Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

La folle du logis, une nouvelle extraite de "Elles", le nouveau recueil d'Alain Magerotte

4 Février 2014 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Nouvelle

elles.jpg

LA  FOLLE  DU  LOGIS

 

« Vous l’entendez ? » questionne ex-abrupto Norman Blöckner, l’index pointé vers le haut. « Elle se met en branle à l’instant précis où je vous parle, poursuit-il aussitôt.

- De qui parlez-vous ? demande l’autre, intrigué par l’étrange lueur de son regard. 

- De la folle du logis !

- La folle du logis ?

- Oui, elle met la pression si forte que mon esprit est en ébullition… »

L’autre prête attention mais n’entend rien. Le silence remplit la maison d’un froid glacial. D’ailleurs, tout dans cette vaste demeure sans style est glacial. Il y a trop de pièces. Certaines ne sont sans doute jamais visitées. Elles ne servent qu’à donner une vision imposante de la maison. L’homme qui y vit, le dénommé Norman Blöckner, se limite, semble-t-il, à la cuisine et au salon. Dans ce dernier, il a installé un canapé-lit, preuve qu’il réduit au minimum ses déplacements dans la bâtisse.    

« Je pensais que vous viviez seul, se hasarde l’autre.

- Erreur ! Comment pourrais-je en sortir, sinon ?... Elle m’accapare beaucoup…

- Même la nuit ? fait l’autre, hébété.

- Je m’octroie des plages de repos… au fait, pourquoi cette question puisque vous niez son existence ?

- Je ne nie rien du tout ! 

- Oh que si, puisque vous pensez que je vis seul… désirez-vous boire quelque chose ?... Un petit verre d’alcool ?

- Non, sans façon. Je préfère garder les idées claires...

- Il n’entre pas dans mes intentions de vous saouler, Monsieur… Monsieur ? 

- Malcik… j’habite trois maisons plus loin…

- Je me permets d’insister Monsieur Malcik «qui habite trois maisons plus loin»… 

- Alors, juste un fond de verre… »

Blöckner se lève pour se diriger vers une armoire aux vitres bleutées. Il en extrait un flacon sans étiquette. D’une pression du pouce, il fait sauter le bouchon qui roule sur la table en décrivant un arc de cercle, avant de s’immobiliser. Il remplit les verres puis s’assied.

« Vous me direz des nouvelles de cet alcool de prunes. A votre santé ! » fait Blöckner, l’œil malicieux.

« Monsieur Blöckner, ce n’est pas votre… convivialité qui me fera oublier le but de ma visite...

- Elle est là, dit soudain Blöckner, l’air mystérieux.

- Où cela ?... Présentez-la moi… je ne vois que nous dans cette pièce… »

Blöckner regarde Malcik, amusé.

« Vous êtes trop drôle ! fait-il alors, avant d’éclater de rire.

- Même si je vous réclame les 100 euros prêtés il y a un mois ?...

- Soit, j’accepte, dit Blöckner.

- Vous pouvez régler cette dette selon votre convenance…

- J’accepte… de vous mettre en présence de la folle du logis, précise Blöckner.

- On s’égare à nouveau, s’énerve l’autre.

- Monsieur Malcik, je ne voudrais pas être en mauvais termes avec un voisin, même s’il habite trois maisons plus loin !

- D’accord. Mais quand j’aurai rencontré votre… folle… j’aimerais que vous me remboursiez… »

Blöckner se ressert de l’alcool de prunes. Il vide son verre d’un coup sec puis le garde entre ses mains comme pour l’imprégner de sa chaleur.

« Elle… elle se trouve dans une pièce du haut ? interroge Malcik, désirant se débarrasser au plus vite de cette corvée.    

« C’est cela, dans une pièce du haut, reprend Blöckner, songeur... suivez-moi ! » Il dépose le verre sur la table et se lève aussitôt.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Ils se retrouvent dans le hall d’entrée où commence un escalier dont les dernières marches se perdent dans une obscurité inquiétante. Blöckner entame la montée, Malcik à ses basques.

Ils gravissent les marches dans un silence mortel. Malcik gamberge à fond. Que va-t-il trouver dans cette pièce ? Une cinglée qui va se jeter sur lui ?... Ou alors, Blöckner a pris soin de l’attacher… qui est cette folle ? Existe-t-elle vraiment ? Lui revient en mémoire un film dans lequel un psychopathe vit seul avec sa mère. En fait, il l’a tuée mais l’individu fait comme si elle était toujours en vie… en se substituant parfois à elle… un dédoublement de la personnalité…

«Une fois au haut de l’escalier, il va me planter un couteau dans le coeur… calmons-nous… si Blöckner veut me tuer, il ne va pas le faire dans l’obscurité; il risquerait de rater son coup» se rassure Malcik.

Ils atteignent un étage. Encore quelques mètres puis, Blöckner s’arrête.

« C’est ici » fait-il laconiquement.

Une porte s’ouvre en grinçant sur ses gonds.

Malcik se retrouve dans une pièce plongée dans le noir.

« Blöckner, allumez la lumière, je n’y vois rien… »

Aucune réponse. Au bout d’un moment qui semble durer une éternité, Malcik, cloué par la peur, perçoit des bruits de pas.

« Qui est là ? » crie-t-il, la voix tremblante.   

Quelqu’un vient vers lui; une femme au teint et aux cheveux gris portant une robe de couleur… grise. Elle tient un fanal qui fait découvrir à Malcik un lieu rempli de livres empilés formant d’imposantes colonnes. Il y a aussi des monceaux de lettres, manuscrites ou rédigées suivant un traitement de textes.

«La folle du logis !» pense aussitôt Malcik.     

L’inconnue s’arrête, dépose le fanal et se présente :

« Je suis l’imagination fertile de Norman Blöckner… la gardienne de tout ça » fait-elle en écartant les bras comme si elle voulait englober le contenu de la pièce entre ceux-ci.

- Euh… bien… mais… euh, que signifie «tout ça» ? 

- Le centre nerveux de l’imagination fertile de Blöckner. La source de son univers créatif.

- Ah… l’homme pousse un sifflement admiratif. Et vous… vous êtes, je suppose…

- La folle du logis…

- Qu’allez-vous me faire ?

- Rien. Je n’ai pas reçu d’instructions précises vous concernant.  

- Dans ce cas, laissez-moi partir…

- Je ne vous retiens pas.

- Minute papillon, je dois récupérer mes 100 euros !

- On ne peut obtenir à la fois la liberté et l’argent !

- N’essayez pas de m’embrouiller, je veux mon fric, c’est tout.

- Faudrait savoir, il y a un instant, vous ne pensiez qu’à partir.

- Ecoutez, si vous voulez me rendre dingue, vous perdez votre temps !

- Il n’est point question de vous faire perdre la raison mais plutôt de vous la rendre…

- Inutile de me rendre ce que je n’ai pas perdu !

- Et les 100 euros ?

- Quoi, les 100 euros ?

- Vous les avez perdus ?

- Euh… non…

- Dans ce cas, si je vous suis bien, il ne faut pas vous les rendre !

- Je les ai prêtés, c’est différent !

- Perdre et prêter sont deux actions distinctes. Si l’on considère que celui qui perd de l’argent ne peut le prêter, par contre celui qui prête de l’argent peut le perdre…

- Tout ce que je demande, c’est mon pognon ! Après, je me tire…

- Je n’en vois pas l’intérêt et ici, je ne fais point allusion à un prêt. Certains prêts sont faits avec intérêts, mais, cela porte sur des sommes importantes. Je ne vois pas l’intérêt de le faire sur une somme ridicule comme 100 euros. Où serait dès lors l’intérêt de celui à qui nécessite un si petit prêt ?

- Vous me fatiguez…

- Il n’entre pas dans mon intention, forcément dans mon intérêt, de vous fatiguer puisque vous désirez partir. Et, on ne peut laisser partir un homme fatigué…

- Assez ! Je répète que vous n’arriverez pas à me rendre cinglé !

- Vous avez une fâcheuse tendance à consentir des prêts, comme celui de me prêter une intention que je n’ai pas !

- Silence !... Appelez Blöckner, qu’il me sorte d’ici…

- Tant que vous le harcèlerez, Blöckner ne pourra vous chasser de ses pensées. Nous sommes complémentaires. Elles retiennent les données; moi, je les manipule. Voulez-vous que je les appelle pour faire plus ample connaissance ? Maintenant que nous avons sympathisé…

- Tout ce que je veux, c’est que Blöckner vienne me chercher !

- Impossible et cela pour la raison invoquée. Je pense qu’il serait plus sage que vous quittiez ces lieux pour ne plus y revenir.

- Et comment donc ! Je ne resterai pas une minute de plus dans cette maison de fous !

- Enfin ! Vous ne pouvez imaginer combien votre entêtement m’a fait travailler. Les pensées et moi risquions, par votre acharnement, de provoquer un chambardement dans la pauvre tête de Norman Blöckner. La folie guettait. Dès lors, imaginez le danger que vous encouriez. Un homme devenu fou est capable du pire, c’est-à-dire de tuer et vous, Monsieur Malcik, étiez la victime désignée. Par votre décision de partir, le calme est revenu… merci et adieu, Monsieur Malcik… »   

La folle du logis disparaît d’un coup.  

Malcik reprend ses esprits aussitôt. Une porte s’ouvre en grinçant sur ses gonds. La lumière apparaît. Malcik se dirige vers elle. Il dévale ensuite une volée d’escaliers et manque de trébucher. Arrivé en bas, il se met à courir sans se retourner.

 

Norman Blöckner se regarde dans un miroir. Il a les traits fatigués. 

«Quand je lui ai ouvert la porte, cet idiot a failli se casser la figure dans l’escalier. Quelle panique ! J’imagine que passer des heures dans une totale obscurité perturbe, mais à ce point… sûr qu’il ne viendra plus m’enquiquiner…»

Exact. Cependant, Norman Blöckner ne saura jamais combien sa fable de «la folle du logis»  a fonctionné au-delà de toute espérance.

Enfermé dans le noir absolu, Malcik n’avait pas d’autre solution pour en sortir que celle de faire travailler dur son imagination. Celle-ci, en surrégime, a créé un entretien fictif avec «la folle du logis» ! Entretien qui devait le convaincre d’annuler la dette de 100 euros s’il voulait retrouver la liberté…

Norman Blöckner se fige soudain. Il perçoit un bruit en provenance de l’étage. Il gagne le hall d’entrée.

 

« Il y a quelqu’un ? » crie-t-il. Pas de réponse. « Il y a quelqu’un ? » demande-t-il à nouveau en entamant les premières marches d’un escalier dont les dernières se perdent dans une obscurité inquiétante…

 

 

ALAIN MAGEROTTE

Nouvelle extraite de "ELLES" recueil pari en mai 2013

Alain

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

magerotte 05/02/2014 07:50


Merci Silvana !

Jean-Louis Gillessen 04/02/2014 20:55


Merci Christine ... J'avais compris, c'était pour Micheline - MDR - !!!!

silvana 04/02/2014 17:27


du Magerotte comme on l'aime 

christine 04/02/2014 16:35


Jean-Louis, je viens de répondre sur le post du 1er février... 

magerotte 04/02/2014 16:27


Et bien, merci Christine !

Jean-Louis Gillessen 04/02/2014 16:23


De rien, Alain. C'est un plaisir de te lire.


AUTRE : quelqu'une ou quelqu'un (Christine?) pourrait répondre à la question concernant les haïkus posée par Micheline en date du 1 février? Cela nous intéresse et concerne toutes et tous. Merci.

christine 04/02/2014 16:11


C'est toujours un plaisir de lire du Magerotte ! C'est vivant, ça bouge, le plus souvent c'est grinçant juste ce qu'il faut... Bravo !

magerotte 04/02/2014 16:06


Merci Jean-Louis !

Jean-Louis Gillessen 04/02/2014 16:01


Outre tout ce qui a été écrit et relevé d'élogieux, je souligne la qualité et le sens du dialogue ... cette nouvelle pourrait être transposée au théâtre (au cinéma aussi bien sûr). Bravo, Alain.

magerotte 04/02/2014 10:34


Et bien, que dire si ce n'est merci Carine-Laure, merci Edmée et merci Micheline !

Micheline Boland 04/02/2014 08:45


Quelle ambiance ! Un super bon moment de lecture !

Edmée De Xhavée 04/02/2014 07:44


J'ai d'abord cru qu'on allait découvrir la maman de Norman Bates, allongée sur le lit dans sa robe à fleurs... mais non, quelle pirouette!


 


Du bon Magerotte comme toujours...

Carine-Laure Desguin 04/02/2014 07:38


Des personnages bien trempés et une bonne histoire. Du tout bon Magerotte. Je zoome encore une fois sur le caractère des personnages et je me dis que, que...non, je ne dis rien