Journal de bord...

Publié le par aloys.over-blog.com

H.draye

journal de bord, samedi 8 janvier 2011

 

Un rideau rose (ou mauve), transparent, nouveau, ouvre ses portes. Une route pavée, qui se prolonge, au loin, sans grosse flaque d'eau apparente, s'y rallie.

Et le PC est lent ... à faire démarrer, ce matin.

A vol d'oiseau, derrière les champs, derrière les sentiers, la France somnole.

Trois buches sommeillent sur les carr'lages.

Et le PC est lent. La "base virale" a pourtant été mise à jour.

A vol d'oiseau, un bistro (devant lequel les courses cyclistes ont lieu en été) a pris feu. Depuis quelques mois, déjà. Du rouge et du bleu (dans des espèces de sachets en plastique élargis) recouvrent encore le toit.

Tiens ! Une lampe de mineur (miniature) accrochée sur un fil.

Tiens ! Des femmes chauffeurs de poids lourds coupent leurs cheveux pour ne pas être la cible des "mâles" qui pratiquent le même boulot qu'elles. Des aires d'autoroute en sont témoins.

Tiens ! Un sapin qui danse ... sous la folie du vent.

Tiens ! Dans un appart', à Ganshoren (ou Wahington), résidence Mozart, là où le bus passe tous les matins (ou toutes les sept minutes), un homme ne supporte pas son voisin, qui ne remarque pas sa femme (à l'arrêt de bus) et dont les beuv'ries, le sam'di, sont loin d'être reluisantes.

Tiens ! La nuit dernière, je voyageais dans une fusée. Trois secondes plus tard, un compère astronaute, qui s'était laissé pousser le collier de barbe, me croisait, rue du Grand Central, Charleroi, et me ... tirait la gueule.

Tiens ! La nuit dernière, j'ai croisé une petite fille, en train d'engueuler, en compagnie d'un de ses p'tits frères, son autre petit frère ... qui pleurait à gros bouillons et qui (apparemment) le f'sait exprès.

Tiens ! Dans un appart' moderne, intérieur américain, je marchais à vide, j'avais peur de la réaction de mes proches et j'avais peur de recommencer la s'maine (lundi approche déjà).

Tiens ! A Dour, ville de Belgique, où un festival célèbre a lieu en été, les rues se perdent ... malgré l'échafaudage vert (à peine flagrant) au dessus de l'église.

 

****************************************

 

Pluie d'un jour, pluie d'amour.
 
Temps plus doux que la veille, quand même. Ma factrice me l'a confirmé.
 
J'ai ... mon youkoulélé, chez moi. Je me l'étais promis. Le moins cher était à ... soixante euros (selon le vendeur, il était déjà de qualité). Allez, je pouvais aller jusque ... 200 euros, et j'ai pris celui à 165. Bien.
 
Paraît que le fonctionnement, la disposition des doigts, est celui (ou celle) de la guitare. La seule différence, c'est que, sur le youkoulélé, y a que quatre cordes (contre six à la guitare). Simple question d'habitude. On a juste retiré les deux cordes graves de la guitare. Bon : quand on a déjà les mécanismes de départ, je suppose que ça aide.
 
Grâce au vendeur de guitares ...
 
J'ai obtenu une autre adresse : rue d'Artois, pas loin du boul'vard du Midi et de la Place Annesseens.
 
Là, y a un spécialiste en ... accordéon. Ca me tente, aussi.
 
Arrivé sur place (après avoir quand même cherché) ...
 
On m'a dit que l'accordéon diatonique le moins cher se chiffrait à ... un peu plus de six cents euros. Evidemment. Bien sûr, on peut payer par parties mensuelles. Déjà ça. Mais ... tant qu'on n'est pas arrivé à l'échéance finale, on ne peut pas emporter l'instrument.
 
Et pendant ce temps, rue de la Gouttière ...
 
Geneviève étudiait probablement. Aux dernières nouvelles, elle a reçu mes voeux de Nouvel An et elle aurait aimé les dessins que j'avais inséré dans mon courrier.
 
Deux heures du matin.
 
Je n'arrive pas à trouver le sommeil.
 
 
à l'Imaige Notre Dame, estaminet bien connu, pas loin de la Grand'Place, on retapisse
 


 

Hugues Draye

huguesdraye.over-blog.com

      ********************************************************************************

 

Journal de bord 22 janvier 2011 


 

Comme j'ai initié cette rubrique, je vais vous y raconter une rencontre qui me fait encore sourire quelques heures après...


Nous avons une bibliothèque dans notre village ouverte quelques heures par semaine. Flambant neuve. Les bénévoles qui s'en occupent sont franchement sympas, très enthousiastes... peut-être un peu décontenancés lorsque j'arrive. Pourquoi, me demanderez-vous ? Disons que je fais office d'extraterrestre et à plus d'un titre, surtout depuis que le bruit court que je suis éditée.

 

Donc, aujourd'hui, je m'y rends pour leur donner quelques livres. Deux personnes en train de référencer les nouveautés dont un homme d'une cinquantaine d'année peut-être, que je n'ai jamais vu. Il est grand, mal rasé, élancé, la bouche un peu dédaigneuse.

 

Sa collègue me présente:

- Madame... euh...

 

Mon nom lui échappe sur le coup. Voilà qui augure bien. Du coup, je supplée à son trou de mémoire de bonne grâce. Elle reprend :

...Tu sais... Elle écrit... Tu as forcément entendu parlé d'elle !

- Euh oui, vaguement, je crois...


Tu parles qu'il connaît au moins mon nom ! Dans ce village, comme dans tous les villages de France et de Navarre, tout le monde sait tout avant même que ça se soit passé ! Il me toise, me déshabille quasiment du regard, puis grimace vaguement:

- Alors vous écrivez... Quoi ?


Peut-être s'attendait-il à ce que je lui parle poésie ou roman sentimental, quoique... Il doit savoir ça aussi...

Je réplique sans sourciller:

- Des polars.

- Des policiers ? Ah bon !


Il me dévisage à nouveau et poursuit:

... genre Agatha Christie ?

- Ah non... genre...

 

Je cherche une réponse qui, de toute façon, est évidente et je la lui livre avec un sourire:

... Genre moi... 

- Ah... Avec des meurtres ?

- Ben, un polar sans meurtre... C'est compliqué...

- Avec du sang ? complète-t-il alors que je le sens mal à l'aise.

- Oui... Des meurtres, du sang, enfin la totale...

- Ah... Alors pas mon genre... murmure-t-il en reprenant son petit air dédaigneux.

 

Sa collègue, pour désamorcer la tension qu'elle croit sentir soudain, fait dévier la conversation sur le monde de l'édition. Une lectrice entre pour ramener ses bouquins. Je m'esquive alors sur la promesse d'une nouvelle visite.

J'aimerais bien savoir ce que mon interlocuteur pense de moi, à présent...

Me voilà peut-être haussée au rang d'extra-terrestre sanguinaire, qui sait...

 

www.aloys.me


 

 

****************************** AVIS *********************************************

1282193-1681385 Jacques de Paoli présente son livre, Après Tout, ed. chloé des lys,  le 13/02 à Amay (Belgique) Chaussée Roosevelt 65, dans le cadre de la Saint Valentin (Heure à fixer) et le 19/03 à Evere à la Bibliothèque Romain Rolland, Square Hoedemaekers, 10, 1140 Bruxelles. (Dix heures trente à douze heures trente) et le 26/03  à 11 heures cabaret littéraire à Morlanwelz.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christine 26/01/2011 06:00



Pas aussi vivant que les tiens, Hugues... juste une avis très ponctuelle d'écrire un avatar de mon quotidien! Je ne sais pas si on m'y reprendra !



Hugues Draye 25/01/2011 22:54



j'ai lu aussi ton "journal de bord", Christine


 


pas mal du tout ... j'imagine bien le type dédaigneux ...



Edmée De Xhavée 25/01/2011 12:30



C'est vrai, il débanalise le quotidien, c'est une invitation à vivre le moment, à le décomposer ...



carine-LAure Desguin 25/01/2011 08:10



Bravo à Jacques De paoli pour son dynamisme !


Christine,...pas facile tous les jours, ces interactions humaines ...


Hugues, ce ragard sur le monde qui nous entoure ...on dirait que l'on observe tout au ralenti avec toi; j'aime ça car moi j'ai tendance à voir tout en accéléré; comme quoi ...



christine 25/01/2011 06:08



Toujours très imagés les instantanés de Hugues. De petits clins d'oeil à la vie quotidienne.


Jacques, bravo pour ton actualité ! Beau dynamisme !