Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

L'ange gardien, Marie-Claire Georges, avis de blogs http://rambalh.blogspot.fr/ et http://www.book-and-cook.blogspot.fr/

24 Avril 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #l'invité d'Aloys

 

http://www.bandbsa.be/contes2/angegardienrecto.jpg
L'ange gardien est un recueil offrant 25 histoires toutes différentes, abordant des thèmes, des personnages et des époques variées. Que ce soit par l'humour, par l'émotion ou par la dureté de la vie, Marie-Claire George fait passer des messages à travers des histoires du quotidien ou encore à travers des histoires que l'on pensait connaître mais que l'on redécouvre sous sa plume. Chaque nouvelle est intéressante, chacune d'elles est unique en son genre et mérite qu'on s'y attarde.

L'écriture de Marie-Claire George est surprenante : on croit saisir sa façon d'écrire une fois une nouvelle terminée mais en fait, elle nous surprend dès la suivante en changeant de point de vue, d'usage des temps, de vocabulaire, de rythmique... Elle est telle un caméléon de la plume qui s'adapte à sa propre imagination, qui réussit à vivre pleinement ses histoires en choisissant le mot juste, la phrase qui fait qu'on plonge dans le cœur d'un personnage, le style qui nous aide à mieux nous immerger dans l'univers.

On aborde la vie quotidienne de personnes comme nous, ou presque. La nouvelle qui a donné son nom au recueil,L'ange gardien, aborde par exemple l'histoire d'Arthur, un ange, qui cherche un nouveau protégé... Il va alors jusqu'en Amérique Latine et trouve un jeune Arturo à prendre sous son aile... Seulement, Arturo est peut-être déjà l'ange gardien de toute sa famille depuis que ses parents ne sont plus là. À travers L'or de Xoliswa, c'est le combat d'une femme, une femme qui, fille d'ouvriers, a su gravir la vie en la défiant et qui s'impose désormais à la tête de l'équipe dans laquelle ses ancêtres ont travaillé.

On touche aussi du doigt le destin extraordinaire qui peut se cacher derrière le sourire courtois d'une personne. C'est l'une de mes nouvelles préférées du recueil d'ailleurs, Le sourire d'Emilie, dans laquelle une vieille dame seule se retrouve hospitalisée. C'est sa jeune voisine qui se charge alors de lui rapporter de son appartement les vêtements nécessaires... Seulement, elle ne s'attend pas à trouver tant de choses surprenantes dans l'appartement de la vieille dame : mais qui était donc l'extraordinaire Emilie Beauprès ? C'est la vieille femme elle-même qui va lui conter son histoire, une histoire qui même pour notre époque, détonne, fait rêver.

Une nouvelle m'a touchée, il y en a toujours une dans le lot qui tente de me tirer quelques larmes... C'est Il est tard et je m'en vais... On assiste aux heures qui suivent la mort d'un vieil homme : il ne regrette pas d'être mort, il regrette simplement la presque froideur avec laquelle ses filles règlent les détails. Il les regarde, aimerait bien leur donner quelques conseils avant de partir... Seulement, lorsque l'une de ses filles parle de mettre Spirou, le vieux compagnon de leur père, à la SPA parce qu'il est désormais un "poids encombrant", le vieil homme mort sent presque son corps frémir... L'issue est touchante, je dois avouer que c'est une nouvelle que j'ai relue une fois le recueil terminé, juste pour pouvoir laisser mes émotions s'exprimer alors que ma première lecture avait été faite dans les transports en commun. Marie-Claire George manie aussi bien l'humour que l'émotion sans doutes possibles.

D'autres nouvelles m'ont réellement arraché plusieurs grands sourires comme Ronchon, chat d'exception avec une chute drôle et inattendue. C'est l'innocence de la chute qui est touchante : on sent réellement les paroles et le regard neuf des enfants. La fin du recueil est teintée de nouvelles plus engagées, plus orientées vers la différence et la tolérance : encore une preuve de la merveilleuse polyvalence de l'auteur. Mémoires est touchante : elle permet de rendre la vie à un être dont la puissance a été bafouée.

Enfin, un point extrêmement plaisant du recueil, les nouvelles historiques... Elles reprennent un point d'histoire à partir d'un point de vue inédit, un point de vue qui, pour une fois, change le héros de place, le méchant aussi. Marie-Claire George nous invite là à voir plus loin que les préjugés, elle nous invite à creuser sous la surface pour obtenir la vérité, pour comprendre. Ainsi, elle permet à Caïn, le premier fils, de ne plus être l'homme égoïste, violent et mauvais que la bible dévoile. Il est à travers sa plume un homme travaillant dur qui, sur un coup de sang, n'a pu retenir un geste violent face à un frère oisif et sans cervelle. Louis XVI est aussi revisité : avant d'aller vers la mort, on pénètre ses pensées pour comprendre à quel point l'homme n'était pas mauvais, à quel point il a voulu bien faire, à quel point ses tentatives de compréhension ont été interprétées comme du désintérêt...

Ce recueil est réellement bon. Je ne regrette absolument pas cette lecture et remercie encore une fois la maison d'édition Chloé des Lys ainsi que Marie-Claire George pour cette lecture teintée de bonheur, de rires, de larmes, de voyage... Je me vois bien comme Emilie Beauprès, partir à l'aventure, vivre de belles rencontres, des tas de passions ! Je me vois comme Xoliswa gravir des montagnes pour atteindre mes buts, pour me faire une place... Je me vois bien fusiller du regard les voisins de mademoiselle Crédence, donner une leçon de vie aux filles du maître de Spirou... Ou encore observer les arbres du jardin de mes parents durant des heures en pensant à ce vieux chêne qui a désormais retrouvé son ami le coucou... Merci de m'avoir donné tant d'envies à travers quelques histoires qui pourraient sembler banales mais qui sont tout le contraire !
====================================================
L'ange gardien regroupe 25 nouvelles toutes plus différentes les unes des autres. Certaines sont très courtes, d'autres plutôt longues. Certaines sont belles et joyeuses, d'autres sont incroyablement tristes. C'est un assemblage d'émotions fortes, de douceur, d'infinie beauté.

L'écriture est simple, belle, sans superflu. Elle ne manque de rien, elle se suffit à elle-même et nous embarque dans un autre monde. Elle nous faire sourire, soupirer de bonheur, ou monter les larmes aux yeux. Aucune nouvelle ne se ressemble, j'ai eu quand même quelques préférences mais peu de mauvaises surprises. D'ordinaire, je n'apprécie pas (ou plutôt je ne sais pas apprécier) les nouvelles, ces quelques pages d'histoires inachevées qui ne mènent à rien. Mais là, quel agréable moment ! Je ne pouvais plus m'arrêter. Je l'ai englouti d'une lampée, profitant d'une bonne matinée de week-end prolongé. Les personnages, même si nous ne vivons que quelques minutes à leur côté, nous touchent profondément. Ils sont humains, ils sont vrais, palpables, simples. Je pense particulièrement à Emilie Beaupré, la petite vieille si discrète et remplie d'expériences hors du commun, le mystérieux américain qui réveille Esmeralda dans la nuit avec son coup de téléphone, Sandra, qui ne vient pas fêter l'anniversaire de son amoureux, le gros chêne dont l'histoire finit bien, et bien d'autres encore.

J'ai beaucoup beaucoup aimé toutes les personnifications. Ces choses devenues vivantes et pensantes ! J'ai adoré suivre les pensées d'un vieux chêne, d'un chat qui cherche à échapper à une bande de gamins pour dormir tranquille, d'un stylo, d'une aiguille et d'un sécateur qui se chamaillent pour savoir lequel est le favori de leur maîtresse. Le ton est léger, pétillant.

Nous pouvons sentir la diversité des sources d'inspiration de l'écrivaine. Certaines nouvelles semblent ordinaires, d'autres sont bibliques ou historiques. Il y en a vraiment pour tous les goûts. C'est assez étrange comme recueil, en tous cas pour une inhabituée comme moi, il n'y a aucun fil directeur, si ce n'est la douceur des mots. Je ne me suis pas ennuyée, mais je n'ai pas saisi tout le sens profond de quelques nouvelles telles que "Une femme qui me regarde" avec cet homme qui fuit sa famille pendant trente ans pour chercher à vivre à travers le regard de femmes en peinture, à travers le monde. Trop étrange. Ou encore dans "L'or de Xoliswa", que j'ai trouvée bien trop courte et peu intéressante à mon goût par rapport au reste.

Mais qu'est-ce que j'ai aimé "L'ange gardien", "Le sourire d'Emilie", "Aniadoué, la Fille de la Lune", "Graffiti", "Richard, entre ombre et lumière", "Comme s'il était trop tard", "Matin félin", "Il est tard et je m'en vais", "Au jardin", "La piscine", "Comme une petite fleur qui vibre", "Lettre à mon ange"... Ce qui en fait un bon petit paquet ! Un bon paquet de plaisir, une bourrasque de vie. Des situations drôles ou tragiques, qui sonnent vraies et sont loin de nous laisser indifférents. À lire à tout prix.

Une expérience forte qui adoucit mes idées sur la nouvelle et me donne envie d'en lire plus souvent.
Merci aux éditions, à l'auteur et au forum !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Philippe D 24/04/2013 07:47


Lu et beaucoup aimé aussi.


Bonne journée à tous. 

Carine-Laure Desguin 24/04/2013 07:21


Un livre que j'ai lu et apprécié aussi, de belles histoires soulignées par une écriture de grande qualité.