Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog Aloys

Jean Destrée nous propose le début de son nouveau roman, Faux Eloge de ?

16 Octobre 2013 , Rédigé par christine brunet /aloys Publié dans #Textes

 

 

http://www.bandbsa.be/contes3/destreejean.jpg

 

 

 

 

 

 

Faux éloge de ?

(Jean Destrée)

 

I

 

- Jean-Robert! Jean-Robert!

 

Une voix légèrement criarde s'élève du bas de l'escalier. Pas de réponse.

 Jean-Robert! Allons! Il est l'heure!

 

Toujours pas de réponse. La voix s'élève d'un ton, grimpe les marches, entre en coup de vent dans la chambre encore plongée dans la pénombre du jour naissant.

 

- Et alors! Fainéant! Il est l'heure! Tu vas être en retard à l'école!

 

Un grognement sort timidement de la couette.

 

- Hein! Déjà! Je viens seulement de m'endormir!

Une main ferme tire sur la couette, découvre le dormeur qui ouvre péniblement un œil, maugrée, s'étire avec un soupir.

- Maman! Quelle heure est-il?

- Six heures et demie.

- Je t'ai déjà dit de m'éveiller à sept heures.

- Et tu seras en retard comme d'habitude. Allez! Ouste! Sors de là!

 

La mère ouvre brutalement la tenture et sort en claquant la porte. La lumière entre dans la chambre. Jean-Robert, ébloui, ferme les yeux, se retourne et rabat la couette sur son visage. Puis il s'assied sur le lit, regarde autour de lui, sort un pied, puis le second, les pose lentement sur le sol et décide enfin de se mettre debout. Il bâille bruyamment.

 

- Tu n'es guère poli. Tu pourrais au moins mettre la main devant la bouche et faire moins de bruit.

 

On est pourtant bien, là-dedans, murmure-t-il en jetant un regard de regret vers ce lit encore chaud de son sommeil. Enfin, il faut bien accepter de quitter ce bien-être. Ah! On y est si bien. Pourquoi n'a-t-on jamais pensé à ériger une statue à l'inventeur du lit. Quel bienfaiteur de l'humanité, que cet inconnu, perdu sans doute dans l'évolution de l'homme. Il faudra que je demande à mon prof d'histoire. On devrait étudier avec soin l'évolution de ce merveilleux mode de vie qu'est le lit.

 

Perdu dans ses réflexions, Jean-Robert fait sa toilette, s'habille et descend.

- Il n'est que sept heures moins dix. Qu'est-ce que je vais ficher ici jusqu'à sept heures et demie.

- Tu n'as qu'à revoir tes leçons et vérifier si tu as bien toutes tes affaires pour tes cours.

- Ouais, mais avant, je vais manger.

- Ne va pas encore t'empiffrer de tartines. La digestion provoque l'endormissement.

- Oui mais on dit aussi "qui dort dîne". Donc pour faire des économies, il vaut mieux resté couché. Pas vrai?

- Tais-toi! Tu ne dis que des sottises. Tu es exaspérant avec tes réflexions. Je finirai par croire que tu es paresseux.

- Je ne sais pas. En tout cas, c'est toi qui m'a fait. Avec papa, bien sûr, car jusqu'à preuve du contraire les enfants ne se font pas tout seuls.

 

Voilà, chaque matin, c'est le même scénario. Jean-Robert se prélasse dans son lit tandis que sa mère, qui est une brave femme et une bonne ménagère, s'échine depuis des années à faire comprendre à son gamin que la fortune sourit à ceux qui se lèvent tôt.

 

- Ah oui! Si c'était vrai, ma mère serait milliardaire, rétorque-t-il avec un petit sourire ironique. Et papa aussi.

 

« Quel bonheur si vous aviez raison. Milliardaire! A ce compte-là, j'accepterais volontiers de me lever de temps en temps à minuit. Peut-être que cela vaudrait un milliard de plus. Non? De toutes manières, je ne crois pas aux proverbes. Pas plus que je ne crois en un être supérieur qui aurait, dit-on créé l'homme à son image et l'aurait - horreur!! - forcé à travailler pour gagner son pain. Les légendes ont toujours bonne presse. Les mauvais conseils aussi. Les gens qui les donnent sont-ils plus courageux que moi? Du moins, ils veulent me le faire accroire »., pense-t-il.

 

- Tu es vraiment un mauvais sujet. Paresseux, mécréant. On dirait que tu le fais exprès.

 

Jean-Robert ne répond pas. Les discussions oiseuses l'épuisent. Cela ne sert à rien d'étirer le débat avec une mère qui, malgré sa gentillesse et son amour,  ne comprendra jamais rien à l'idéal de son fils. Il se lève, prend son cartable et part pour le lycée. Encore une journée de perdue. A moins que...


 

Jean Destrée

http://www.bandbsa.be/contes3/tilleulparc.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean Destrée 21/10/2013 18:42


Je vous propose ce merveilleux poème d'amour écrit par mon beau-frère, Henri Arpigny, ancien secrétaire de l'Académie des Écrivains belges de langue française dont le président de l'époque était
Roger Foulon.


Jean Destrée


PRÉMONITION Henri ARPIGNY (+)


 


 


Il était écrit


 


Dans le grand mystère du temps


au fil doré de tous les printemps


depuis le lever du premier soleil


Dans le grand ciel noir étoilé


Au gré des vents et des soirs d'été


Depuis la pluie, depuis la neige


Depuis la nuit où naissait la lumière


Couvrant la terre entière


D'un immense songe blanc


 


Il était écrit


 


Que tu m'aimerais!


 


Il était écrit


 


Sur le pont d'argent des âges


En filigrane d'or sur le ciel d'orage


Sur la vie et toute l'espérance


Dans le toit bleu du ciel


Sue le clavier d'argent de l'arc-en-ciel


Depuis les jours, depuis toujours


Comme un rayon lumineux


Joignant les années au fil des jours


Depuis le temps des jeunes amours


 


Il était écrit


 


Que je t'aimerais!


 


Il était écrit


 


Dans les vieux rêves du monde


Dans le déferlement des ondes


Sur les destins portés par les ans


Depuis le doux soir où la première femme


Connut la douceur de la première larme


A l'aube fraîche de son premier bonheur


Dans toutes les peines et toutes les joies


De tous les hommes pliés sous la loi


De l'amour éclos en sa première aurore


 


Il était écrit


 


Que nous nous aimerions!




H1 { margin-top: 0cm; margin-bottom: 0cm; direction: ltr; color: rgb(0, 0, 0); text-align: center; widows: 2; orphans: 2; }H1.western { font-family: "Comic Sans MS",cursive; font-size: 11pt; font-style: italic; font-weight: normal; }H1.cjk { font-family: "Times New Roman",serif; font-size: 11pt; font-style: italic; font-weight: normal; }H1.ctl { font-family: "Comic Sans MS",cursive; font-size: 10pt; font-weight: normal; }P { margin-bottom: 0.21cm; direction: ltr; color: rgb(0, 0, 0); widows: 2; orphans: 2; }P.western { font-family: "Times New Roman",serif; font-size: 10pt; }P.cjk { font-family: "Times New Roman",serif; font-size: 10pt; }P.ctl { font-family: "Times New Roman",serif; font-size: 10pt; }

Jean Destrée 20/10/2013 09:32


Merci pour vos encouragement en particulier à Christine qui ose mettre les points sur les "I" et à Carine Laure aussi.


 


Jean Destrée

Pâques 17/10/2013 20:22


Sympa ce Jean-Robert, c'est dur de sortir d'un lit douillet !!!


Que lui arrive t'il ensuite ...

christine 17/10/2013 14:07


Je suis d'accord avec Claude. N'oubliez pas que ces quelques lignes ne sont que le commencement du livre... Une entrée en matière... 

Claude Colson 17/10/2013 14:05


Perso, ça ne m'a pas déplu : il y a là le noeud d'une future action. L'action à tout crin, ça peut être bien ;la mise en ambiance aussi.

Bob 17/10/2013 13:41


Ben oui, c'est une fôte d'ortograffe...


 


As-tu toi aussi un texte à proposer Lionel ?

christine 17/10/2013 13:34


Cher Lionel, certains auteurs écrivent des textes qui décoiffent, d'autres recherchent un instant de vie, une réflexion... Peu importe, à chacun sa sensibilité. Mais ces textes sont généralement
un miroir de l'auteur, de sa vie.


Quant à l'orthographe... Ah si nous pouvions tous être infaillibles...


Je vous remercie de passer sur le blog aloys. Je gage que vous y trouverez chaussure à votre pied !

lionel G 17/10/2013 13:26


Bof ! et quand est-ce que ça démarre ?


Des fautes, par ex. Il vaut mieux resté (er) couché


Ca manque de rigueur tout ça ! 

Carine-Laure Desguin 17/10/2013 07:21


On se demande ce qu'il arrivera à ce Jean-Robert..