Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

L'auteur ? Jean-Michel Bernos !

2 Mai 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #auteur mystère

 

1e Couverture MML

 

256ème étage

 

 

J’avais rendez-vous avec le directeur technique, nous devions consulter les plans du gratte-ciel pour analyser la façon de réparer le système de nettoyage automatique des vitres extérieures.

 

Comme d’habitude, j’arrivai en avance. Je flânai donc un moment devant les sales et grandes baies vitrées du cinquantième étage. C’est là que se trouve le snack où je sirotai finalement un jus de pomme et avalai un beignet gorgé de sucre.

Attendant la fin de la cohue engendrée par les gens coincés par les pannes d’ascenseur, je réussis finalement à en attraper un qui montait et entrepris de rejoindre le 256ème étage, lieu de mon entrevue.

 

L’ascension interminable malgré la rapidité relative de cette cage mécanique me porta tout de même à bon port et j’entrai dans la salle de réunion.

Avec l’orage au loin et les noirs nuages jouant à cache-cache avec le bâtiment, la lumière était étrange et inquiétante. Un grand silence planait dans ce lieu si haut, si éloigné des grappes laborieuses : le dernier plateau de l’immeuble avant le toit bardé d’antennes avides d’accrocher le ciel.

 

Paul Thompson aurait du être là depuis déjà un moment. En regardant nonchalamment à travers les grands carreaux, je le vis arriver du pas décidé d’un cadre dynamique décidemment en retard. Je ne pouvais pas me tromper, car bien qu’il ressembla à une fourmi, il portait ce costume très rouge qui lui donnait toujours l’air d’un diable !

 

J’essayai bien sûr de le héler, mais ni la grande hauteur du building, ni les vitres insonorisées ne me laissèrent la moindre chance. Alors en l’attendant, je décidai de compter les étages et fis une découverte somme-toute déconcertante : Le gratte-ciel ne comportait que 255 étages ! J’essayai bien de me rassurer en imaginant que l’un d’entre-eux s’était immiscé dans un demi-palier ou que l’architecte s’était tout bonnement fourvoyé, mais je ne pus empêcher mon esprit de vagabonder dans des supputations acrobatiques. Il me fallait l’attendre, nous ferions alors la lumière sur cette étrangeté.

 

J’imaginai le rire de mon diable de Thompson me disant « Harvey Poulman, vous avez encore bu votre jus de pomme de travers ! », mais quand je choisis de sortir pour l’attendre sur le palier, je ne pus trouver trace d’ascenseur, ni même d’escalier !

 

Étais-je bloqué dans une quatrième dimension, où jamais mon Paul Thompson ne pourrait me rejoindre ?

 

« Là, un téléphone, la ligne grésille, ça marche » me dis-je en faisant lamentablement valser le combiné. Le concierge ahuri me répondit que Paul Thompson était à Philadelphie et qu’il était impossible que j’ai rendez-vous avec lui… surtout au 256ème étage d’un immeuble qui n’en comptait que 255 !

 

Je suis vraiment inquiet, aidez-moi s’il vous plait à sortir d’ici !

 

Jean-Michel Bernos

jeanmichelbernos.over-blog.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alain Delestienne 03/05/2013 12:47


Félicitations, Jean-Michel! Tu nous as bien eus en commentant ton propre texte. J'étais tout à fait à côté de la plaque.

Micheline Boland 03/05/2013 08:06


Quelle surprise !

Bob 03/05/2013 07:42


Là, je tombe des nues... il est vrai que je ne l'ai pas encore lu...

Carine-Laure Desguin 03/05/2013 05:00


Mais oui! Suis-je bêta!