Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Josy Malet-Praud a lu "Je ne suis personne" de Laurence L.

23 Septembre 2010 , Rédigé par aloys.over-blog.com Publié dans #Fiche de lecture

Visuel Auteur - PDNA

JE NE SUIS PERSONNE

Laurence L

Editions Chloé des Lys - 2007


On ne lit pas ce livre par hasard. La quatrième de couverture est explicite. Elle ne laisse place à aucun doute, aucune confusion des genres :

« Cette histoire d’inceste, j’ai eu besoin de l’écrire pour tous ceux qui ne comprennent pas, pour qu’on ne puisse plus fermer les yeux. Je deviens quelqu’un à mesure que je me confie à vous, et j’ose espérer que désormais, la marque brûlante de l’inceste se heurtera à votre vigilance ».


Le lecteur sait à quoi s’en tenir : Laurence L. ne lui propose pas un séjour dans « La petite maison dans la prairie »…Il a encore le choix de renoncer. Pour ma part et autant que possible, je choisis toujours de voir les choses en face, de regarder le monde dans les yeux, tel qu’il est, et de ne pas me contenter des seules représentations qui me conviendraient le mieux, celles qui rassurent. Un temps pour l’univers espéré, un temps pour l’univers dans ses réalités. Une façon d’être qui peut parfaitement ne pas être partagée.


Contrairement à mes habitudes, je reste en arrêt devant les touches de mon clavier… Commenter un roman deje-ne-suis-personne.jpg fiction, des nouvelles …c’est une chose. S’autoriser l’autopsie d’un tel récit en est une autre.  Aussi, pas –d’exercice de style- ici, pas d’analyse personnelle du fond et de la forme, rien de ce qui fait l’ordinaire d’une fiche de lecture.  Parce que cette histoire est celle d’une femme en chair et en os et que cette femme, c’est l’auteur.  Ce qu’elle a subi, vécu, ce qu’elle a décrit, écrit, ne peut être dit que par elle. Il n’y a pas de place pour la discussion, la négociation, la critique littéraire même constructive. Comme pour tous les drames de l’existence, tous ceux qui marquent la chair et l’esprit, qui pèsent si lourdement sur les épaules des victimes, seule l’intéressée est en mesure d’en parler. Qui se permettrait de juger ou de discuter des événements dramatiques qu’il n’a pas vécus ? Pas moi.


Laurence L livre son histoire, en révèle les tenants et les aboutissants,  démonte le phénomène, met à jour les rouages, les engrenages du système, confie ses sentiments et ses émotions, affirme ses convictions et sa détermination. Laurence L donne un grand coup de pied dans les portes bien verrouillées derrière lesquelles il ne faudrait surtout pas se cacher. Elle le fait pour elle, pour les siens, mais pas seulement. Elle le fait pour tous ceux qui acceptent de voir le monde autrement qu’à travers le petit bout de la lorgnette, et pour tous ceux aussi qui, directement ou indirectement, pourraient être, sont ou seront pris dans la toile d’araignée de l’intolérable, inacceptable, insupportable épidémie silencieuse qu’est l’inceste. Savoir, c’est aussi se donner une chance de comprendre. Comprendre, c’est pouvoir s’élever, s’opposer, …se réveiller  afin de pouvoir couper l’herbe sous les pieds du cauchemar. Plus largement, c’est donner une chance à -l’Autre- de n’être pas détruit…ou si c’est déjà fait, de pouvoir se remettre debout et parvenir à grandir, à construire…


L’empathie ne vous est pas étrangère ? Dignité, Humanité, Respect ne sont pas pour vous des concepts associés à des coquilles vides ? Suivez l’auteur, elle (L.) vous guidera sur le chemin de la compréhension, de la réflexion, sans tabou, sans vous laisser vous voiler la face, sans céder aux convenances. Elle vous dira ce qu’il faut que vous sachiez.


Un grand merci à cette auteur pour sa générosité, son courage, sa sincérité. J’espère que son livre sera lu, au-delà du petit cercle de ses amis et de ses proches. Comme elle le suggère elle-même, - Je ne suis personne- est en effet, j’en suis convaincue, d’utilité publique. Et c’est aussi l’œuvre de … - Quelqu’un


 

Josy Malet-Praud@juillet 2010 / www.lascavia.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

carine-Laure Desguin 23/09/2010 21:36



Ecrire l'histoire de sa vie demande du courage mais aussi témoigne d'une très grande mâturité intellectuelle ...



Philippe D 23/09/2010 19:19



Ecrire peut aussi être une thérapie et les témoignages peuvent aider certaines personnes. Savoir qu'on est pas seul dans le cas peut être important. Un témoignage peut donner envie de parler, de
s'ouvrir, de faire la même chose.


 



Edmée 23/09/2010 12:19



Josy a choisi de lire ici un ouvrage auquel j'avais pensé aussi, et puis je l'avais oublié dans ma pile mentale de livres à lire... Mais oui, c'est tentant. L'auteure me semblait aussi une
personne très positive, sans rancunes inutiles et dévastatrices, tournée vers l'avenir et cherchant à se secouer du passé pour mieux avancer.


 


Merci pour cette bien belle note de lecture!



LASCAVIA (Josy Malet-Praud) 23/09/2010 09:16



C'est l'ouvrage d'une jeune femme lumineuse, constructive, combattive et généreuse. En ce sens, elle est vraiment -quelqu'un-. Je ne pense pas qu'il faille craindre la lecture de ce livre. Oui,
l'auteur dit les choses, oui, elle aborde un sujet particulièrement pénible et souvent (trop souvent) -tabou-, mais elle le fait naturellement, raconte une histoire avec la pudeur qu'on
retrouve -presque- toujours dans l'écriture féminine.


Ses lignes ont un impact fort sur le lecteur, a fortiori sur la lectrice, au niveau de la sensibilité humaine, elles font vibrer les cordes de la solidarité entre femmes, rappellent
leur rôle majeur dans certaines circonstances impliquant l'enfance ; elles font vibrer les cordes de l'amour maternel, et celles tout bonnement de -l'humanité-. Un livre qui soulève de
profondes émotions et de la réflexion.



christine brunet 23/09/2010 07:56



Magnifique fiche de lecture sur un livre différent, une personnalité et un texte différents. Pas simple d'être confronté à l'indignité pour le lecteur... J'ai d'ailleurs du mal à écrire ce
commentaire.


En fait, ce livre, je vais le commander pour pouvoir affirmer que Laurence L. est quelqu'un de pas commun.