2010 06:36



La poésie n'est pas ma tasse de thé mais je me soigne. J'en lis un peu et j'apprécie un peu, moyennement ou parfois beaucoup.


Dans ce texte, un petit passage a retenu mon attention "chaque ville pleut des riens". Pourquoi? Qu'est-ce qui fait qu'on est touchés par des mots ou qu'ils nous laissent indifférents? Mystère!


Bon weekend à tous ceux qui passent par ici.