Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Le chien, un texte de Micheline Boland

2 Octobre 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Textes

 

http://www.bandbsa.be/contes2/humeursgrisesrecto.jpg

LE CHIEN

 

Maria était une femme secrète. Quand elle avait acheté un petit bungalow près de chez moi, elle avait déjà près de quatre-vingts ans. Maria saluait les voisins mais se gardait bien d'amorcer la moindre conversation. Même un " Quelle belle journée !" prononcé d'un ton joyeux après lui avoir dit bonjour, ne l'encourageait pas à s'épancher un peu.

 

Un jour pourtant, elle sonna à toutes les portes de la rue. "Fanfan a disparu. Vous ne l'auriez pas vu ?" Au fil des jours, Maria insista. Elle colla des affichettes sur les montants des panneaux de signalisation, sur la barrière de son jardin, sur chaque poteau de la rue. "Cherche bichon maltais, répondant au nom de Fanfan. Bonne récompense. S'adresser chez Maria Monari".

 

Maria était comme folle. Elle arpentait des heures la rue appelant régulièrement "Fanfan", apostrophait les passants. Cela faisait près d'une semaine que le chien avait disparu, je la sentais désemparée et lui proposai d'entrer à la maison pour se confier à propos de cette perte qui l'obsédait. À peine assise, elle me parla de Fanfan que Raoul, son mari, lui avait offert quelques mois avant son décès. Raoul venait d'être victime d'un premier infarctus et s'attendait au pire. Il lui avait dit : "On ne sait pas ce qui peut arriver. Un animal, ça aide à supporter la solitude." Cela faisait seize ans que le chien lui tenait compagnie, seize ans qu'elle lui parlait comme à un ami. Et puis, elle avait reçu la visite de son fils et Fanfan s'était fait la belle. Elle ne s'expliquait pas cette disparition.

 

J'osais à peine parler. Que dire ? Que faire ? Comment être sûre de ne pas blesser Maria en lui proposant de l'accompagner à la SPA pour remplacer l'animal disparu ? Comment lui dire que je m'étais informée au sujet de l'espérance de vie de son compagnon ? Je me suis tue mais Maria a pris l'habitude de venir me voir. Elle gardait l'espoir de retrouver Fanfan, croyait même l'avoir aperçu lors d'un reportage télévisé ainsi que sur la place du Marché, le jour de la brocante.

 

Le temps qui passait la laissait meurtrie ! Même si ça devenait de moins en moins fréquent, il lui arrivait encore de faire les cent pas dans la rue en appelant "Fanfan, Fanfan".

 

Un après-midi, je gardais Mathilde, ma petite-fille, lorsque Maria vint chez moi. Elle vit Chipie le chien en peluche blanche de Mathilde et s'exclama : "Oh Fanfan." Je n'eus pas le loisir de dire un mot ou de faire un geste, déjà Maria emportait le jouet avec elle.

 

À partir de ce jour-là, Maria ne quitta quasiment plus la peluche. Elle la serrait contre elle lorsqu'elle allait faire des courses, se rendait dans son jardin ou chez moi. Je n'osai faire aucune remarque.

 

Un matin, on a retrouvé Maria morte dans son lit, Fanfan à ses côtés. On n'a pas osé les séparer et on les a déposés ensemble dans le cercueil.

 

 

Micheline Boland

micheline-ecrit.blogspot.com

boland photo


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pâques 03/10/2013 21:22


Très émouvant, la solitude est moins cruelle avec un petit compagnon ...

Micheline Boland 03/10/2013 17:52


Merci à vous tous pour vos commentaires qui me touchent vraiment.

éric 03/10/2013 10:49


Excellent!

Edmée De Xhavée 03/10/2013 10:38


J'ai aimé cette histoire touchante... et que l'on sent vraie!

rolandeMichel 03/10/2013 10:15


Très joli texte ! Merci, Micheline ! La solitude est lourde pour les personnes âgées qui perdent leur compagnon. Le chemin entre la réalité est si étroit qu'un jour ou l'autre, nous pourrions
être amenés, nous aussi à le franchir. L'important, c'est que Maria ait pu retrouver la sérénité. La petite peluche lui a permis de s'envoler en toute quiétude vers ce monde inconnu qui nous
interpelle.

Carine-Laure Desguin 03/10/2013 09:03


La disparition d'un animal, un véritable chagrin.