Le chevalier noir, le feuilleton de Christian Van Moer. Episode 9

Publié le par christine brunet /aloys

http://static.skynetblogs.be/media/120110/dyn006_original_300_391_pjpeg_2525693_05d6d7b90c7b586466614fd1ae5f413b.jpg

 

LE CHEVALIER NOIR

feuilleton par Christian VAN MOER

 

Au temps des heaumes et des hauberts,

il était une fois la forêt du Mauroi…

 

 

épisode 9 : L’Elixir de Vie

 

         Le Chevalier Noir exhibe triomphalement le septième trophée.

 

         – Tenez, sorcière. Vos exigences étant toutes satisfaites, remettez-moi l’antidote définitif.

         – Satisfaites ? Vous vous moquez, Baron ! Certes, j’ai les sept amulettes, mais il me manque deux têtes ! Vous avez laissé Myrrha et Garin en vie !

         – Ma tâche consistait à vous apporter les amulettes, non les têtes !

          – Eh bien ! il me les faut. Vous n’obtiendrez l’élixir qu’à ce prix. Il vous reste moins de deux jours pour me les apporter, Baron. En route donc, vous n’avez plus un seul instant à perdre ! Et ne tentez pas de m’agresser, vous ne pourriez m’atteindre.

 

         En effet, en avançant d’un pas vers la fée, Gilles constate avec rage qu’un mur invisible se dresse entre eux et met Sargasse hors de sa portée.

         Le désespoir l’envahit. Que faire ? Il a donné sa parole à Myrrha et sauvé Garin. Pour les trahir ensuite et les occire ? Non, sa nature franche et honnête se refuse à envisager pareille félonie.

         C’est alors que la demeure de Sargasse se met à crisser et à vibrer de toutes parts. Et au-dehors, la voix claire de la nymphe de la source se fait entendre.

 

         – Inutile de tenter de m’échapper, Sargasse. Mes chênes enserrent ta tanière pour la broyer. Le seul moyen de sauver ta peau est de livrer le précieux élixir de vie au Chevalier Noir comme tu t’y es engagée. Et prends garde : le véritable antidote, n’est-ce pas ? Tu n’ignores pas que mes arbres décèlent tout mensonge, toute fourberie, sans jamais faillir. Allez, remets-lui le flacon qu’il attend !

 

         Sargasse sait que Myrrha ne plaisante pas, qu’elle doit s’exécuter pour échapper au châtiment.

 

         –  Prenez-la et sortez aussitôt, beau paladin. N’ayez crainte, c’est le bon élixir. Courez sauver votre fille. Moi, je reste encore un peu pour empêcher Sargasse de vous poursuivre et de vous jouer un ultime mauvais tour.

         – Grand merci, Dame Myrrha. J’embrasserai Sarah pour vous.

         – Eh bien,  Myrrha ! s’écrie la fée après quelques minutes de silence et cachant mal son dépit : il doit déjà être loin maintenant, ton beau paladin. Tiens donc parole. J’ai livré l’antidote, éloigne tes arbres !

         – Tenir ma parole ? Avec toi, l’âme la plus perverse, la plus fourbe du Mauroi ? Tu rêves, Sargasse ! Le moment est venu pour toi de payer le prix de tous tes maléfices. Tu vas périr broyée dans tes murs, Sargasse ! Adieu !

 

         Au-dessus de la forêt du Mauroi, le ciel s’éclaircit et à quelques lieues de là, au manoir de Valembourg, la joie est revenue.

 

Fin

 

[ ©  Christian Van Moer  & Chloé des Lys ]

 

http://www.bandbsa.be/contes3/glaneserrancesr.jpg


Publié dans Feuilleton

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 01/05/2014 22:36

Je viens de lire la fin, heureuse que Sargasse soit broyée ...
Une fin heureuse !!!

Edmée De Xhavée 28/04/2014 16:17

Eh bien! Il a même l'âme noble d'un chevalier... et tout est bien qui finit bien... enfin... pour "les bons"!

Christian 28/04/2014 12:05

Merci à toutes et à tous pour vos commentaires.

Micheline 27/04/2014 09:17

Un feuilleton plein d'actions et fort bien écrit. D'excellents moments de lecture. Un tout grand bravo Christian !

Carine-Laure Desguin 27/04/2014 07:40

Merci Christian Van Moer pour ce très bon moment de lecture!

Victor Lebuis 27/04/2014 07:16

*****la Chanson de Christian*****, poème épique du XXIè s.

christine Brunet 27/04/2014 07:03

Merci pour ce conte, Christian ! 9 jours à attendre la suite aux côté de Sargasse et du chevalier noir !

Jean-Louis Gillessen 27/04/2014 02:31

Ah, la fin est heureuse et encore plus que prévu, mais oh, c'est la fin ... Snif.
Allez, un épisode 10 : la belle nymphe Myrrha vient assister de loin au réveil de Sarah. Sarah en ouvrant les yeux dans les bras de son père aperçoit Myrrha, s'enquiert de savoir qui est cette jolie Dame, Gilles explique toute l'histoire à sa fille, et Sarah propose alors à son père d'inviter Myrrha à partager avec eux le repas familial du soir. Et puis arrive ce qui doit arriver : ils furent heureux et donnèrent la vie à des jumeaux plus beaux parmi les plus beaux de la forêt de Mauroi, une petite soeur et un petit frère pour Sarah. Meuuuuh non, Jean-Louis, arrête ton romantisme à la noix!
En tout cas, Christian, ce feuilleton, nous a tous emplis de bonheur à la découverte de ce monde du conte écrit à ta manière bien particulière, riche de phrases et de mots merveilleux, de suspense et de rebondissements. Merci et bravo. A bientôt ...