Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Les "Dix petites négresses" de Bob Boutique, une lecture d'Alain Magerotte

23 Janvier 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys

 

10 petites négresses

 

"Les 10 petites négresses" de Bob Boutique

une lecture d' Alain Magerotte


Vous savez quoi ?... Non, et bien je vais vous le dire… il faut absolument que je vous parle d’un livre surprenant, voire troublant. 

Un certain Boutik a, sans vergogne, utilisé le nom de l’auteur des Contes bizarres 1 & 2, pour, ni plus, ni moins, se lancer dans une « parodie » du plus célèbre roman d’Agatha Christie.

Si ce n’était que ça… mais il a outrageusement copié le style du plus connu des libraires de Schaerbeek et n’a pas hésité à mettre en scène des personnages féminins ressemblant comme deux gouttes d’eau à des auteures d’une maison d’édition(s) dont le siège se trouve à une encablure de Tournai et dont ledit libraire est le délégué à Bruxelles.

Bon, ce Boutik a quand même eu la galanterie de ne pas dire n’importe quoi à propos de ces dames. On sent, derrière chaque portrait, une étude de terrain réalisée avec une extrême précision; j’oserais même parler de précision chirurgicale.

L’élément masculin dans ce bazar : un éditeur, obèse et aigri, répondant au nom de Laurent Duciment. Heu… quelqu’un se sentirait-il visé… ou plutôt directement concerné ?... Ou alors, toute ressemblance, etc.

L’histoire : c’est la maison des Editions Chloé Délices, dont Duciment est le boss, qui reçoit le «Prix Concours». Le boss invite dix candidates, dont une seule sera lauréate, sur l’île des Couleuvres, située sur la Mer Noire. Une île déserte où seule erre, l’âme damnée de l’éditeur. Les dames doivent rester là dix jours… livrées au stratagème machiavélique de Duciment ! 

Les événements vont alors se précipiter, promenant le lecteur à travers différents états d’âme, passant allègrement de l’inquiétude à la frayeur en faisant un détour par l’angoisse... sans oublier l’humour grinçant, la connivence avec le lecteur et les retournements de situation en veux-tu, en voilà... toutes des caractéristiques propres au style de Boutique que Boutik a plagié sans vergogne.

Mon cher Bob, j’ai fait ce que j’ai pu pour sauver les meubles… avec tout le mal que tu dis sur ton éditeur et sur tes collègues féminines, j’ai pensé qu’il était temps de te porter une main secourable en créant un Boutik qui avait écrit sous ton nom… et créer ainsi un «c’est pas moi, c’est lui !» 

Bon… après tout, amies lectrices et amis lecteurs, je vous propose de juger par vous-mêmes le côté, non pas dramatique, mais très drôle de ce mini roman qui vous tiendra en haleine du début à la fin… 

Et si, vous avez le moindre doute à ce sujet, renseignez-vous auprès de Ludovic Delacité, Georges Georges et Magrotte (un jeune auteur belge qui monte…), ils vous diront combien ils ont apprécié ces «10 petites négresses».

(Editions Chloé des Lys) que vous pouvez vous procurer chez l'auteur baudouin.boutique@slyent.be au prix de 17 € (port compris).

Alain Magerotte.

 

A. Magerotte Tous les crimes sont dans la nature

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 23/01/2014 19:09


Je connais ce Boutik, en fait il s'occupe surtout d'un élevage de poussins, il n'est pas du tout libraire !!!

Edmée De Xhavée 23/01/2014 10:01


Merci, Alain, pour la précision chirurgicale en ce qui concerne le portrait des négresses... je suis outrée! Je me vengerai

georges roland 23/01/2014 10:00


"Jaser" n'est-il pas un peu faible, dans ce cas de figure? Moi je crois qu'il y a eu des pleurs et des grincements dans les chaumières...Ah, si les yeux pouvaient être des mitrailleuses jumelées
! Heureusement que le médiateur Alain a trouvé une échappatoire : personne ne pourra reconnaître l'auteur sous un pseudonyme aussi astucieux.

christine 23/01/2014 07:02


Après Carine-Laure, Alain... Deux sensibilités, deux approches d'un même récit... Décidément le livre de Bob n'a pas fini de faire jaser !

Carine-Laure Desguin 23/01/2014 05:50


Voilà, tout est dit sans rien dire. Mais au fait que pourrait-on dire de plus? Hum hum