le petit chemin et le diable, un conte de Micheline Boland

Publié le par christine brunet /aloys

 

boland photo

 

 

LE PETIT CHEMIN ET LE DIABLE

 

Depuis toujours, les Martin et les Dupont sont amis. Depuis l'école maternelle Théo Martin et Lucas Dupont sont inséparables, comme avant eux, leurs pères et leurs grands-pères.

 

Théo et Lucas ont les mêmes passions. Ensemble, ils ont construit une cabane. Ensemble ils s'occupent d'un petit potager. Ils partagent bonbons et chocolats. Ils se consolent de leurs chagrins et soignent leurs écorchures.

 

On voit Lucas ? Théo n'est jamais bien loin.

 

Ils prennent chaque jour le petit chemin pour aller à l'école. On peut les voir observer une chenille, taquiner un âne, siffloter, chantonner, s'arrêter pour cueillir des fleurs qu'ils offrent à leur institutrice car les deux amis ont appris que comme la plupart des femmes, Mademoiselle Catherine apprécie les jolies choses.

 

Il y a un personnage qui n'aime pas les deux amis. Ce personnage, c'est le diable. Il jalouse leur bonne entente. Quand il les voit rire, avancer bras dessus bras dessous, s'entraider à l'école, il voit rouge, le diable. Alors, le diable, il cherche un moyen de troubler leur harmonie. Il cherche et il trouve…

 

Ce jour-là, sur le petit chemin, les deux gamins aperçoivent une voiture modèle réduit en or, oui en or. Ce qu'elle brille ! Ensemble, ils font "oh". Ensemble, ils se baissent pour la ramasser. Et là, la bagarre commence. 

 

"C'est à moi."

 

"J'étais le premier".

 

Bang un coup de pied dans les mollets, bang un coup de cartable sur la tête, bang encore et encore.

 

La voiture passe de Théo à Lucas et perd une roue dans la dispute. 

 

Le petit chemin est triste. Lui, il les aime bien les deux amis. Il se doit de faire quelque chose pour qu'ils se réconcilient. Il réfléchit, réfléchit, tandis que pleuvent les coups de pied et de poing.

 

Finalement, il s'entrouvre un peu et engloutit la voiture qui vient de tomber. Surpris, les deux amis se regardent, ils fouillent le sol. Rien. Lucas et Théo creusent un peu plus. Rien.

 

"Zut et rezut".

 

"C'est mieux ainsi. Faisons comme si cette voiture n'avait jamais existé. Elle ne nous a apporté que de mauvaises choses."

 

Et nos deux amis continuent la route vers l'école.

 

Le diable est fâché. Le petit chemin sourit. Pour lui, rien ne vaut une amitié sincère.

 

Le temps a passé, le petit chemin a été élargi, on en a fait une petite route de campagne. Souvent Lucas et Théo vont y rouler à vélo. Même s'ils ont grandi, ils sont restés les meilleurs amis du monde.

 

Le lendemain du mariage de Lucas et Théo, car nos deux amis se sont mariés le même jour, on commençait de grands travaux. La petite route allait devenir une route nationale.

 

En voyant cela, le diable s'est vraiment mis en colère, mais cela est une autre histoire.

 

 

Micheline Boland

 micheline-ecrit.blogspot.com

 

 

boland2

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 11/06/2012 18:18


Jolie historiette où une fois de plus le bien gagne sur le mal. Ouf!

Micheline Boland 11/06/2012 18:06


Merci Carine-Laure et Edmée pour vos commentaires. J'ai écrit ce conte à la demande d'une amie de l'impro qui avait besoin d'un conte pour enfants relatif à un petit chemin.  

Edmée De Xhavée 11/06/2012 08:01


Une belle fable qui nous dit que le diable est vraiment partout... mais qu'on peut le jouer!

carine-Laure Desguin 11/06/2012 06:03


La victoire du bien contre le mal! Et si joliment raconté!