L'artiste, un poème de Jean-Michel Bernos

Publié le par christine brunet /aloys

JMB Recentree

L’artiste

 

 

Le musicien transi s‘est assis sur ce banc,

Lampadaire blafard, dans la nuit sombre et triste.

Un soufflet de fa dièse s’évapore et s’étire,

Tandis que les orchestres amenés par le vent,

Reprennent en harmonie les refrains de l’artiste,

Gâtant la ville lasse d’un éclat de saphir.

 

Son illumination semble l’abandonner.

Il a perdu le rêve qui le portait souvent.

C’était sans bien compter sur le beau souvenir,

Celui des feuilles rouges, tombées après l’été,

Qui charriaient ainsi, ses notes heureusement,

N’oubliant rien de lui, négligeant de mentir.

 

Il doute du talent qu’un jour on lui remit,

Espère en l’intuition, aspire à céder l’œuvre.

S’applique à rendre unique un ouvrage gracieux.

Bien des oiseaux sans voix, on trouvé un ami.

Comme les chœurs ravis, ils vont à la manœuvre

Voici en même temps les chants venus des cieux.

 

D’un vol ou bien d’un dard, le jour entraîne l’onde,

Porte le son joyeux d’une comptine oubliée.

L’artiste s’éveille alors, et au matin sourit,

Ne sachant rien du bien que lui porte le monde.

Il réalise l’heure de ce bonheur loué.

Il retourne à la vie, découvrant son mépris.

 

 

Jean-Michel Bernos

1e Couverture MML-copie-1

 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pâques 30/09/2012 20:07


" le désespoir s'est assis sur un banc".


Mais une comptine oubliée redessine le monde pour l'artiste...


Bravo !


Un poème émouvant.

carine-Laure Desguin 29/09/2012 05:19


Le doute de l'artiste; tous les artistes vivent ces minutes triviales. " Même un oiseau sans voix trouve un ami", je retiens ces mots.